3 000 soldats US en route pour l’Afrique

Afrique bombes

Les illusions entretenues sur la politique étrangère d’Obama, nouveau  mandat, nouvelle version, seront-elles    contredites par les exigences de la real politik, en Afrique ou au Moyen-Orient ?

Quand le président Obama a déployé 100 soldats en Ouganda, il y a un an, pour entreprendre une chasse mythique de Joseph Kony, chef de l’Armée de Résistance du    Seigneur, la réaction à cette annonce a certainement été un simple haussement d’épaules (1). Quel mal pouvait générer une centaine de militaires,    errant sans but dans le bush, prétendument à la recherche d’un homme accusé de terrorisme ? Mais, si la forêt empêche de voir les arbres, un observateur plus avisé pouvait entrevoir les    implications mortelles d’une présence militaire US en Afrique qu’un grand nombre percevait, à tort, comme anodine.

 

Verrouiller le continent

Le service de presse de Army Times rapportait que les Etats-Unis s’apprêtent à envoyer plus de 3000 soldats un peu    partout, en Afrique en 2013. Pour le Major Général, David R. Hogg, « En ce qui concerne notre mission, c’est un territoire vierge ». Mais,    que des soldats stationnent sur le continent africain, n’a rien de nouveau et, même, si Hogg ne l’admet pas, le but de la mission est de verrouiller    l’entier continent.

En fait, l’armée américaine effectue, au moins, une douzaine d’opérations importantes en Afrique pour lesquelles des troupes sont réellement engagées.    Cependant,  pour les Etats-Unis, avoir un pied, militairement, dans tous les coins du continent limite le risque que leurs intérêts ne soient pas protégés dans des régions où une menace    existe. Par exemple, le Mali a des réserves de pétrole et dispose d’une position stratégique mais est l’objet d’une déstabilisation croissante par un mouvement sécessionniste dans le nord.    Pourtant, le Mali a aussi été le site d’un exercice militaire US du  nom  de « Atlas Accord 12 » qui a fourni aux militaires    maliens une formation dans le domaine aérien.

Opérations US en Afrique en 2012

Au cours de l’année, il y a eu d’autres opérations en différents points du continent, comparables si non en étendue du moins, en substance :

«  Cutlass Express », un exercice naval visant ce qu’on appelle la « piraterie » dans la région du Bassin de Somalie ;

« Africa  Endeavor 2012 », basée au Cameroun, centrée sur la formation et la coordination en    communications militaires ;

« Obangame Express 2012 », exercice naval  pour assurer une présence dans le golfe de Guinée, région au    cœur des  opérations pétrolières en Afrique occidentale ;

« Southern Accord 12 », basée au Botswana dont le but était d’établir des relations de travail entre les    forces militaires d’Afrique australe et les Etats-Unis ;

« Western Accord 2012 » était un exercice au Sénégal impliquant tous les types d’opération, des exercices de    tirs à la collecte d’informations et au  combat de tireurs  d’élite.

D’autres exercices de même nature aux noms tels que « African Lion », « Flintlock » et « Phoenix Express » se sont aussi déroulés. De plus, des unités de Gardes    Nationaux US ont effectué des rotations dans des pays qui incluent entre autres, l’Afrique du sud, le Maroc, la Tunisie, le Nigéria, le Libéria et le Ghana.

Des communiqués de presse par le US Africa Command (AFRICOM) suggèrent que ces opérations sont bénéfiques tant pour    les Etats-Unis que pour l’Afrique. Leur message central est que les militaires US et africains sont des partenaires dans la guerre contre le terrorisme et d’autres formes de soulèvement. Ce serait une erreur pour les Etats africains de gober l’idée que l’Afrique et les Etats-Unis sont, d’une manière ou d’une    autre, interdépendants.  La véritable nature des relations entre l’Afrique et les Etats-Unis a été très bien décrite par A.M. Babu, personnage central dans la formation de la Tanzanie.    « La prétendue « interdépendance » ne  peut être qu’une interdépendance dans laquelle nous (les Africains) sommes,  en    permanence, dépendants de l’exploitation massive de nos ressources matérielles et humaines par l’Occident ».

25% des besoins américains

en  pétrole vers 2015

Un rapport du Bureau de Recherche du Congrès sur les plans d’exploitation US a été publié par WikiLeaks. On y lit « en dépit des conflits dans le delta du Niger et d’autres régions productrices de pétrole,    le potentiel pour des forages en profondeur dans le golfe de Guinée est élevé et les analystes estiment que l’Afrique pourra fournir près de 25% des besoins américains en  pétrole vers    2015. » Le document cite un officiel US du Département de la défense : « …la mission principale des forces US (en Afrique) est    d’assurer que les champs pétrolifères du Nigéria …sont sûrs ».

C’est pourquoi, les Etats-Unis seraient satisfaits que des actions  militaires menées par des Africains visent les militants qui sabotent les opérations des    compagnies pétrolières occidentales en Afrique occidentale. Parallèlement, en raison de l’accroissement de leurs importations de pétrole, ils s’opposeront vigoureusement  à toute velléité    africaine d’exclure par la force lesdites compagnies du Delta du Niger même si leurs pipelines qui fuient ont ruiné d’innombrables hectares de terres agricoles et d’eaux poissonneuses.

Les intérêts de l’Afrique sont en perpétuel conflit avec ceux des Etats-Unis et leurs relations ne doivent en aucun cas être interdépendantes. Il serait bon que les    Africains réagissent à la présence de soldats US sur leur sol comme ils le feraient pour des termites dans leurs maisons. Il est certain qu’aucun mal immédiat ne peut être observé  mais à    long terme, la structure sera irréparablement endommagée et risque même de s’effondrer.

 

Mark P. Fancher est avocat, auteur de nombreux articles sur la présence militaire US en Afrique

Titre original :

Bad News for Africa: 3,000 More U.S. Soldiers are on the Way

http://blackagendareport.com/content/bad-news-africa-3000-more-us-soldiers-are-way

Traduction : Xavière Jardez – Titre et intertitres : AFI-Flash

http://www.france-irak-actualite.com/

(1) Sur le même sujet, lire aussi :

L’interventionnisme militaire d’Obama face à l’avancée commerciale de la Chine en Afrique

Articles Par : Mark P. Fancher

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca