Accident nucléaire au Japon : nouveau risque d’explosion (Vidéo)

Région :
Accident nucléaire au Japon : nouveau risque d'explosion (Vidéo)

OAS_AD(‘x21′);

var PWpreroll;
if (‘x21′==’x32′) {
PWpreroll += ‘##TF1/infos/science/environnement/2011-03/papier/L9@x37?si=POS_OAS=x21′;
} else {
PWpreroll = ‘TF1/infos/science/environnement/2011-03/papier/L9@x37?si=POS_OAS=x21′;
}
//_RM_EMPTY_

Japon : une explosion nucléaire qui inquiète Vidéo jt_tf1_weekend sélectionnée dans Actualité

on error resume next
Sub WATPlayerInstance_FSCommand(ByVal command, ByVal args)
call WATPlayerInstance_DoFSCommand(command, args)
end sub

if (!typeof(PWpreroll)) {var PWpreroll = ”;}if ( typeof( sitepage ) != “undefined” ) {WATPlayer.showSyndicated({modeWatMedia : “true”, setVolume : “1″,playlistIdCustom : “1805431″,baseURL : “http://www.wat.tv”,url : “http://www.wat.tv/swfpu/339477nIc0K115878251″,width : “100%”,height : “100%”,container : “FlashPlayer2″, oasTag : sitepage, PWpreroll : PWpreroll});}else{WATPlayer.showSyndicated({modeWatMedia : “true”, setVolume : “1″,playlistIdCustom : “1805431″,baseURL : “http://www.wat.tv”,url : “http://www.wat.tv/swfpu/339477nIc0K115878251″,width : “100%”,height : “100%”,container : “FlashPlayer2″, PWpreroll : PWpreroll});}

L’opérateur d’une centrale nucléaire du nord-est du Japon a déclaré dimanche matin (heure locale) qu’un deuxième réacteur donnait des signes de problèmes, avec risque d’explosion, dans la même centrale où une explosion s’était produite la veille.

Dimanche au petit matin (heure locale), la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), propriétaire de la centrale de Fukushima, tentait de trouver d’urgence  un moyen d’acheminer de l’eau vers le troisième réacteur de sa centrale de Fukushima, son système de refroidissement étant inopinément tombé en panne. C’est dans cette même centrale qu’une explosion avait fait, la veille, s’effondrer le toit du bâtiment sur un premier réacteur. 

L’organisation mondiale de la santé  (OMS), la référence en matière de santé publique, avait emboîté le pas samedi aux autorités japonaises et européennes en estimant peu préoccupants les risques d’émanations radioactives de la centrale de Fukushima suite au premier incident. “A l’heure actuelle, il semble que les risques pour la santé publique soient assez faibles. Nous constatons que le niveau de radiations émises par une centrale nucléaire est très bas”, a déclaré Gregory Hartl, porte-parole de l’OMS.
 
Mais les craintes d’un accident nucléaire majeur étaient vives samedi soir, notamment chez la population japonaise vivant à proximité de cette centrale, Fukushima n°1, située à 150 km de Tokyo, où est survenue une explosion samedi à la suite du très fort séisme et du tsunami. Samedi, des milliers de Japonais évacués des zones proches des installations nucléaires de Fukushima ont été passés samedi au scanner, angoissés par la crainte d’avoir été irradiés. Dans les centres d’évacuation, des secouristes, portant des masques de protection et des vêtements spéciaux, passaient les habitants de la région au scanner pour vérifier l’exposition aux radiations. “Il y a des fuites de radiation, et depuis que l’on sait que la possibilité d’avoir été exposé est grande, on est assez effrayés”, confiait Masanori Ono, jeune homme de 17 ans, dans une file d’attente à Koriyama

L’explosion, qui s’est produite à 15H36 heure locale (06H36 GMT), a fait plusieurs blessés parmi les employés. Cet accident nucléaire a été classé au niveau 4 sur l’échelle de gravité des événements nucléaires et radiologique allant de 0 à 7, selon l’Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle, un niveau qui qualifie les accidents n’entraînant par de risque important hors du site, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Entre 70 et 160 personnes auraient été exposées
 
Le chef du gouvernement a ordonné l’évacuation des habitants dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale, tout en appelant la population locale à garder son calme. A propos de la situation à la centrale de Fukushima N°1, le porte-parole du gouvernement, Yukio Edano, s’est voulu rassurant : citant l’exploitant, Tokyo Electric Power (Tepco), il a souligné que le caisson du réacteur n’avait pas subi de dégâts et que les radiations avaient par la suite diminué. L’Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle a jugé peu probable que le caisson eût été gravement endommagé, après avoir d’abord averti qu’une fusion pourrait être en cours dans le réacteur. Du césium radioactif a en effet été détecté aux alentours de la centrale, ce qui atteste généralement qu’un tel phénomène est en train de se produire, a noté un expert.
 
Selon l’agence Kyodo, la radioactivité reçue en une heure par une personne se trouvant sur le site correspond à la limite de radioactivité à ne pas dépasser annuellement. Les autorités japonaises ont informé l’Agence internationale pour l’énergie  atomique (AIEA) qu’”il y avait eu une explosion près du réacteur N°1 de la centrale de Fukushima-Daiichi et qu’elles étaient en train d’évaluer l’état du réacteur”. A la centrale proche de Fukushima-Daini, le rayon d’évacuation des riverains est de 10 km, a précisé l’AIEA. “Les autorités ont également indiqué qu’elles se préparaient à distribuer des comprimés d’iode aux habitants des zones proches des deux centrales”, a ajouté l’agence onusienne. Dimanche matin, le nombre de personnes exposées à des radiations du fait des problèmes de la centrale de Fukushima Daiichi pouvait s’élever au bout du compte entre 70 et 160, selon l’agence nucléaire nippone. Neuf personnes ont montré d’ores et déjà des signes possibles d’exposition aux radiations selon la même source.
Le vente emporte l’éventuelle radioactivité vers la mer

La direction des vents permet de chasser une éventuelle pollution radioactive vers le Pacifique, après l’explosion survenue dans une centrale sur la côte nord-est du Japon, a indiqué samedi le président de l’Autorité française de sûreté nucléaire (ASN). “Il semble que la direction des vents éloigne pour le moment une éventuelle pollution vers le Pacifique”, a déclaré André-Claude Lacoste devant la presse. “A l’évidence, la situation est grave”, a-t-il estimé, tout en soulignant que ses services disposent à ce stade “d’une information parcellaire, incomplète et donc de qualité médiocre, les interlocuteurs naturels de l’ASN se concentrant sur la gestion de la crise”, a-t-il expliqué. Par ailleurs, l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) veillera à surveiller le territoire français en temps réel pour mesurer toute anomalie. Une réunion se tiendra en fin d’après-midi samedi autour de la ministre de l’Ecologie pour faire le point sur la situation après l’explosion dans une centrale nucléaire au Japon. Et la Commission européenne va convoquer “en  début de semaine prochaine” une réunion des autorités européennes chargées de  la sécurité nucléaire et l’industrie du secteur pour tirer les leçons de l’incident nucléaire au Japon.

Articles Par : Global Research

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca