Agent orange Vietnam : Les enfants de l’Apocalypse

Sous le Déluge chimique, après que l’Arche de Noé eût ignoré le Viêt Nam, ” dieu* ” bombarda les troupeaux d’éléphants rescapés.

Hormis les atrocités que les Agents chimiques ont infligé et imposent encore aux hommes et à leurs petits, la destruction intentionnelle du règne végétal, animal, et l’empoisonnement de la terre minérale qui apportaient protection et subsistance aux habitants de leurs écosystèmes n’a pas de précédent dans l’Histoire de l’humanité.

Le mot « écocide » naît avec la guerre chimique au Viêt Nam. Ce désastre atteint les trois règnes depuis le simple organisme monocellulaire à l’être humain.

Le choc est immédiat et persistant sur les terres1, les plantes, les éléments fertiles, les animaux, les pluies, voire le climat de la région. La forêt qui couvre la majeure partie du Viêt Nam est, dans un premier temps, l’écosystème atteint de plein fouet. Les Agents chimiques font tomber les feuilles aux centaines d’espèces d’arbres majeurs et dominants : Dipterocarpaceae (forêt primitive à feuilles persistantes qui comprend 580 espèces réparties en 16 genres), Fabaceae (qui comprend 18 000 espèces réparties en 650 genres), pour les couches de la canopée. Les espèces rares et donc précieuses : Afzelia xylocarpa, Hopea odorata, Pterocarpus macrocarpus, Sindora siamensis, disparurent.

Ainsi, l’humidité des sols, la lumière et la température deviennent inappropriées pour ces arbres et les plantes. Les terres sont alors érodées par les moussons et les ruissellements dispersent les nutriments organiques et minéraux nécessaires et essentiels aux espèces végétales. Or, les plantes sont les seuls organismes à fabriquer leur propre nourriture. Tous les types de forêt du Viêt Nam sont concernés, y compris les forêts semi-inondées de Melaleuca qui ne poussent que dans le Delta du Mékong.

Les couches supérieures et cet écosystème furent détruites sur des millions d’hectares surplombants une trentaine de bassins fluviaux qui, aujourd’hui, subissent des inondations qui emportent les terres stériles et la dioxine là où elle n’était pas, tout en contaminant les rivières et donc la mer. La Mer de Chine avait déjà son compte puisque les forêts littorales de mangroves à palétuviers Rhizophora apicauda ont subit le même traitement que les forêts tropicales de l’intérieur en faisant disparaître le Dauphin Irrawaddy (Dauphin d’eau douce), poissons et autres amphibiens, crustacés et invertébrés, leur interdisant toute reproduction.

Les animaux, mammifères, oiseaux, reptiles, poissons, insectes, furent foudroyés sur le coup ou bien moururent plus tard des mêmes symptômes et maux que les humains : cancers, difformités, contamination par la chaîne alimentaire et effets tératogènes léguant une effroyable progéniture. L’effondrement des écosystèmes qui offraient un habitat aux grands animaux endémiques du Viêt Nam provoqua leur disparition immédiate ou bien le supplice d’une extinction à petit feu: le Bateng (jolie Vache fine, jaune aux pattes blanches), Le Buffle sauvage, le Canard des bois à ailes blanches, le Chat sauvage, la Chèvre de forêt, le Chien sauvage, le Crocodile, le Douc langur (singe), le Daim, l’Eléphant2 blanc et sombre, le Faisan lophura, le Gaur (la femelle ressemblait à l’Antilope et le mâle à un Cerf moucheté), le Gibbon, le Gorille, les Grands insectes, la Grue Antigone, l’Ibis géant et l’Ibis noir oriental, le Kouprey (Zébu pie, bicolore), le Léopard, le Muntjak d’Inde appelé Cerf aboyeur, l’Ours malais appelé aussi l’Ours chien ou l’Ours de soleil, la Panthère, les Perroquets, le Porc-épic, le Python et autres reptiles, le Rheinarte ocellé (magnifique Faisan saumoné à crête blanche), le Rhinocéros de Java, le Sambar (cervidé), le Sanglier, le Tigre, la Tortue, le Varan noir (saurien), etc., etc., etc., tandis que dans le même temps les rats et les moustiques prolifèrent ainsi que les épidémies et infections parasitaires qui vont avec, choléra et paludisme.

Les grues migratrices3, symbole de longévité et de bonheur, ne vinrent plus agrémenter de leur présence gracieuse la vie paysanne vietnamienne. Dans la Plaine des Joncs, la Grue Sarus, le Marabout des Indes et le Tantale indien (Cigogne colorée) s’en vont.

Quarante ans après les forêts ne repoussent toujours pas naturellement et des essais de plantations d’arbres indigènes ont échoué. Mais la témérité vietnamienne reconstruit en replantant centimètre carré par centimètre carré – souvent dans l’indigence, la misère et l’oubli – la représentation de son monde disparu. Et même si les jeunes plants brûlent dans les feux d’herbes4 qu’allume le soleil tropical, le génie vietnamien développe une technique qui consiste à établir un couvert végétal d’arbres résistants à croissance rapide de la famille Acacia5 en raison de sa qualité d’ombre et, trois ou quatre ans plus tard, plante plusieurs espèces d’arbres forestiers indigènes sous ce couvert : il s’agit bien de redémarrer en miniature une forêt tropicale intervertie dans l’espoir qu’elle s’inverse. Mais la dioxine est toujours là.

Juillet 2006.

 *les Etats-Unis d’Amérique

André Bouny, père d’enfants vietnamiens, préside le « Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York » (CIS)

Notes :

1 Interdisant encore de nos jours dans certaines régions toute activité économique humaine car l’Agent Orange déversé sur le Viêt Nam n’est pas qu’une catastrophe du passé mais un drame du présent – la terre est la forme meuble du règne minéral.

2 On a bombardé les troupeaux d’éléphants rescapés.

3 Certains oiseaux migrateurs enrichissent la flore et la faune en transportant des graines de plantes ou bien des œufs de poissons que leurs sucs ne digèrent pas et, par la fiente, il arrive parfois que ces graines et oeufs retrouvent des conditions favorables à la croissance et à l’éclosion. Ainsi peuvent apparaître des espèces végétales et animales qui, jusque-là, étaient absentes du milieu.

4 Herbes mutantes indésirables se régalant du poison ? Un espoir !

5 L’Acacia présente l’avantage de fixer l’azote de l’atmosphère et, de cette façon, il enrichit le sol. On compte plus de 1500 espèces d’Acacias à travers le monde.

P.S. En août 1970, le sénateur Nelson déclarait au Congrès : « Il n’est pas impossible que notre pays ait déclenché une bombe à retardement qui retentira sur les populations avec des incidences qui ne pourront être évaluées que dans un avenir lointain. »

Articles Par : André Bouny

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca