Attentat de Bourgas : Où en est l’enquête ?

Région :
Attentat de Bourgas : Où en est l’enquête ?

Si Benjamin Netanyahou, ce fin limier, avait, deux heures après le drame de Bourgas, identifié les responsables de l’attaque comme étant l’Iran, cette accusation n’a pas convaincu les enquêteurs qui continuent de rechercher les coupables.

Même le conseiller pour l’antiterrorisme de Barack Obama a désavoué les conclusions hâtives du Premier ministre israélien, en rappelant qu’il fallait connaître les conclusions de l’enquête bulgare avant de se prononcer à ce sujet. Il a néanmoins souligné que les Etats-Unis étaient inquiets des activités du Hezbollah et de l’Iran.

L’autopsie confirme que la bombe était portée par un homme

Concernant l’auteur de l’attentat, le docteur Galina Mileva, médecin légiste ayant participé à l’autopsie, est arrivé aux conclusions suivantes :
- Il avait “entre 25 et 30 ans, voir un peu plus” (les premières déclarations parlaient de 36 ans)
- Au vu de ce qu’il restait du corps (« la tête, les bras et les jambes sont tout ce qui est resté, le torse étant détruit », la thèse d’un porteur de bombe se confirme : « J’estime qu’il avait l’explosif avec lui. Il aurait pu être mis à feu  à distance par un complice ou par lui-même »
- Ses cheveux d’une longueur de 7 à 8 cm, laissent penser qu’il portait une perruque.
- Point important : l’auteur de l’attentat ne semble pas s’être trouvé à l’intérieur du bus lors de l’explosion : «Si trois kilogrammes  d’équivalent TNT avaient explosé à l’intérieur de ce bus, le bilan aurait été de loin plus grave»
- Son ADN et les doigts qui restent font l’objet d’une étude de comparaison avec les bases de données.

L’auteur de l’attentat a bénéficié de complices

Selon l’AFP, l’auteur de l’attentat aurait séjourné en Roumanie avant les faits. Des “traces biologiques” de cet homme ont effectivement été relevées dans un hôtel de Varna. Le quotidien Troud affirme qu’une femme aurait séjourné dans ce même hôtel (l’hotel Perfekt, un trois étoiles), et que celle-ci aurait été en contact avec un deuxième homme, peut être un complice.

Le signalement donné par le docteur Galina Mileva diffère du suspect qui avait tenté de louer une voiture la veille de l’attentat à l’aéroport de Bourgas, au bord de la mer Noire. Selon le Point, citant des témoins, cet homme avait “le crâne presque rasé”, “un visage brun” et “l’air d’un Arabe”. Ce qui ne correspond pas à la longueur de cheveux constatée sur la tête du porteur de la bombe.

L’existence de complices laisse entrevoir  la possibilité que le porteur de la bombe ne soit pas celui qui l’a actionné. Ainsi, on peut aussi envisager que celui-ci ne savait pas exactement ce qu’il portait dans son sac imposant (il pouvait penser qu’il s’agissait de drogue par exemple, il n’y avait “que” trois kilos d’explosif), et qu’une tierce personne ait fait exploser la bombe à l’aide d’une télécommande. Les enquêteurs n’excluent aucune piste.

L’arme du crime : le trolite

Ainsi que l’a expliqué le ministre de l’intérieur bulgare, Tsvetan Tsvetanov, l’explosif utilisé était du trotile. Le Figaro a développé ce point : “Le trolite, appelé aussi tolite, est un explosif fabriqué avec du trinitrotoluène (TNT). Utilisé en génie militaire, les différents mouvements terroristes y ont aussi fréquemment recours. Pour déterminer la nature de l’explosif utilisé dans l’attentat de Bourgas, les enquêteurs bulgare étaient assistés d’un expert en explosifs américain faisant partie d’une équipe d’Interpol, l’organisation de coordination des polices du monde entier.” Les analyses se poursuivent sur l’origine de l’explosif.

La revendication de l’attentat écartée par Sofia

Le journal Almanar rapporte que le groupe « Base du Djihad » (Qaïda d’al-jihad) a revendiqué l’attentat perpétré en Bulgarie. Dans un communiqué le groupe assure que le jihad se poursuivra sur toutes les scènes pour « combattre les juifs et les Américains jusqu’à leur départ de la terre de l’Islam. » « Le mois de Ramadan est le mois de la lutte et du martyre, c’est le mois de la lutte contre les ennemis de Dieu, les juifs et leurs collaborateurs les Américains », stipulait le communiqué, relayé par le site « Arabs 48 ».

Mais selon Radio Bulgarie, le ministère bulgare des Affaires étrangères a rejeté l’affirmation selon laquelle le groupe Qaedat al-Jihad serait responsable de cet attentat. Selon eux, la revendication du groupe de poursuivre les Juifs et les Américains jusqu’à ce qu’ils ne quittent les terres de l’Islam a été qualifiée par la diplomatie bulgare de « spéculative ».

Revers diplomatique pour Israël

Ainsi que nous vous en rendions compte dans notre précédent article, Israël avait décidé de mettre la pression sur l’Union Européenne pour qu’elle place le Hezbollah sur sa liste noire des organisations terroristes. Or, Erato Kozakou-Marcoullis, ministre des affaires étrangères chypriote (dont la nation préside actuellement l’UE) a exprimé le refus de l’Union Européenne : “Il n’y a pas de consensus pour placer le Hezbollah sur la liste des organisations terroristes“.

Suite à cette prise de position cohérente avec l’état des investigations, Ygal Pamor, le porte-parole du ministre des affaires étrangères israélien a déclaré : “Depuis des années, nous fournissons des informations à l’Europe sur l’implication directe du Hezbollah dans des attaques terroristes. (…) Mais certains Etats membres de l’UE nous ont clairement indiqué que pour des raisons politiques, ils préfèrent ne pas ajouter le Hezbollah sur la liste, même s’ils ne contestent pas les preuves.

Mais Mme Kozakou-Marcoullis a rappelé que le Hezbollah était une organisation qui, outre son bras armé, comprenait un parti actif dans la politique libanaise.

L’arroseur arrosé : l’Iran accuse Israël

L’Iran a rejeté toute implication dans l’attentat contre l’autobus avec des touristes israéliens à Bourgas et accusé Israël d’avoir organisé l’explosion, a rapporté jeudi un correspondant de RIA Novosti à New York.

Une telle opération terroriste n’a pu être conçue et commise que par ce régime dont la courte histoire est pleine d’attentats et d’assassinats visant à impliquer les autres pays dans ces jeux politiques“, a lancé l’ambassadeur iranien auprès des Nations unies Mohammad Khazaï lors de débats au Conseil de sécurité.

L’Iran ne s’est jamais livré et ne se livrera jamais à des attentats méprisables contre des innocents.” “Il est stupéfiant que dans les minutes ayant suivi cet attentat terroriste, des responsables israéliens aient annoncé que l’Iran était derrière“, a déclaré M.Khazaï.

Ces déclarations visent à répondre aux accusations émises par Israël contre l’Iran et le Hezbollah deux heures seulement après l’attentat. Avigdor Lieberman avait notamment affirmé que ces implications étaient des “informations avérées“, sans pour autant fournir d’élément concret pour nourrir ces accusations.

Nous vous informerons des avancées de l’enquête.

Jonathan Moadab

Articles Par : Jonathan Moadab

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca