Au-delà du double standard et de l’hypocrisie

us-machine

Les doubles standards* ne datent pas d’hier, mais je me demande si, à l’instar de l’hypocrisie ambiante, ils n’ont pas atteint de nouveaux sommets en ces temps de « guerre contre le terrorisme », « d’interventions humanitaires » et de prétendue « responsabilité de protéger » (R2P), apanage absolu des interventionnistes planétaires – ceux-là mêmes qui ont fini par institutionnaliser la torture (érigée de facto en option politique légitime), les « extraordinary renditions » (arrestations et déportations arbitraires vers des régimes tortionnaires), le recours intensif au bombardement par drone (« double tap » inclus), et qui ont décrété que la planète entière était une « free fire zone » (zone de feu à volonté). Ces mêmes planificateurs de frappes, qui ne jurent plus que par leurs drones, nous rebattent constamment les oreilles avec « nos valeurs », tandis qu’ils massacrent et terrorisent à merci, et se posent en défenseurs des droits de l’Homme et de la démocratie agissant en état de « légitime défense ». George W. Bush n’avait prétendument agressé l’Irak que par peur des armes de destruction massive de Saddam Hussein – une prétendue menace, montée de toutes pièces. Mais sitôt qu’il ne fut plus possible de cacher qu’il s’agissait d’une fraude et que déjà des centaines de milliers de personnes avaient été tuées à cause de ce mensonge, on lui reconnut le mérite d’imposer par les armes la liberté et la démocratie en Irak – sans se demander pourquoi il n’allait pas les imposer aussi en Arabie Saoudite ou au Bahreïn, ou pourquoi il les réduisait au contraire dans son propre pays !

Mais cette sanglante entrée en matière en poker-menteur belliciste trouvait malgré tout preneur chez le New York Times et consorts, les stars de l’intelligentsia et d’autres potentats notoires. Le 9 octobre 2002, le sacrosaint Elie Wiesel déclarait par exemple au Oprah Winfrey Show : « N’importe quoi vaut mieux que la guerre ! Je ne suis pas pour la guerre. Mais nous devons désarmer cet assassin ! » – à savoir Saddam Hussein qui, d’après Bush, Cheney et Judith Miller, et de fait, Wiesel et Winfrey, détenait des armes de destruction massive. Ainsi, « La guerre est la seule option » titrait le prochain commentaire de Wiesel dans The Observer (22 décembre 2002). La sainteté a pour avantage de garantir qu’une telle contradiction, fut-elle pétrie de mensonge, passera comme une lettre à la poste.

Sitôt le coup de poker des armes de destruction massive éventé, la même clique adhéra instantanément à l’objectif de « promotion de la démocratie » en Irak, parce que « c’est Bush qui l’avait dit » et qu’il « tentait le tout pour le tout » en misant sur cet objectif, comme l’affirmait Michaël Ignatieff dans son fameux article du New York Times : « Qui sont les Américains pour estimer que c’est à eux de propager la liberté » (7 octobre 2005). En 2004, dans les colonnes du New Yorker, George Packer abondait déjà dans le sens d’Ignatieff en déclarant : « Il est clair que, si maladroite et sélective que puisse être l’exécution, Bush veut laisser la démocratisation en héritage. Alors quand ceux qui le critiquent, ici comme à l’étranger, prétendent que sa rhétorique n’est qu’une cynique façade pour grimer l’avidité de l’Amérique, ils se méprennent sur sa sincérité et semblent finalement se poser en défenseurs du statu quo » (“Invasion versus Persuasion”, The New Yorker, 20 décembre 2004). Ainsi, Packer (à l’instar d’Ignatieff) savait que Bush était sincère, mais il ne défendait pas le statu quo, lui, et ne suggérait nullement qu’on doive s’en tenir à le croire sur parole.

Le double standard sur le terrorisme est lui aussi institutionnalisé de longue date. Ici, les porte-parole de l’establishment se calent au diapason d’une ligne de propagande où Occidentaux et Israéliens ne font jamais que « répondre » au terrorisme de leurs ennemis et de ceux qu’ils prennent pour cibles. Les pontes de l’establishment, eux, peuvent avaler les pires couleuvres et leur autisme atteint des proportions ahurissantes dès qu’il s’agit de s’accrocher à cette pratique. Ainsi, Luis Posada Carriles, membre très estimé du réseau terroriste des réfugiés cubains, reconnu coupable d’actes terroristes sanglants comme la destruction en vol d’un avion de ligne cubain, en 1976, qui fit 73 morts, peut se promener tranquillement dans les rues de Miami, pas question de l’extrader. Inversement, les États-Unis font des pieds et des mains pour que soit extradé chez eux Julian Assange, poursuivi pour avoir dénoncé la diplomatie américaine et ses crimes de guerres terroristes – dont les fameuses images d’un hélicoptère américain en Irak ouvrant le feu sans aucun état d’âme sur des civils et des journalistes au sol, révélation qui menaçait clairement la sécurité nationale américaine.

Rappelons aussi que, tandis qu’un assassin comme Posada circule en toute liberté, les Cinq Cubains qui avaient infiltré des groupes terroristes anticastristes de Floride, et qui furent arrêtés aux États-Unis en 1998, tentant de réunir des informations sur des complots terroristes contre Cuba en échangeant certaines information avec le FBI, sont toujours incarcérés depuis 1998, leur action antiterroriste transmuée en espionnage.

Cet étalage de double standard manifeste, d’hypocrisie et d’injustice flagrante, dédaigneusement ignoré par les médias de masse, n’interfère jamais avec la doctrine selon laquelle les États-Unis mènent effectivement une « guerre contre le terrorisme ».

L’une des plus récentes manifestations de double standard sur le terrorisme aura été la  décision du Département d’État, en 2012, de retirer de sa liste des organisations terroristes désignées, le réseau Mujahedin e-Khalq (MEK), de l’opposition iranienne. Le MEK opérait jadis au service de Saddam Hussein et tua même occasionnellement des Américains. On a aussi dénoncé sa collaboration avec Israël dans l’assassinat de scientifiques Iraniens mais, vu l’évolution du conflit de basse intensité américano-israélien contre l’Iran, on peut désormais légitimement déplacer le réseau MEK vers la catégorie nettement plus valorisante des « combattants de la liberté » [freedom fighters]. Ça entraîne aussi d’autres aspects amusants. Le réseau MEK dispose par exemple de moyens considérables, qu’on lui a vu dépenser notamment pour faire du lobbying et organiser des manifestations en Europe et aux États-Unis. Les fonds lui parvenaient semble-t-il de pays notoirement très attachés aux libertés, tels que l’Arabie Saoudite, entre autres pays hostiles à l’Iran. Même lorsque il était encore sur la liste des organisations terroristes condamnées par les USA, ce réseau n’avait aucun problème pour organiser des actions et de faire de la propagande et du lobbying aux États-Unis même et dans d’autres pays occidentaux. De même, le réseau MEK a notoirement versé des sommes considérables à des pontes de l’administration américaine tels que Howard Dean (1), Tom Ridge (2), Rudy Giuliani (3), Newt Gingrich (4) ou Ed Rendell (5), pour qu’ils soutiennent franchement le réseau dans leurs articles ou leurs discours. Dans ce cas précis, aucune poursuite n’a été envisagée pour « aide matérielle » à une organisation terroriste.

L’un des aspects les plus extraordinaires de la guerre contre le terrorisme est le recours massif à l’aviation et de plus en plus systématiquement aux drones armés, et la remarquable capacité des États-Unis à faire en sorte que les Occidentaux en général y voient une réponse légitime au terrorisme plutôt qu’une forme de terrorisme en soi. Cette forme de guerre s’est vue bien sûr accompagnée d’une dose de louanges complémentaires : affirmant par exemple que les cibles, militaires, étaient soigneusement sélectionnées de façon que les victimes civiles « innocentes » [Ndt : terme qui sous-entend que toutes ne le sont pas, ou que les personnes visées sont aussi des civils] sont des « dommages collatéraux » involontaires et non délibérés. Soit, mais dès lors qu’on peut effectivement prévoir qu’il y aura des victimes civiles, même si on ne peut savoir d’avance qui ou combien, il s’agit bien d’assassinats délibérés et donc de crimes de guerre. En outre, il est parfaitement faux de prétendre que toutes les précautions sont prises pour éviter les victimes civiles et que dans certains cas, celles-ci ne sont finalement pas si graves. Et cependant, intellectuels et politiciens patriotes n’en prennent pas moins ce genre d’arguments pour argent comptant (comme je l’expliquais déjà dans “Tragic Errors In U.S. Military Policy: Targeting the civilian population,” [Tragiques erreurs de la politique militaire américaine : la population civile prise pour cible], Z Magazine, septembre 2002). Des décennies d’utilisation de bombes à fragmentation et de munitions à l’uranium appauvri attestent du parti pris anti-civils des opérations militaires américaines, de même qu’une bien longue tradition de « nous ne tuons pas le plus d’ennemis possible » (6). L’invasion de l’Irak de 2003 débuta sur un programme de bombardement dit “shock and awe” [choc et stupeur], ouvertement conçu pour terroriser les dirigeants et la population et les amener à abdiquer. Et c’était déjà la même chose en 1999, lors du bombardement de la Serbie par l’OTAN, qui tendait de plus en plus ouvertement à détruire des infrastructures civiles. Mais qu’importe ! Les États-Unis, par définition (patriotique et hégémonique), ne terrorisent pas…

De même, on peut trouver extraordinaire que les documents qui étudient de très près le terrorisme aérien puissent être scrupuleusement passés à la trappe ou minorés par les médias de masse. L’excellent ouvrage de Beau Grosscup : « Strategic Terror : The Politics and Ethnics of Aerial Bombardment » [Terreur stratégique : Politiques et culture du bombardement aérien] (Zed Books, 2006) n’a pas eu droit à un seul compte rendu dans aucun média d’importance aux États-Unis. Les grands médias se préoccupent énormément de terrorisme, mais pour qu’on en parle, les ouvrages portant sur le terrorisme ne doivent pas quitter l’orbite de la ligne officielle du parti.

Ainsi, le rapport Living Under Drones [La vie sous les drones] (Cf. http://livingunderdrones.org/), produit en 2012 par un groupe de chercheurs de la Stanford Law School [l'école de droit de Stanford] et de la New York University School of Law [la section de droit de l'Université de New York], et qui s’appuyait sur plus de 130 interviews menées sur le terrain, au Pakistan, était une véritable épine dans le pied pour les médias. Les auteurs de cette étude y montrent que la grande majorité des victimes de frappes aériennes effectuées par drones, sont des civils, non des « militants » – à peine 2% des tués ont pu être identifiés comme des militants avérés. Ces chercheurs invalident très explicitement les affirmations officielles qui parlent encore de frappes par drone d’une précision chirurgicale. « C’est absolument faux ! » écrivent-ils textuellement. Ils expliquent aussi que l’un des aspects les plus importants de la guerre par drone est la pratique appelée par euphémisme « double tap » [Ndt : tap signifie tapoter (comme on dirait double clic), mais aussi capter, pomper ou tirer la sève ou le contenu d'un arbre ou d'un tonneau par exemple], laquelle consiste à tirer un second missile quelques instants après la première frappe. On élimine ainsi une bonne partie des badauds locaux et de ceux qui sont venus porter secours aux victimes. Cette pratique a pour effet de « décourager les civils ordinaires de venir se porter mutuellement secours, et tend même à inhiber la capacité d’intervention de l’assistance médicale d’urgence des travailleurs humanitaires ».

Le rapport cite notamment le directeur de l’organisation caritative Reprieve [qui signifie grâce ou sursis], qui déclare : « C’est une région entière qui vit terrorisée par menace permanente de cette mort qui vous tombe du ciel […] C’est tout leur mode de vie qui s’effondre […] les enfants sont terrifiés de se rendre à l’école, les adultes ont la hantise de devoir se joindre à un mariage, à des funérailles, à un simple rendez-vous d’affaires, ou à quoi que ce soit qui implique de se réunir en groupe ».

Manifestement voilà qui a tout d’une véritable guerre sale PAR (et non pas contre) le terrorisme. Mais si l’on peut effectivement suggérer ce genre de chose dans le London Independent (Jerome Taylor, “Outrage at CIA’s deadly ‘double tap’ drone strikes” [Les frappes « double tap » par drone de la CIA soulèvent l'indignation], 25 septembre 2012), le NewYork Times [l'équivalent du Monde aux USA], n’a toujours fait aucune mention du dossier « living under the drones » au moment où nous écrivons cet article (30 septembre 2012). Ce n’est pas vraiment le genre d’information qu’on s’empresse de publier ou de claironner bruyamment. Ce n’est pas comme lorsque la Secrétaire d’État Hilary Clinton déclare que le gouvernement de Bashir Al-Assad aurait « du sang sur les mains » s’il s’avisait de « d’interdire aux secours vitaux [qu'elle a promis], d’atteindre les civils » (Steven Lee Myers, “Nations Rebuke Leader of Syria as Assault Rages” [Les Nations réprimandent le dirigeant syrien tandis que les assauts font rage], New York Times, 25 février 2012. p 1; Voir aussi le long article New York Times du 3 mars 2012 : “Syria Blocks Red Cross From Taking Aid to Devastated Rebel Enclave in Homs” [La Syrie empêche la Croix Rouge d'apporter de l'aide à l'enclave rebelle dévastée de Homs]).

Et cela nous amène à un autre prodige de double standard : L’Iran vit en état permanent d’agression et de menace, du fait de son prétendu refus de coopérer avec les Occidentaux et leur instrument aux Nations Unies, l’AIEA (Agence Internationale à l’Énergie Atomique), qui s’efforcent de mettre un terme à son programme nucléaire ; Mais dans le même temps, les États-Unis peuvent refuser de tenir leurs engagements à respecter les termes du Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP) qui leur impose d’œuvrer à l’élimination des armes nucléaires. Et Israël peut continuer d’accumuler un arsenal considérable d’armement nucléaire (fort de sa collusion avec les nations occidentales), hors de la juridiction du TNP [dont il refuse d'être signataire]. Et ces deux pays peuvent sans aucune crainte menacer quotidiennement l’Iran de frappes nucléaires… En matière de double standard, difficile de faire mieux ! De même, Israël peut aussi continuer à mener depuis des décennies son nettoyage ethnique systématique de la Palestine, sans redouter aucune sanction de la « communauté internationale », qui offre au contraire à la poursuite de cette entreprise immorale et illégale tout le soutien possible. C’est seulement lorsque un pays cible des Occidentaux et des USA est accusé de nettoyage ethnique, comme la Serbie des années 1990, que les moralistes et responsables occidentaux et leurs agents s’insurgent et passent à l’action.

L’hégémonie du double standard et l’hypocrisie qui va de pair découlent d’une forte concentration du pouvoir et de leurs propres succès conjoints, en nos actuels temps modernes – que Steven Pinker tient pour une ère de « Longue Paix » et de « ré-civilisation » que nos meilleurs côtés [« Better Angels »] dominent, après la période désastreuse des années 1960. Voilà une magnifique illustration de la triste capacité des hommes à se mentir à eux-même.

Edward S. Herman

* double standard : norme duplice ou discriminatoire, autrement dit « deux poids, deux mesures »

Article original en anglais : Z Magazine, « Beyond Double Standards–and Hypocrisy », novembre 2012

Traduit de l’anglais par Dominique Arias

 

Edward S. Herman est Professeur Emérite de Finance à la Wharton School, Université de Pennsylvanie. Economiste et analyste des médias de renommée internationale, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont : Corporate Control, Corporate Power (1981), Demonstration Elections (1984, avec Frank Brodhead), The Real Terror Network (1982), Triumph of the Market (1995), The Global Media (1997, avec Robert McChesney), The Myth of The Liberal Media: an Edward Herman Reader (1999) et Degraded Capability: The Media and the Kosovo Crisis (2000). Son ouvrage le plus connu, Manufacturing Consent (avec Noam Chomsky), paru en 1988, a été réédité 2002.

 

(1) Howard Brush Dean III (1948) : homme politique américain, chef du comité national du parti démocrate de 2005 à 2009, gouverneur du Vermont de 1991 à 2003.

(2) Thomas Joseph « Tom » Ridge (1946) : homme politique américain, membre du Parti républicain, ancien gouverneur de Pennsylvanie et premier secrétaire à la Sécurité intérieure de 2003 à 2005.

(3) Rudolph William Louis Giuliani III, dit « Rudy Giuliani » (1944) : personnalité politique américaine, membre du Parti républicain, maire de New York de 1994 à 2001.

(4) Newton Leroy McPherson, dit Newt Gingrich (1943) : homme politique américain, écrivain et conseiller politique à la Maison Blanche.

(5) Edward Gene “Ed” Rendell (1944) : homme politique américain, membre du Parti démocrate, maire de Philadelphie de 1992 à 2000, gouverneur de l’État de Pennsylvanie de 2003 à 2011.

(6) “We don’t make body counts” Dans la dernière phase de la guerre du Vietnam (1969-1975), le nombre d’ennemis tués (le fameux body count ardemment encouragé par Nixon et Kissinger) était devenu le principal facteur d’avancement dans l’armée américaine. Tout le monde savait pourtant que la plupart de ces victimes étaient civiles et sans armes, ce que le décompte des armes (nettement inférieur) attestait constamment.

Articles Par : Edward S. Herman

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca