Australie : le premier ministre pris à partie par les aborigènes

Région :

Julia Gilliard a dû fuir une foule composée de manifestants pro-aborigènes en colère contre une déclaration du chef de l’opposition sur leur combat.

Julia Gillard évacuée par les services de sécurité

La première ministre australienne Julia Gillard et le chef de l’opposition Tony Abbott ont été extraits d’urgence d’un hôtel de Canberra, jeudi, après que des Aborigènes eurent pris l’endroit d’assaut lors d’une manifestation dénonçant la fête nationale.

Les deux leaders participaient à une remise de médailles pour des membres des services d’urgence lorsque les militants sont arrivés sur les lieux et ont commencé à cogner les vitres du restaurant de l’hôtel.

Dans un climat de panique, les forces de l’ordre ont décidé d’évacuer Mme Gillard par une porte secondaire.

Dans la cohue, la première ministre australienne a perdu une chaussure et a trébuché. Son garde du corps l’a attrapée et l’a escortée jusqu’à sa voiture officielle, en la protégeant de la foule en colère.

Mme Gillard a par la suite minimisé l’incident, en affirmant être « une dure à cuire ». Elle a poursuivi ses activités officielles.

Il y a 40 ans, les Aborigènes ont décidé de répliquer à l’Australia Day en organisant l’Invasion Day. Les deux évènements soulignent, dans des atmosphères bien différentes, l’arrivée des premiers colons britanniques en sol australien, le 26 janvier 1788.

faq // Mise à jour techniqueSR AustraliePM pourchassejeudi8h

L’assaut de l’hôtel semble avoir été causé par des commentaires de Tony Abbott, qui a plaidé plus tôt ans dans la journée pour le démantèlement du camp permanent, appelé « l’ambassade », que des Aborigènes ont établi dans le centre de la capitale, il y a 40 ans.

« Je comprends pourquoi l’ambassade a été installée il y a des années, mais je crois que beaucoup de choses ont changé pour le meilleur depuis », a-t-il dit. « Les populations indigènes d’Australie peuvent être très fières du respect qu’a tout Australien à leur égard ».

Le fondateur du mouvement aborigène à l’origine du camp, Michael Anderson, a accusé Tony Abbott « d’incitation aux émeutes raciales ».

Les Aborigènes, qui étaient 1 million à cette époque, ne sont plus de 470 000 aujourd’hui. Ils sont beaucoup plus pauvres que le reste de la population et vivent moins longtemps. Leur taux d’incarcération est 14 fois supérieur à celui des autres Australiens.

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca