Baird suit la ligne de Netanyahou, fermant les yeux sur les violations du droit international


Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, n’a apparemment rien dit quant à l’expansion coloniale israélienne, à la violence des colons et à la maltraitance d’enfants palestiniens emprisonnés par Israël.

Au cours d’une visite à Israël et en Cisjordanie les 29 et 30 janvier, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, n’a exprimé aucune préoccupation au sujet de la principale entrave à la reprise des négociations de paix, soit la poursuite de la colonisation israélienne en territoire palestinien. Il s’est également tu relativement à la violence des « colons » israéliens à l’endroit de Palestiniens et aux révélations récentes d’organisations israéliennes des droits de la personne selon lesquelles des enfants palestiniens détenus dans des prisons israéliennes y sont gravement maltraités. Il a plutôt exhorté les dirigeants palestiniens à négocier avec Israël « sans conditions préalables ». Baird a également qualifié de « terriblement mauvaise » la décision des Palestiniens de porter la question de leur statut d’État à l’ONU. En outre, il appuyé la nouvelle demande controversé des Israéliens, voulant que les Palestiniens reconnaisse qu’Israël est un « État hébreu » et ce, en dépit du fait que 20 pour cent des Israéliens sont des Palestiniens chrétiens ou musulmans.

Les communiqués de presse du gouvernement canadien au sujet de la visite de Baird révèlent que ce dernier a négligé de soulever différentes questions lors de ses entretiens avec son homologue israélien Benjamin Netanyahou, questions au sujet desquelles les États-Unis et d’autres pays ont quant à eux exprimé leurs inquiétudes. Par exemple, à la fin de 2011, les autorités israéliennes ont révélé à des représentants de l’ONU leur plan de déplacer de force quelque 27 000 bédouins pour permettre l’expansion de Ma’ale Adumim, une colonie exclusivement juive. Cette initiative unilatérale viole la Quatrième Convention de Genève, qui interdit à toute puissance occupante de transférer sa population civile dans un territoire qu’elle occupe militairement.

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) déplore l’attitude partiale du gouvernement canadien vis-à-vis du conflit israélo-palestinien. « Le gouvernement canadien adopte une ligne plus dure que celle de la plupart de ses alliés et refuse d’exiger d’Israël qu’il rende des comptes pour ses violations continues du droit international, telles que l’occupation et la colonisation illégales du territoire palestinien », affirme Thomas Woodley, président de CJPMO. « Si le Canada est un véritable ami d’Israël, il devrait s’efforcer de faire respecter le droit international et les droits fondamentaux de la personne pour le bien-être de tous les peuples de la région. » CJPMO souligne également que le parti conservateur britannique a lui-même sonné l’alarme il y a plus d’une semaine au sujet de la maltraitance des enfants palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Baird a pressé les Palestiniens d’éviter des « mesures qui pourraient porter préjudice à l’issue des pourparlers ». CJPMO souligne toutefois qu’en gardant le silence face aux évictions et à l’exclusion des Palestiniens d’approximativement la moitié du territoire cisjordanien, le Canada porte lui-même préjudice à l’issue des pourparlers de paix.
 

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec:
Patricia Jean
Canadiens pour la justice et paix au Moyen-Orient
Téléphone: 438-380-5410
Courriel CJPMO : info@cjpme.org  
Site Web CJPMO


Articles Par : CJPMO

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca