Berlin: des Israéliens et des Iraniens manifestent contre le danger de guerre au Moyen-Orient

Berlin: des Israéliens et des Iraniens manifestent contre le danger de guerre au Moyen-Orient

Plusieurs centaines d’Israéliens, d’Iraniens et de citoyens allemands ont manifesté samedi à Berlin pour protester contre les préparatifs de guerre américains et israéliens contre l’Iran. La manifestation a été appelée à court terme par des organisations israéliennes et iraniennes de la ville afin de mettre en garde contre le danger d’une aggravation des tensions susceptible d’entraîner une conflagration au Moyen-Orient.

 

La banderole dit: « Contre la guerre, contre les sanctions, contre
l’occupation et la répression d’Etat

Dans le communiqué publié par les organisateurs on pouvait lire qu’ils étaient opposés à l’armement d’Israël par le gouvernement allemand et aux sanctions imposées à l’Iran par les pays occidentaux. Les manifestants ont clairement fait comprendre que tout en ne soutenant pas la politique du gouvernement iranien, ils reconnaissaient que la menace d’une action militaire des pays occidentaux contre l’Iran pouvait précipiter une confrontation militaire qui aurait des répercussions énormes pour toute la région.

Le communiqué dit encore: « Face à la menace de guerre grandissante, nous sommes convaincus de la nécessité d’une puissante opposition contre la politique guerrière et pour une analyse critique des racines du conflit actuel. Nous cherchons à prendre des mesures contre la guerre en établissant des liens entre les peuples de la région. et nous appelons à un débat public critique en Allemagne au sujet de l’intervention de l’Allemagne au Moyen-Orient. »

Les organisateurs ont aussi demandé à ceux qui étaient présents de s’abstenir d’apporter des drapeaux nationaux afin de décourager toute manifestation de nationalisme ou d’antisémitisme. Un petit groupe de sionistes a tenté de perturber la manifestation en brandissant des pancartes qui appelaient au renversement du gouvernement iranien. Ils furent ignorés par les manifestants qui continuèrent à défiler à travers la ville en scandant des revendications en faveur d’une fin des exportations d’armes allemandes dans la région.

Les partis politiques traditionnels allemands ont brillé par leur absence. Pas une seule banderole du Parti social-démocrate, SPD, des Verts, du parti Die Linke ou des syndicats n’a été visible lors de la manifestation. Toutes ces organisations avaient signalé ces dernières semaines qu’elles étaient prêtes à soutenir le gouvernement allemand et une agression militaire allemande au Moyen-Orient en cas de frappe israélo américaine contre l’Iran.

 

La pancarte d’un manifestant disant: « Les Israéliens et les Iraniens refusent d’être des ennemis »

Vu l’organisation rapide de cette manifestation les organisateurs se sont déclarés satisfaits que tant de personnes y ont participé. Les partisans du WSWS ont distribué des centaines de copies du tract « Les attaques contre Günter Grass – un bilan, » qui furent chaleureusement reçues par les personnes présentes à la manifestation. Des reporters du WSWS ont parlé à un certain nombre de manifestants.

Sadej S. vit en Allemagne depuis un certain temps et fait des études pour devenir enseignante. Elle a salué la manifestation comme l’occasion de prouver que les Israéliens et les Iraniens avaient des intérêts communs. Le fait qu’Israël dispose de l’arme nucléaire est connu depuis longtemps mais personne ne l’a condamné de crainte d’être accusé d’antisémitisme. Dans ce contexte, Sadej s’est réjouie de la publication du récent poème de Günter Grass, disant, « Il est grand temps que quelqu’un s’exprime publiquement à ce sujet. Il est particulièrement significatif que le silence a été rompu par quelqu’un d’aussi éminent, un lauréat du prix Nobel. »

Sadej s’est montrée très critique vis-à-vis du SPD. Jusqu’au moment de son départ, au début des années 1990, Grass avait été un membre de longue date du parti et la plupart des dirigeants du parti ont critiqué sa position. « Le SPD a évidemment capitulé devant la pression exercée par Israël, » a dit Sadej. « Je suis déçue par la dirigeante du SPD, Andrea Nahles, qui s’est prononcée contre Grass. Après tout, elle est censée représenter la gauche du parti. »

Sadej a aussi vivement critiqué Die Linke pour son silence au sujet des attaques contre Grass : « La candidate présidentielle du parti, Beate Klarsfeld, a été l’une des toutes premières à diffamer Grass. Elle s’était fait un nom comme défenseur des droits de l’Homme et d’adversaire du fascisme mais ses remarques sur Grass ont été indéfendables et montrent que Die Linke a aussi capitulé devant la pression israélienne. Je veux dire clairement que la persécution des Juifs par les nazis est un crime historique. Mais ce crime ne justifie nullement un deuxième crime, les préparatifs d’une guerre contre l’Iran. »

Une manifestante venue d’Iran et âgée de 50 ans, a dit, « Je suis fondamentalement contre la guerre ; c’est toujours la population qui souffre de ses conséquences. » Il y a quelques années, elle avait fui l’Iran avec sa famille. Elle a reconnu qu’au début elle avait fondé des espoirs sur la présidence d’Ahmadinejad mais fut ensuite déçue par sa politique.

Elle a souligné que lors de la dernière élection il n’avait recueilli que 30 pour cent des votes. Elle a néanmoins maintenu que son manque de popularité n’était pas une justification pour une propagande de guerre des Etats-Unis et d’Israël contre l’Iran. « Ce que les politiciens et les médias disent n’est pas la question principale, » a-t-elle dit. « C’est ce qu’ils font qui est important. Ils envoient des armes à Israël en provenance d’Europe et des Etats-Unis ». N’importe quelle guerre finirait par la destruction à la fois d’Israël et de l’Iran ainsi que de leur population respective. »

Elle a exprimé sa colère contre la campagne orchestrée contre Günter Grass en Allemagne : « En Allemagne, vous ne pouvez pas critiquer Israël parce que tout commentaire de ce genre est considéré comme antisémite. La question qui nous préoccupe est toutefois, la critique de la politique d’Israël et non pas les Juifs. » Interrogée sur une solution du conflit au Moyen-Orient, elle a dit qu’Israël, au même titre que les Palestiniens, doit avoir le droit d’exister. Elle a poursuivi en disant, « Je ne suis jamais allée en Palestine, mais un ami m’a dit de quelle manière terrible ils sont traités dans les camps. »

Miriam, de Tel Aviv, a déclaré qu’elle était opposée à une attaque militaire d’Israël contre l’Iran et qu’elle était aussi contre le gouvernement de Benjamin Netanyahu. Toutefois, elle a ensuite affirmé qu’elle était convaincue que l’Iran construisait une bombe nucléaire. Elle a aussi déclaré que Günter Grass n’était pas la bonne personne pour formuler des critiques contre Israël. Tout était « très compliqué » en Israël et très dur à comprendre pour les Européens.

Ses remarques furent contrées par un jeune homme qui était tout près et qui lui a rappelé qu’Israël était le pays disposant de l’arme nucléaire et pas l’Iran. En plus, qu’Israël avait déclenché ces dernières années de nombreuses guerres et des frappes militaires contre les Palestiniens et le Liban.

Une autre manifestante d’Israël qui vit depuis un certain temps en Allemagne a dit que la propagande contre l’Iran se nourrissait de la peur profonde dans la population israélienne d’attaques de la part d’un autre Etat. Elle s’est aussi prononcée contre la politique de Netanyahu en disant que les peuples israélien et iranien devraient lutter ensemble contre le danger de guerre.

Une jeune manifestante, Jana, a déclaré que la campagne contre Grass montrait que les médias n’étaient que les instruments des politiciens et de leurs intérêts. Il est clair que l’Iran a été choisie pour une agression non seulement parce que le pays avait d’importantes matières premières mais aussi en raison de son emplacement géostratégique très important.

Des campagnes de haine contre l’Iran s’étaient déjà déroulées dans le passé, recourant à des méthodes de propagande identiques. La population ne pouvait pas faire grand-chose contre la guerre par ce que les politiciens étaient déterminés à poursuivre leurs propres intérêts, a dit Jana. Mais, il était nécessaire que les gens s’informent sur le contexte politique et se sensibilisent à ces questions.

 
Article original, WSWS, paru le 7 mai 2012


Articles Par : Correspondants du WSWS

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca