Canada : La marge de manoeuvre est mince pour le remplacement des CF-18

Région :

” alt=”Exception faite de trois appareils, tous les CF-18 devront être retirés en 2020 pour être remplacés par des chasseurs F-35.
” src=”http://www.ledevoir.com/images_galerie/d_110645_87986/image.jpg” width=449 height=299
Photo : Agence Reuters
Exception faite de trois appareils, tous les CF-18 devront être retirés en 2020 pour être remplacés par des chasseurs F-35.
Ottawa — La marge de manœuvre est mince pour le maintien en service des chasseurs canadiens CF-18 au-delà de 2020. Et ces appareils devront être utilisés moins fréquemment si le programme des F-35 est encore retardé.

Selon un tableau graphique du ministère de la Défense répertoriant l’entretien des 77 appareils, les CF-18 avaient utilisé 73 % de leur temps d’existence avant même la campagne de bombardement contre la Libye.

La Défense nationale a reconnu qu’elle n’avait pas de plan de rechange si le programme des F-35 continue de rencontrer des problèmes qui emtraînent des retards dans les échéanciers de fabrication.

Tous les CF-18 devront être retirés en 2020, à l’exception de trois appareils, selon des prévisions déposées au Parlement en réponse à des questions écrites de membres de l’opposition.

En moyenne, chaque appareil doit être retiré du service après 7000 heures de vol. La plupart des CF-18 de l’aviation canadienne ont dépassé 5151 heures de vol lorsque les prévisions ont été présentées à la fin de 2010.

Ces chasseurs ont dû subir des améliorations à leurs systèmes d’armement et de détection qui ont coûté 1,8 milliard $. Des porte-parole du ministère de la Défense ont déjà déclaré qu’ils «seront effectifs sans problème» pendant encore huit ans.

Tous les avions de combat ont été achetés entre 1984 et 1989. Le premier chasseur F-35, dont le programme de production est grevé par divers problèmes, doit être livré en 2016, le gros des 65 appareils prévus devant arriver au pays en 2020.

Les néodémocrates affirment qu’il est irresponsable de la part du gouvernement Harper de ne pas avoir préparé de plan de rechange, ne serait-ce qu’en investissant dans l’équivalent d’un programme visant à prolonger la vie utile des avions. «La façon dont ils procèdent m’abasourdit, a lancé le porte-parole néodémocrate Matthew Kellway. Je ne sais pas de quelle façon ils ont pu se peinturer dans le coin sans aucun plan de secours, et s’ils en ont un, ils refusent de nous dire ce en quoi il consiste.»

Pour le gouvernement Harper, toutefois, ces données ne font que souligner la nécessité de remplacer les chasseurs vieillissants.

D’autres nations, notamment les États-Unis, ont investi dans des programmes pour faire en sorte que leurs chasseurs F-16 et F-15 demeurent opérationnels malgré les retards du programme de chasseurs furtifs évalué à 328 milliards $ US, qui est le plus coûteux programme d’armement de l’histoire américaine.

En fait, Lockheed Martin, qui fabrique à la fois les F-35 et les F-16, a annoncé la semaine dernière qu’il offrirait des ensembles de mise à niveau pour garder les vieux chasseurs en vol et envisagerait même d’en fabriquer de nouveaux.

Articles Par : Presse canadienne

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca