Cancer du sein : scandale à Terre-Neuve

Récemment, des articles ont fait état du rapport de la commission Cameron rendu public le 3 mars dernier. Celle-ci a fait enquête sur les problèmes survenus dans les laboratoires terre-neuviens.  386 patientes atteintes du cancer du sein ont reçu un mauvais diagnostic suite aux analyses de laboratoire devant déterminer le type de traitement à recevoir.

Mais des problèmes ont affecté la précision des résultats du test et ont eu des conséquences sur les diagnostics et leur traitement. Certaines ont reçu un traitement d’hormonothérapie alors qu’elles auraient dû recevoir de la chimiothérapie. Plusieurs femmes sont décédées et les survivantes meurent d’espoir. Ne dit-on pas que l’espoir fait vivre?

L’enquête de la commission a révélé certains problèmes comme le manque de formation pour les technologistes de laboratoires médicaux, une préparation inadéquate des échantillons et de mauvais contrôle de qualité.

Est-ce que le Québec est à l’abri d’une telle catastrophe? Non, le Québec n’est pas à l’abri de ces erreurs. Récemment, des technologistes médicales du CHUM ont dénoncé le manque de personnel dans leurs laboratoires. Elles ont du mal à respecter les délais prescrits par leur ordre professionnel pour livrer les résultats des analyses. Elles doivent travailler sous pression et faire du temps supplémentaire pour y arriver.

Certains employeurs sacrifient la qualité du travail et des résultats en embauchant dans les laboratoires des salariés qui ne sont pas formés adéquatement pour effectuer un travail qui pourtant demande des connaissances et une formation reconnue. La gestion déficiente de ces employeurs met donc en péril la qualité des diagnostics et des soins.

Chaque jour, les médias rapportent autant d’histoires d’horreur vécues dans le réseau de la santé. Des cas isolés, nous dit-on. À la longue, cela fait beaucoup de cas et d’actes manqués.  Selon la Société canadienne de science de laboratoire médical, « chaque province a la responsabilité de s’assurer que les laboratoires médicaux travaillent selon les normes professionnelles les plus élevées ».

Quelle sera la prochaine dérive? Quand est-ce qu’un gouvernement prendra au sérieux les demandes inlassables des salariés de la santé? Faudra-t-il qu’une telle catastrophe arrive? Qu’une commission d’enquête québécoise fasse des recommandations à nos gestionnaires? Rendu là, il sera malheureusement trop tard.

Et qui va enfin se lever pour nous protéger de ce système qui nous rend malades?
 

Isabelle Legault est technologiste médicale.


Articles Par : Isabelle Legault

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca