Chasseur-bombardier F-35 : pour le moment c’est surtout son prix qui décolle

Dépenses militaires. Cour des comptes états-unienne : prix doublé et retard de deux ans pour le projet international

Région :
Chasseur-bombardier F-35 : pour le moment c’est surtout son prix qui décolle

Le coût du chasseur bombardier F-35 Lightning II a gonflé de 50 à 113 millions de dollars pièce : c’est Il Sole 24 Ore (18 mars) qui l’annonce. Ce n’est pas un scoop : il y a un an nous avions écrit sur il manifesto (15 avril 209) que « le chasseur coûtera plus que prévu ». Pour preuve le fait que dès cette époque, pour en acquérir 131, le gouvernement italien avait décidé de débloquer 12,9 milliards d’euros.

   Aujourd’hui la Cour des comptes Usa confirme que le coût a quasiment doublé et, face au retard de deux ans et demi sur les délais prévus, le Pentagone demande à Lockheed de modifier le contrat et de le transformer pour un prix fixe. Le Congrès  devra approuver de nouveau le programme – le plus coûteux de l’histoire militaire états-unienne (323 milliards de dollars pour 2457 avions)- « bien que personne ne s’attende à un re-dimensionnement ».

  Au Parlement italien par contre, pas un mot, grâce au fait que la participation au programme du F-35 est soutenue par une ligne bipartisane. Le premier mémorandum d’accord a été signée au Pentagone en 1998 par le gouvernement D’Alema ; le second, en 2002, par le gouvernement Berlusconi ; le troisième, en 2007, par le gouvernement Prodi. Et en 2009 c’est de nouveau un gouvernement Berlusconi qui délibère pour l’achat des 131 chasseurs qui, à vrai dire, avait déjà été décidé par le gouvernement Prodi en 2006. L’Italie participe au programme du F-35 comme partenaire de second niveau, en contribuant au développement et à la construction du chasseur.

    20 industries y sont engagées, parmi lesquelles Alenia Aeronautica, Galileo Avionica, Datamat et Otomelara de Finmeccanica et d’autres comme Aerea et Piaggio.  Plus de 1200 ailes du F-35 seront  produites dans les établissements Alenia. Près de l’aéroport militaire de Cameri (Novara) sera réalisée une ligne d’assemblage et d’essai des chasseurs destinés aux pays européens, qui sera ensuite transformée en centre de manutention, révision, réparation et modification.  Le gouvernement a alloué à cet effet 605 millions d’euros, en présentant cela comme une grande affaire pour l’Italie : il ne dit cependant pas que, alors que les milliards des contrats pour le F-35 vont dans les caisses d’entreprises privées, les milliards pour l’achat des chasseurs-bombardiers sortent des caisses publiques.

  En attendant l’aéronautique italienne continue à répéter qu’elle « veut le chasseur F-35 » et la marine fait de même. Interviewé par Il Sole 24 Ore (du 5 février), le général Giuseppe Bernardis, nouveau chef d’état-major de l’aéronautique, a dit que « l’argent de l’acquisition de nouveaux appareils est suffisant », mais celui pour l’entraînement fait défaut.

   Pour que les comptes soient bons, l’aéronautique veut limiter l’achat du chasseur Eurofighter Typhoon (construit par un consortium européen) à 96 appareils au lieu de 121, et essaie de vendre une vingtaine de Typhoons d’occasion à la Roumanie et autres pays. La priorité est ainsi donnée au chasseur de Lockheed, supérieur (garantit Il Sole 24 Ore) pour son « invisibilité et sa capacité d’attaque ». Un choix  qui n’est pas seulement militaire mais politique, qui lie l’Italie plus étroitement encore au char de guerre du Pentagone.

Edition de samedi 20 mars 2010 de il manifesto : 

http://www.ilmanifesto.it/il-manifesto/in-edicola/numero/20100320/pagina/08/pezzo/274110/  

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire "L'art de la guerre" au quotidien italien il manifesto. Il est l'auteur de Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Geografia del ventunesimo secolo, Zanichelli 2010 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca