Chine : Un rapport sur la défense indique que la guerre est plus probable

Chine : Un rapport sur la défense indique que la guerre est plus probable

Le rapport chinois sur les questions stratégiques et militaires intitulé « Défense nationale en 2006 » et publié à la fin de décembre 2006 est un document hautement politique qui réflète la réaction de Beijing à l’intensification des rivalités entre les grandes puissances.

Le livre blanc, le cinquième depuis 1998, est en grande partie une réponse à la pression croissante de Washington. Depuis que Bush est arrivé au pouvoir en 2001, le Pentagone a publié une série de rapports annuels présentant l’armée chinoise comme une « menace » pour les Etats-Unis. Le président chinois Hu Jintao a tenté de minimiser la signification de ces critiques, déclarant que son pays désirait une « croissance pacifique ».

En réponse aux déclarations de Washington que l’armée chinoise se réarme de façon « secrète », ce dernier rapport offre beaucoup plus de détails sur l’appareil militaire du pays que les rapports précédents. Il donne des informations sur les dépenses de la Défense, la structure de commandement et un survol de la politique militaire chinoise. Le gouvernement a tenu une conférence de presse spéciale sur ce rapport devant quelque 70 attachés militaires de 45 pays.

Toutefois, le dynamisme économique de la Chine a sa propre logique. Avec un taux de croissance annuel moyen de 10 pour cent et 1 billion $ (soit mille milliards) en réserves de devises étrangères, Beijing a pu engager des dépenses pour l’Armée populaire de libération. De plus, la ruée de la Chine pour le pétrole et les matières premières à travers le monde la met en concurrence directe avec les Etats-Unis, le Japon et les puissances européennes.

Les liens croissants entre la Chine et la Russie au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai heurtent de plein front les ambitions américaines de domination du Moyen-Orient et de l’Asie centrale. En Asie, en Amérique du Sud et en Afrique, Beijing tente par tous les moyens d’élargir son influence, en offrant de l’aide en échange de ressources. La Chine a appuyé et même fourni des armes aux régimes du Soudan, du Venezuela et de la Birmanie envers lesquels Washington est hostile.

Le rapport sur la défense signale les inquiétudes de plus en plus grandes de Beijing sur l’agression de l’administration Bush au Moyen-Orient et internationalement. Dans le premier chapitre portant sur « l’environnement sécuritaire » de la Chine, on sonne l’alarme devant la « pratique d’un petit nombre de pays qui ont intensifié leurs alliances militaires et font usage de la force ou de menaces de l’utiliser dans les affaires internationales ».

Ce chapitre signale en particulier le danger d’un réalignement stratégique mené par les Etats-Unis en Asie. « Les Etats-Unis et le Japon renforcent leur alliance militaire cherchant à développer leur intégration opérationnelle. Le Japon cherche à réviser sa constitution et à exercer l’autodéfense collective. Sa posture militaire est de plus en plus orientée vers l’extérieur. Le DPRK [la Corée du Nord] a réalisé des tests de missiles et a entrepris un test nucléaire. Ainsi, la situation dans la péninsule coréenne et dans l’Asie du Nord-Est est devenue plus complexe et exigeante. »

La Chine est profondément préoccupée que l’administration Bush encourage le Japon à adopter un rôle plus belliciste dans l’Asie du Nord-Est. Beijing craint aussi que le test nucléaire de la Corée du Nord en octobre dernier puisse fournir un prétexte au Japon pour développer l’arme nucléaire. Le désir à peine voilé de l’administration Bush pour un « changement de régime » en Corée du Nord soulève la menace qu’un Etat politiquement hostile à la Chine pourrait apparaître aux pieds du géant chinois.

Le rapport a spécifiquement mentionné qu’une déclaration officielle d’indépendance à Taiwan, appuyée par les États-Unis, constituait la plus grande menace à la sécurité nationale et à l’intégrité territoriale de la Chine. Pékin perçoit Taiwan comme une province rebelle et craint que des actions vers l’indépendance encouragent des mouvements séparatistes ailleurs en Chine. Les États-Unis ont promis de défendre militairement l’île contre une éventuelle attaque chinoise et, ce qui encore plus important, ont encouragé le Japon à soutenir toute action militaire pour défendre Taiwan.

Washington entretient une série d’alliances militaires ou d’ententes stratégiques avec des pays avoisinant la frontière et la côte chinoises, dont la Corée du Sud, le Japon, Taiwan, l’Inde, le Pakistan, le Népal, l’Afghanistan, ainsi que plusieurs nations d’Asie centrale. La Chine développe son armée en réaction à la menace d’encerclement par les États-Unis et pour s’assurer des approvisionnements en matières premières, particulièrement le pétrole.

Les dépenses chinoises relatives à la défense devraient atteindre 36,4 milliards $US cette année, soit presque 15 pour cent de plus qu’en 2005. De 1990 à 2005, l’augmentation moyenne des dépenses militaires annuelles de la Chine était de 15,36 pour cent. Le livre blanc a tenté de minimiser l’importance des augmentations affirmant que les hausses étaient dues essentiellement aux salaires. Il a aussi déclaré que les dépenses militaires chinoises représentaient moins de 1,4 pour cent du produit intérieur brut (PIB), comparativement à 6,2 pour cent pour les États-Unis.

La Chine a effectué deux énormes diminutions de personnel militaire en 1983 et 1997 qui totalisaient un million et demi de soldats. Une autre diminution de 200 000 soldats a été réalisée entre 2003 et 2005. L’APL a présentement à sa disposition 2,3 millions de personnes : les plus importantes forces armées au monde. De plus, la Chine dispose de la Police armée du peuple, constituée de 660 000 personnes, qui sert principalement à réprimer les troubles internes.

Le Pentagone soutient que le budget militaire de la Chine est deux ou trois fois plus élevé que les chiffres officiels car Pékin ajouterait à son budget de la défense les revenus d’affaires à caractère militaire. Bien que des analystes américains auraient accusé les estimations du Pentagone d’exagérer la « menace » chinoise pour justifier une augmentation des dépenses militaires américaines, le rythme de la modernisation militaire de la Chine s’est assurément accru depuis le début des années 1990.

Avant les années 1970, l’APL paysanne de Mao Zedong était pauvrement équipée. Sa principale stratégie dans le cas d’une attaque américaine ou soviétique était d’entourer les envahisseurs d’une « mer d’hommes ». Dans les années 1980, les États-Unis ont tenté d’utiliser la Chine comme un contrepoids à l’Union soviétique et ont activement encouragé Pékin à utiliser les recettes d’une « réforme de marché » pour moderniser son armée.

Un changement fondamental s’est produit en 1990-91, à la suite de l’effondrement de l’Union soviétique. Les généraux chinois ont été troublés par l’écrasante défaite subie par l’armée irakienne aux mains des États-Unis lors de la première Guerre du Golfe. Pékin a qualifié cela de nouvelle ère de « révolution militaire » dominée par des combats de haute technologie. Le leadership chinois a déclaré que l’ALP devait rattraper le retard ou disparaître alors que les États-Unis utilisaient leur puissance militaire supérieure pour s’assurer une domination stratégique mondiale.

Toutefois, après le massacre de la place Tiananmen en 1989, les grandes puissances occidentales ont imposé un embargo sur les armes. La Chine s’est ainsi tournée vers la Russie pour devenir son plus grand acheteur de chasseurs, de sous-marins offensifs et de technologies militaires avancées. Bien que la première préoccupation de Pékin était la montée du mouvement indépendantiste à Taiwan, elle désirait aussi contrer le développement d’un encerclement américain.

La section du livre blanc de 2006 sur la « politique de défense nationale » décrit l’objectif de la Chine de bâtir une armée sophistiquée d’ici 2050. Le but est de développer « la mécanisation comme base et l’informatisation en tant que moteur ». Le rapport insiste principalement sur une « défense active » et sur la capacité de déployer rapidement une force militaire coordonnée avec une puissance de feu maximale et sophistiquée au-delà de la région immédiate de la Chine.

Malgré sa croissance économique rapide, la Chine est loin d’être une puissance industrielle mature. Sa nouvelle génération d’avions, de chars d’assaut et de navires de guerre est en large mesure basée sur la copie et la reproduction de la technologie étrangère à laquelle elle a accès. L’APC n’a pas encore bâti une armée complètement mécanisée, et ses paysans conscrits et peu éduqués ne sont pas encore capables de mener une « guerre informatisée ». La Chine a construit des sous-marins nucléaires, mais pas de navires de surface. Sa force aérienne comprend des armes de précison guidées, mais sa force numérique est encore basée sur d’antiques jets soviétiques.

Dans la sphère de l’arme nucléaire, la Chine traîne loin derrière les Etats-Unis.  Le livre blanc réitère la politique officielle du pays de ne pas « frapper les premiers » et déclare que la Chine ne va pas s’engager dans une course à l’armement nucléaire. Mais le document ne dit pas grand-chose sur l’arsenal nucléaire du pays. 

Une étude intitulée « la puissance nucléaire de la Chine et les plans de guerre nucléaire des Etats-Unis » publiée en novembre par la Fédération des scientifiques américains et le Conseil de défense des ressources naturelles conclut que le Pentagone et la CIA ont délibérément exagéré la « menace » nucléaire de la Chine pour justifier les dépenses pour la fabrication d’une nouvelle génération d’armes nucléaires.

« Certains aux États-Unis prétendent que la Chine est la prochaine grande menace et pour cela de nouvelles armes et des dépenses militaires accrues sont nécessaires.  Certains en Chine voient les récentes guerres menées par les États-unis, la modernisation militaire et les stratégies et politiques agressives faire preuve de l’« hégémonie » américaine et concluent que cela requiert d’eux qu’ils modernisent leur armée. Les deux pays investissent de larges sommes en prévision de la guerre, et une guerre entre la Chine et les États-Unis entraîne le potentiel d’une escalade vers l’utilisation d’armes nucléaires, » prévient le document.

L’arsenal américain de 10 000 armes nucléaires éclipse celui de la Chine, qui est estimé à seulement 200. La Chine ne possède que 200 missiles balistiques intercontinental (MBI) capable de frapper les États-Unis, alors que les États-Unis en ont plus de 830, la plupart avec des têtes nucléaires multiples, qui peuvent atteindre la Chine. Les États-Unis sont aussi loin devant la Chine dans la technologie nucléaire, des sous-marins stratégiques capables de lancer des armes nucléaires et dans la capacité de mener des frappes nucléaires aériennes.

L’étude estimait que même un échange nucléaire limité provoquerait des dommages énormes. Une frappe nucléaire américaine seulement sur les 20 silos de lancements de la Chine tuerait et blesserait 26 millions de personnes, alors que l’étude a trouvé que les États-Unis avaient, dans le passé, des plans « de frappe beaucoup plus importants » contre la Chine.  Une attaque de la Chine contre les États-Unis avec ses 20 missiles nucléaires pourrait causer la mort d’un nombre estimé de 40 millions de personnes.  Ce nombre serait beaucoup plus élevé si la Chine était capable de déployer entre 75 et 100 têtes nucléaires comme prédit par les États-Unis.

Il y a des signes, cependant, que les États-UNis cherchent la suprématie nucléaire – soit d’avoir la capacité de prévenir une réponse nucléaire suite à une première attaque. Une telle capacité modifierait fondamentalement l’équation stratégique, qui durant la guerre froide, était basée sur le paradigme de l’assurance de destruction mutuelle – soit une position dans laquelle aucun des deux côtés ne lance la première attaque par crainte de représailles dévastatrice. L’administration Bush ne fait que raffiner  sa capacité nucléaire offensive mais développe également un système de missile anti-balistique  dans le but de minimiser les représailles.    

En tant que cible potentielle d’une attaque américaine, la Chine et la Russie ont été forcées de répondre en développant une nouvelle génération de rampe de lancement mobile pour déjouer la première attaque. L’administration Bush a continuellement dénoncé la Chine de garder « secret » le développement de son système de défense. Mais le développement effréné de son arsenal militaire et ses agressions en Irak et en Afghanistan, constituent de loin le principal facteur déstabilisant dans le monde politique et augmentent le danger de guerre.

WSWS, article original anglais paru le 18 janvier 2007.

Articles Par : John Chan

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca