Course contre la montre pour renverser Bachar al-Assad

Course contre la montre pour renverser Bachar al-Assad

Comme il fallait s’y attendre, les décisions prises par le président Bachar al-Assad d’organiser, en février, un congrès régional du parti Baas et, en mars, un referendum sur le projet de nouvelle constitution syrienne obligent ses adversaires occidentaux et locaux à sauter des étapes de leur plan de renversement du régime.

 Alors que Mohammed Riad Shakfa, chef des Frères Musulmans syriens, refuse toujours de dialoguer avec le régime baasiste, la Ligue arabe demande maintenant au gouvernement syrien et aux divers courants de l’opposition «d’engager un dialogue sérieux sous l’égide de la Ligue arabe dans un délai ne dépassant pas les deux semaines ». Pour ce faire, Bachar al-Assad devrait transférer un certain nombre de ses pouvoirs à Farouk al-Chareh, vice-Président de la République, qui négocierait avec l’opposition la formation – d’ici deux mois – d’un gouvernement d’union nationale.

Menace d’une intervention étrangère au sol 

Hamad ben Jassem ben Jaber al-Thani, ombrageux ministre des Affaires étrangères du Qatar, a précisé que cette initiative « visait à un départ du régime syrien de manière pacifique »… alors que cet objectif était absent du communiqué final de la Ligue arabe. Il a menacé, comme le lui a demandé l’Otan, de porter l’affaire devant le Conseil de sécurité de l’ONU, si Bachar al-Assad ne s’exécutait pas.

Avant de décider à la place du gouvernement syrien de ce qu’il doit faire, il eut été normal d’attendre, au moins, la tenue du 11ème congrès régional du Baas. Mais, le temps presse pour les Occidentaux et leurs alliés locaux… On se souvient qu’en novembre dernier, Mohammed Riad Shakfa, qui annonçait l’effondrement du régime baasiste… fin 2011, appelait la Turquie – c’est-à-dire l’Otan – à intervenir militairement pour « protéger les civils ».

La Syrie a évidemment rejeté le nouveau plan de la Ligue arabe, le qualifiant d’ « ingérence flagrante dans ses affaires intérieures ». L’imposition de nouvelles sanctions économiques occidentales contre ce pays est donc prévisible, avec toujours à l’horizon la menace d’une intervention étrangère au sol.

Articles Par : Gilles Munier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca