Décriminalisation de la prostitution – Un choix social, et non individuel

Décriminalisation de la prostitution - Un choix social, et non individuel

” alt=”Une prostituée sollicite un client
” src=”http://www.ledevoir.com/images_galerie/d_75347_67312/une-prostituee-sollicite-un-client.jpg” width=449 height=313

Photo : Agence Reuters Dan Riedlhuber

Même si son jugement reconnaît que le seul consensus qui existe sur la prostitution au Canada, c’est l’absence de consensus, la juge Himel a tranché. Au nom de la Cour supérieure de l’Ontario, elle a invalidé la plupart des articles du Code criminel en matière de prostitution, estimant qu’ils contribuent à mettre en danger les personnes prostituées et les proxénètes qui, dans la novlangue néolibérale, sont désormais des «travailleurs du sexe».

Mme Himel n’est pas sociologue, ni psychologue, son domaine d’élection est le droit. Néanmoins, son jugement assure que le proxénétisme, qu’elle réduit à vivre des fruits de la prostitution — elle oublie vraisemblablement qu’il l’organise —, la tenue de maisons closes et la communication publique (racolage) à des fins de prostitution sont des atteintes à la sécurité des personnes, qu’elles soient prostituées ou proxénètes («travailleurs du sexe») et, par conséquent, vont à l’encontre des libertés et du droit à la sécurité protégés par la Charte canadienne des droits et des libertés.

Rapports marchands

En toute bonne foi, on peut se demander pourquoi l’article de la Charte sur l’égalité entre les hommes et les femmes, «valeur fondamentale du Canada», comme on le serine aux nouveaux arrivants, n’a pas été retenu par la juge et ne fonde pas son jugement. Il aurait dû être au coeur dudit jugement, tout simplement parce que la prostitution s’inscrit avant tout dans des rapports sociaux marchands entre les hommes et les femmes.

C’est au nom d’une «société libre et démocratique» que la juge invalide ce qu’un Parlement élu a adopté. Beaucoup de commentateurs ont mis en évidence la «judiciarisation» de la société canadienne depuis le rapatriement unilatéral de la Constitution et l’adoption de la Charte canadienne des droits et libertés. La judiciarisation peut se définir comme le processus au cours duquel un traitement juridique ou judiciaire se substitue à un autre mode de régulation sociale et politique.

En effet, de plus en plus, les juges se substituent aux élus, ce qui pose de sérieuses questions quant à la démocratie politique au Canada. Puisqu’il n’y a pas, selon la juge, de consensus au Canada sur la prostitution, pourquoi trancher et limiter par le fait même le pouvoir des élus de légiférer dans ce domaine? Pourquoi ne pas avoir expliqué que c’était à la société de décider et non à un seul individu dont l’interprétation est contestable et sera sûrement contestée en appel.

Gens d’affaires

Les experts sont divisés sur la prostitution. Les partis politiques sont également divisés, tout comme le sont les personnes prostituées et les citoyens. Mais la juge a tranché en faveur des proxénètes (deux des trois requérantes de la cause). C’est cela qui est le plus troublant. Désormais, de criminels, ils sont miraculeusement transformés en gens d’affaires. En Ontario, dans trente jours, si le jugement prend effet, ils pourront organiser et exploiter en toute impunité la prostitution d’autrui et en vivre ouvertement.

On sait que le proxénétisme est une activité «traditionnelle» du crime organisé — la documentation ne manque pas à ce sujet. C’est précisément cet aspect qui a fait réagir la municipalité d’Amsterdam qui a pris des moyens importants pour changer la vocation de son «quartier rouge». Les autorités municipales ont constaté que, depuis la légalisation du proxénétisme et de la prostitution en bordels (l’un ne va pas sans l’autre), le crime organisé avait étendu son emprise: «On a réalisé que ce n’était plus de petits entrepreneurs, mais d’importantes organisations criminelles impliquées dans la traite des femmes, le trafic de drogues, les meurtres et les autres activités illicites», a déclaré Job Cohen, le maire de la ville.

Évidemment, le crime organisé ne domine pas un domaine aussi lucratif sans utiliser tous les moyens à sa disposition, dont la violence, pour maintenir ou étendre sa domination. Toutefois, selon les requérantes de cette cause, ce sont les lois sur la prostitution qui sont responsables de la violence dont sont victimes les personnes prostituées, non les hommes qui l’exploitent (proxénètes) ni ceux qui en usent (clients).

De 1992 à 2004, il y a eu 171 meurtres de femmes prostituées au Canada. Les «disparitions» de filles et de femmes prostituées se comptent par centaines. Durant la même période, il y a eu 50 meurtres de femmes prostituées aux Pays-Bas, ce qui, toutes proportions gardées, est un chiffre comparable à celui du Canada. Autrement dit, que la prostitution en bordels soit légale ou non, ça ne change pas fondamentalement la dynamique de la violence, parce que ce sont les rapports entre les hommes et les femmes tels qu’ils se nouent dans une relation marchande inégale qui expliquent la violence endémique qui la caractérise.

Décriminaliser les personnes

Il y a pourtant un consensus dans la société. Les organisations actives dans le milieu de la prostitution sont toutes favorables à la décriminalisation des personnes prostituées. Les divergences concernent ce qu’est la prostitution — une institution d’oppression et d’exploitation ou un travail comme un autre, qui plus est librement choisi — et s’il faut criminaliser ou non ceux qui l’exploitent (les proxénètes) et ceux qui en usent (les clients).

Il ne s’agit donc pas ici d’un simple choix individuel par chacune des femmes concernées, mais d’un choix de société qui concerne plus particulièrement l’ensemble des femmes et des filles. D’autant plus que la majorité des personnes prostituées est recrutée à un âge mineur, ce qui met à mal l’idée que c’est un choix rationnel et libre.

La société mérite mieux que ce jugement. Il limite sérieusement la possibilité de la société de prendre les mesures qu’elle juge nécessaires après des débats approfondis et sur la base d’une volonté majoritaire, ce qui est l’un des fondements de la démocratie.

Lire également : La marchandisation sexuelle mondialisée des femmes et des fillettes

Richard Poulin : Sociologue, professeur titulaire à l’Université d’Ottawa et associé à l’Institut d’études et de recherches féministes de l’UQAM, l’auteur a écrit plusieurs ouvrages sur la prostitution et la traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle.

Comment on Global Research Articles on our Facebook page

Articles Par : Richard Poulin

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca