« Delist MKO »… Comment les États-Unis ont officiellement pris les armes contre l’Iran

Clinton H.

Dans un acte d’hostilité clair et sans équivoque envers l’Iran, les États-Unis ont décidé de retirer le nom de l’Organisation des Mujahedin-e-Khalq (MKO) de sa liste d’organisations étrangères terroristes, le vendredi 28 septembre, prouvant ainsi un appui inconditionnel aux ennemis jurés de la nation iranienne.

Hillary Clinton, criminelle en chef du Département d’État américain – Les membres de l’organisation Mujahedin-e Khalq ont fait pression sur les politiciens américains pour qu’ils retirent leur groupe de la liste des organisations terroristes – Photo : EPA

Le gouvernement des États-Unis a annoncé sa décision quelques jours après que la Secrétaire d’État Hillary Clinton ait soumis au Congrès un dossier d’informations classifiées au sujet du terrorisme.

La décision a été prise sous le prétexte que le MKO n’a effectué aucune opération terroriste au cours des 10 dernières années. Cette annonce tout à fait contestable qui affiche l’indéniable animosité des États-Unis envers le peuple iranien, survient alors que plusieurs documents fiables confirment que le MKO est responsable du massacre de plus de 40 000 Iraniens durant les années 1980, au cours de la guerre entre l’Iran et l’Irak. Cette bande a également assassiné en 1979 l’ancien Président Mohammad Ali Rajaei, le Premier Ministre Mohammad Javad Bahonar et l’Ayatollah Mohammad Beheshti, responsable du système judiciaire iranien durant les premières années de la Révolution islamique. Depuis 2010, cette organisation a également aidé le Mossad israélien à assassiner quatre scientifiques iraniens du secteur nucléaire, tentant ainsi de contrecarrer le progrès scientifique en Iran.

Juste après l’annonce faite par le gouvernement des États-Unis, Maryam Rajavi, la chef du groupe terroriste basée à Paris, a fait une déclaration dans laquelle elle se félicitait de la décision : « Cela a été la décision correcte, quoique longue à venir, qui permet de lever un obstacle important sur le chemin du peuple iranien pour la démocratie. » Rajavi a promis que son groupe intensifiera la pression sur l’Iran, et on peut facilement se représenter quels plans diaboliques et malveillants ils ont en tête à l’égard de notre peuple.

Le New York Times a révélé que le MKO a suborné certains des politiciens les plus influents du Département d’État des États-Unis, ainsi que quelques députés du Congrès, les convaincant de soutenir le décret anti-iranien. On trouve parmi les officiels américains haut placés et soutenant le MKO, d’anciens Directeurs de CIA, R. James Woolsey et Porter J. Goss ; l’ancien directeur du FBI Louis J. Freeh ; l’ancien secrétaire de le sécurité nationale sous le Président George W. Bush, Tom Ridge ; l’Attorney Général, Michael B. Mukasey ; et le premier conseiller de la sécurité nationale du Président Barack Obama, le Gen. James L. Jones.

Le MKO qui reçoit des financements en provenance d’Israël et de certains des gouvernements occidentaux, avait investi beaucoup d’argent pour gagner l’appui des politiciens américains, et il se raconte que des honoraires allant de 15 à 30 000 dollars US ont été versés à ces personnes pour les inciter à assister aux rassemblements de MKO et y tenir des discours appuyant leurs activités anti-iraniennes.

L’ancien gouverneur démocrate de Pennsylvanie, Edouard G. Rendell, a admis en mars qu’il avait reçu un total de 150 000 dollars en provenance du groupe pour soutenir leur cause.

Le jour qui a suivi la décision du gouvernement des États-Unis de « délister » le MKO, Lord Ken Maginnis, un membre néo-conservateur de la Chambre Des Lords et ancien parlementaire britannique, a parlé d’une « décision importante du Département d’État américain » et « d’une victoire pour la justice. »

« Maintenant, la meilleure manière de diminuer la menace d’un Iran disposant de l’arme nucléaire, est de faciliter un changement de régime à Téhéran. Et c’est à l’horizon. La résistance iranienne n’a pas besoin de troupes ou d’armes ; elle a besoin de l’appui des gens qui aiment la liberté et des gouvernements qui rejettent la tyrannie, » écrit-il dans un article.

Il existe des rapports crédibles indiquant que des membres de MKO ont bénéficié de considérables sommes d’argent, d’entraînements militaires et d’équipements venant des États qui sont hostiles à l’Iran – avec parmi eux les États-Unis, Israël et l’Arabie Saoudite – et qui craignent son influence croissante au Moyen-Orient.

Dans un article publié dans le New Yorker daté du 6 avril 2012, le renommé journaliste d’investigation Seymour Hersh, a expliqué comment le gouvernement des États-Unis a sournoisement soutenu les terroristes de MKO. L’article titré « Nos Hommes en Iran ? », documente comment des membres du MKO ont été formés dès 2005 aux communications, à la cryptographie, aux tactiques d’unités de petite taille et aux armements par le Joint Special Operations Command(JSOC) dans une base au Nevada.

« Le JSOC a instruit des membres de MKO sur la façon de pénétrer les systèmes de communication iraniens importants, permettant au groupe d’intercepter les appels téléphoniques et les message texto à l’intérieur de l’Iran afin de les partager avec les services américains d’espionnage, » écrit Nil Bowie dans un article d’enquête édité sur Global Research le 16 avril 2012. Le JSOC est une composante du United States Special Operations Command et est connu pour avoir effectué des opérations clandestines en Iran avec l’autorisation directe de George W. Bush.

Le 7 Juillet 2008, Marsha Reid révéla dans un article pour le Geopolitical Monitor que le JSOC avait enlevé des membres de la force Al Quds de la Garde Révolutionnaire iranienne et les avait déportés en Irak pour y être torturés et soumis aux interrogatoires. Il a indiqué que le MKO a été impliqué dans ces opérations clandestines.

Le fameux journaliste investigateur Glenn Greenwald a écrit le 10 février sur Salon.com que MKO a reçu « des honoraires substantiels » de certains des officiels de haut rang des États-Unis pour effectuer des opérations de terrorisme sur le sol iranien : « Une des histoires politiques rapportées en sous-main l’année dernière est la recommandation empressée de nombreux hommes politiques américains importants au profit d’un groupe iranien formellement classé comme une organisation terroriste, en vertu de la loi des États-Unis. Une large caste bipartite a reçu des honoraires substantiels de ce groupe, le Mojahedin-e Khalq, et s’est transformée en leurs défenseurs passionnés… Le Christian Science Monitor a rapporté en effet en août dernier, que ces personnes ont été payées des dizaines de milliers de dollars pour s’exprimer en faveur du MKO. »

Selon un Reportage de Richard Engel et de Robert Windrem sur NBC, le groupe terroriste « est financé, formé et armé par les services secrets israéliens. » Deux hauts officiels haut placés au gouvernement des États-Unis et restés anonymes, ont également admis que « l’administration d’Obama est parfaitement informée de la campagne d’assassinats » dirigée contre les scientifiques nucléaires iraniens. L’Iran a depuis longtemps fait savoir qu’Israël et les États-Unis utilisaient les services du MKO pour perpétrer des attaques terroristes sur son sol, dont les meurtres de ses scientifiques, et NBC note que ces aveux « confirment les accusations des dirigeants de l’Iran. » NBC a également précisé que le MKO a précédemment travaillé avec le cerveau de la première attaque sur le World Trade Center à New York (1993).

Qorban Ali Husseini Nezhad est un ancien membre du MKO qui a servi le groupe pendant 30 années en tant qu’analyste des affaires étrangères et traducteur de l’arabe, et qui a déclaré sa défection du MKO après qu’il ait pu s’échapper du Temporary Transit Location (en Irak) le mercredi 25 avril 2012. Il a révélé des faits et chiffres terribles concernant la complicité de Massoud et de Maryam Rajavi avec l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein pendant les années de la guerre contre l’Iran. Dans une lettre publiée après sa défection, il a dévoilé que Saddam Hussein avait assigné une part conséquente de recettes pétrolières irakiennes en faveur du MKO afin de renforcer ce groupe terroriste dans ses actions anti-iraniennes.

Selon Husseini Nezhad, lors de sa dernière visite à Saddam Hussein en août 2000, Masoud Rajavi « a demandé à Hussein d’augmenter sa part de recettes jusqu’à l’équivalent de 100 mille barils par jour (3 millions de barils par mois), selon les documents et les lettres que j’ai traduits ou des rapports rédigés par ses compagnons plus proches et auxquels j’avais accès. Rajavi a reçu sa part de pétrole en bons qui ont alors été envoyés en Europe pour être changés en dollars. Le quota de Rajavi était de 50 à 70 mille barils par mois avant cette visite. »

Une autre personne ayant fait défection du MKO, Maryam Sanjabi, a également précisé que le groupe avait reçu des fonds d’Israël et d’Arabie Saoudite. S’exprimant dans une interview exclusive avec le site Web Ashraf News,  elle a déclaré qu’il existait des preuves au sujet des relations et de la coopération entre le MKO et le royaume saoudien. Elle a également indiqué que quand elle avait joint le MKO, elle s’était entendue dire que quitter l’organisation serait impossible : « Quand j’ai été nommée en tant que membre du conseil suprême du MKO, on m’a dit que je ne pourrai jamais quitter l’organisation. Sinon, je devrais me tuer en prenant une pilule de cyanure. »

En définitive, il y a des vérités amères et douloureuses derrière le MKO et la vie de ses membres. Ils constituent un groupe de personnes mal inspirées et mal conseillées qui intentionnellement ou non ont trahi leurs compatriotes et devraient être jugées responsables des atrocités qu’ils ont commises et du sang qu’ils ont versé.

La suppression par le Département d’État américain du MKO de la liste des organisations terroristes  encouragera la bande terroriste et la rendra capable d’effectuer plus d’opérations de terreur sous l’apparence d’une organisation civile simplement opposée au gouvernement iranien, alors que son objectif ultime et de faire se désagréger l’Iran, et d’abattre l’actuelle direction du pays. Les gens de conscience partout dans le monde devraient nous aider et comprendre les menaces que ce groupe dangereux représente pour la sécurité de l’Iran, du Moyen-Orient et du monde dans son ensemble.

Kourosh Ziabari

En anglais voir l’entrevue de l’auteur avec Tony Cartalucci :

US “Delisting” of Terror Network: Washington overtly supports the Mujahedin-e-Khalq Organization (MKO)

Article original en anglais

Traduction : Info-Palestine.net – al-Mukhtar

 

 

Kourosh Ziabari est un journaliste iranien et correspondants pour les médias. Il écrit pour Global Research, Tehran Times, Iran Review, Veterans Today et Salem News. Ses articles et ses interviews ont été publiés dans 10 pays. Il a reçu en 2010 du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, la médaille de la Jeunesse iranienne. Blog en anglais : http://cyberfaith.blogspot.com

Articles Par : Kourosh Ziabari

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca