Des civils massacrés en Côte d’Ivoire par les forces soutenues par l’Occident

Des civils massacrés en Côte d’Ivoire par les forces soutenues par l’Occident

Jusqu’à un millier de civils auraient été massacrés dans la ville de Duékoué en Côte d’Ivoire, pays d’Afrique de l’Ouest. C’est la plus forte perte en vies humaines dans l’ancienne colonie française depuis les élections présidentielles contestées de novembre 2010.

Il y a un face à face entre les deux candidats présidentiels rivaux depuis les élections. L’impasse s’est à présent transformée en guerre civile, alors qu’Alassane Ouattara, qui est soutenu par la France, les Etats-Unis et des organisations internationales, tente d’évincer le président sortant, Laurent Gbagbo.

Les forces de Ouattara se sont emparées de la plus grande partie du pays, dont la capitale politique Yamassoukro et le port principal de San Pedro. Elles luttent pour prendre le contrôle de la capitale commerciale, Abidjan. Gbagbo conserve le soutien de sa garde présidentielle, forte de 2.500 hommes, d’un nombre inconnu de mercenaires et du Mouvement Jeunesse patriotique. Après la résolution du 30 mars du Conseil de sécurité des Nations unies, de nombreux éléments au sein de l’armée sont allés faire allégeance à Ouattara.

La France et le Nigeria ont soutenu la résolution qui appelle l’ensemble des responsables d’Etats à reconnaître Ouattara. Ceci a été le signal pour le début d’un assaut militaire contre les forces de Gbagbo.

« En un sens, cette résolution est peut-être le dernier message que nous voulons lancer à Gbabgo et qui est très simple : Gbabgo doit partir, » a dit l’ambassadeur de France à l’ONU, Gérard Araud. « C’est le seul moyen d’éviter une véritable guerre civile et peut-être une violence sanglante dans les rues d’Abidjan, » a-t-il affirmé.

C’est exactement le contraire qui s’est passé. La résolution de l’ONU a donné le feu vert à une guerre civile aux conséquences désastreuses pour la population civile. Un million de personnes sont supposées avoir fui la Côte d’Ivoire ces derniers mois. Les chiffres ont augmenté ces quelques derniers jours. Nombre d’entre eux ont franchi la frontière vers le Liberia voisin, qui est à présent confronté à une crise humanitaire dans des camps de réfugiés surpeuplés. Les habitants d’Abidjan s’abritent chez eux alors que des bombardements intensifs continuent autour du palais présidentiel et que des jeunes armés errent dans les rues. Les magasins et les stations-service ont été pillés.

Henry Gray, coordinateur de Médecins sans Frontières a dit aux journalistes, « Nous visitions des cliniques jusqu’il y a quelques jours, mais la situation dans les rues s’est tellement détériorée qu’il est tout simplement devenu trop dangereux de sortir. Il y a beaucoup de pillage en cours et si vous vous trouvez dans les rues, c’est simple, vous êtes pris pour cible. Il règne une véritable atmosphère de crainte, notamment dans les quartiers plus pauvres. »

La politique de la France en Côte d’Ivoire suit le modèle fixé en Libye où la France et la Grande-Bretagne ont obtenu une résolution de l’ONU pour une zone d’exclusion aérienne sous prétexte de protéger les civils. L’action militaire en Libye et en Côte d’Ivoire reflète l’attitude de plus en plus agressive que les puissances occidentales sont en train d’adopter en Afrique où elles se trouvent confrontées à une concurrence de plus en plus acharnée de la part de la Chine et d’autres économies émergentes pour l’obtention de ressources.

La France a renforcé sa présence militaire en Côte d’Ivoire. Paris y maintient une présence militaire reposant sur l’Opération Licorne depuis la guerre civile précédente. L’Opération Licorne opère en coordination avec l’opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (UNOCI). Paris a dépêché maintenant 300 troupes supplémentaires en faisant passer le nombre de soldats français à 1.400. Ils ont pris le contrôle du principal aéroport.

L’AFP a fait état d’un communiqué du colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l’Opération Licorne, qui a dit, « Licorne, en coordination avec l’ONUCI, a pris le contrôle de l’aéroport Félix Houphouët-Boigny. Des troupes de l’UNOCI et de Licorne garantissent la sécurité et le contrôle du trafic aérien à l’aéroport. » Ceci permettrait, a dit Burkhard, « de faire atterrir des avions civils et militaires pour permettre à certains ressortissants qui souhaiteraient quitter le pays de pouvoir le faire. »

Il y a quelque 12.000 citoyens français en Côte d’Ivoire mais aucun projet n’a été fait pour les évacuer. L’ONU a déjà évacué son personnel non militaire. Il y a plusieurs semaines, elle avait ordonné à son personnel non essentiel de quitter le pays lorsque les installations de l’ONU étaient devenues la cible d’attaques des forces de Gbagbo. L’aéroport s’était précédemment trouvé entre les mains de l’ONU et aurait pu servir à une évacuation en cas de besoin. La prise de contrôle de l’aéroport par les Français est un acte d’agression coloniale. Sous le couvert du droit international et de préoccupations humanitaires, la France est en voie de réaffirmer un contrôle direct sur la Côte d’Ivoire.

Les victimes à Duékoué sont les conséquences immédiates de cette poussée de la France de ré-établir son pouvoir en Afrique. La responsabilité devrait en incomber à l’Elysée où le président Nicolas Sarkozy tenait une réunion dimanche pour discuter de la situation en Côte d’Ivoire. Le massacre a eu lieu alors que les forces de Ouattara étaient en train de prendre le contrôle de la ville.

Washington a été obligé de critiquer Ouattara malgré son soutien politique à son égard. La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a exprimé des préoccupations au sujet du massacre à Duékoué en appelant « les forces du président Ouattara à respecter les règles de la guerre et à cesser d’attaquer des civils. »

Guillaume Ngéfa, directeur adjoint de l’ONUCI a dit que les forces de Ouattara avaient perpétré les meurtres à Duékoué. « Nous avons des preuves, nous avons des photos. C’était des représailles. »

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a parlé à Ouattara au sujet des morts. Mais l’ONU ne peut contourner sa propre responsabilité. Il y a 200 soldats du maintien de la paix en ville et qui font présentement ce qui est décrit comme des patrouilles « robustes ». Le porte-parole de l’ONUCI, Hamadoun Toure a affirmé que l’ONU n’était « pas consciente » que des civils étaient attaqués et tués en ville. Et pourtant, en décembre, l’ONUCI avait établi une ligne téléphonique d’assistance pour que les civils puissent faire part d’attaques subies. L’ONUCI affirme avoir reçu 9.000 appels.

« Nous recevons des appels de partout, du Nord, de l’Est, du Sud, d’Abidjan et de villages aussi, » a dit Guillaume Ngéfa à la radio Deutsche Welle.

Ngéfa a admis que des forces pro Ouattara avaient perpétré des atrocités ailleurs. Dans un cas, un village complet avait été vidé de ces habitants et remplacé par des partisans d’Ouattara. Il était au courant qu’il y avait eu des cas de viol et que les loyalistes de Gbagbo avaient « disparu. » Un hélicoptère de l’ONU avait été attaqué par des forces de Ouattara dans le Nord du pays, a-t-il dit.

Malgré cette information, l’ONUCI affirme ne pas avoir su ce qui s’était passé à Duékoué. Cependant, la ville était connue pour être une poudrière potentielle. Elle domine la région productrice de cacao de Côte d’Ivoire et est un carrefour stratégique. Il existe des tensions depuis longtemps dans la ville entre des groupes qui se considèrent comme des Ivoiriens autochtones et des « étrangers » venus du Nord du pays. Ces derniers jours, des centaines de personnes déplacées ont fui la ville en augmentant les tensions entre les communautés rivales.

Les survivants disent que lorsque les forces de Ouattara sont entrées dans la ville, elles sont allées tout droit au quartier Carrefour qui est connu pour être un quartier pro-Gbagbo. « Il y a eu de nombreux assassinats, elles ont incendié les lieux et complètement brûlé le [quartier], » a dit Patrick Nicholson de l’organisation catholique Caritas.

Les victimes ont été fusillées ou massacrées à coups de machettes. Les forces pro-Gbagbo battant en retraite et des mercenaires libériens se sont repliés sur Guiglo, ville distante de quelque 25 miles (40 kilomètres), où ils ont massacré des travailleurs immigrés des plantations de cacao.

L’ampleur totale de ce qui s’est passé dans le quartier n’est pas encore claire mais le massacre à Duékoué est bien documenté. Les responsables de la Croix Rouge ont tenté de ramasser les corps pour identifier les victimes. La porte-parole de la Croix Rouge (ICRC) Dorothea Krimitsas a reconnu, « Il ne fait pas de doute que quelque chose s’est produit dans cette ville sur une grande échelle et sur quoi l’ICRC continue de recueillir des informations. Tout semble indiquer qu’il s’agissait de violence interethnique.

L’évêque Gaspard Béby Gnéba de Man a fait état de la situation en rapportant que plus 1.500 personnes se sont réfugiées dans mission locale :

« Il y a une situation humanitaire traumatique. Ils ont besoin de nourriture, de médicaments, d’eau, de sanitaires. Les gens ont tout perdu – maisons et vêtements – ils n’ont même pas de paillasse pour dormir. »

Des réfugiés au Liberia ont dit à la BBC que des combattants avaient attaqué leur village avec l’ordre de « tuer absolument tout le monde. »

« Je ne peux pas rentrer chez moi, les rebelles ont des fusils. Je n’ai pas de fusil. Ils tuent les gens et violent les femmes. Ils peuvent tuer des enfants et puis ils prennent les jeunes enfants pour combattre. C’est impossible. Je ne peux pas retourner chez moi, » a dit un homme.

Clinton n’avait pas d’autre solution que de mettre en garde Ouattara contre le comportement de ses troupes mais Washington est néanmoins déterminé à remplacer Gbagbo et a clairement indiqué son soutien à Ouattara. Malgré le massacre, elle a affirmé que « Gbagbo fait sombrer la Côte d’Ivoire dans le désordre. Il doit partir maintenant pour que le conflit s’achève. »

La baronne Ashton de l’Union européenne a répété l’appel de Clinton. « Alassane Ouattara est le président démocratiquement élu de la [Côte d’Ivoire], » a-t-elle dit. « Je presse Laurent Gbagbo à démissionner immédiatement et à se rendre aux autorités légales. »

Ce qu’Ashton décrit comme «  des autorités légales » sont aussi en train de perpétrer des atrocités et des crimes de guerre dans la mesure où même l’ONU attribue la majorité des massacres de civils aux forces de Ouattara. Ouattara est seulement soutenu parce qu’il agit en tant que fondé de pouvoir pour les principales puissances qui veulent s’assurer que la Côte d’Ivoire reste sous leur domination.

Article original, WSWS, paru le 4 avril 2011


Articles Par : Ann Talbot

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca