Effondrement économique record au Japon : le signe d’une aggravation de la récession mondiale

Région :

Une baisse spectaculaire de l’économie japonaise fin 2008 est un signe inquiétant supplémentaire que la crise économique mondiale est en train de poursuivre son effet boule de neige, et il n’y a pas de fin en vue. Les données économiques publiées lundi révèlent que la deuxième économie mondiale s’était contractée d’un taux annuel de 12,7 pour cent au cours du dernier trimestre de 2008, soit la troisième baisse trimestrielle consécutive et le déclin le plus abrupt depuis 1974. La Deutsche Bank de Tokyo a carrément prédit une « grave dépression » au Japon, qui durerait jusque fin 2010.

Il a y à peine quelques mois, le Japon figurait parmi les pays industrialisés les mieux placés pour affronter le bouleversement financier international qui a surgi en septembre dernier aux Etats-Unis. Durement touché par un effondrement de la demande extérieure mondiale, le Japon est à présent le plus durement touché. En décembre dernier, sa contraction au quatrième trimestre a éclipsé les fortes chutes de 3,8 pour cent survenues aux Etats-Unis et de 1,2 pour cent dans la zone euro.

Les prévisions pour 2009 sont uniformément sombres en dépit d’une série de plans de relance budgétaire gouvernementaux. Le ministre de l’Economie, Kaoru Yosano, a mis en garde le Japon disant qu’il était confronté « sans aucun doute à la pire crise depuis la Deuxième Guerre mondiale ». Le Fonds monétaire international (FMI) a prédit le mois dernier que l’économie du Japon se contracterait de 2,6 pour cent en 2009 contre des contractions de 1,6 pour cent pour les Etats-Unis et de 2 pour cent pour l’Europe. En novembre dernier, le FMI avait prédit que le Japon ferait mieux que ses rivaux.

Azusa Kato, économiste de BNP Parisbas, a déclaré à Reuters qu’elle s’attendait à ce que l’économie japonaise se contracte de 11,3 pour cent au premier trimestre de 2009 si, comme prévu, la production industrielle plongeait de 20 pour cent. Kato a dit que le Japon avait été « le plus durement touché par la récession mondiale dans le domaine des marchandises qui coûtent cher et des dépenses d’investissement et que la récession s’éternisera. » Elle a prédit que l’économie ne retrouverait pas une croissance stable avant avril-juin 2010 et, même à ce moment-là, un niveau à peine supérieur à zéro.

L’annonce faite lundi a fait frémir les marchés financiers du monde. A Tokyo, le Nikkei est tombé mardi de 1,5 pour cent à son niveau le plus bas en l’espace de presque trois mois. Dans les pays asiatiques les marchés tributaires d’exportations ont tous dégringolé à l’exception de la Chine. En Australie, le S&P/ASX200 a baissé de 1,2 pour cent, le Japon étant le plus gros marché d’exportation de l’Australie. Les marchés européens ont plongé lundi entre 1 et 2 pour cent suite à l’annonce en provenance du Japon et ce de nouveau mardi. Aux Etats-Unis, l’indice Dow Jones Industrial Average (DJIA) affichait mardi, après le jour férié de lundi, une chute de 3,8 pour cent.

Les évaluations optimistes de la perspective économique japonaise de l’année dernière étaient fondées sur des calculs selon lesquels son système bancaire et financier n’était pas lourdement exposé à la montagne de dettes toxiques existant aux Etats-Unis et qui a fait des ravages sur les marchés mondiaux. Mais, comme le tsunami financier a balayé le monde entier, le retrait soudain de fonds étrangers devenus indispensables pour étayer des institutions ailleurs a miné le marché financier déjà affaibli de Tokyo et a, à son tour, affecté les banques qui au Japon peuvent inclure aussi des actions dans leur capital.

A partir du moment où le bouleversement financier a commencé à se faire sentir au plan mondial sur ce qu’on appelle l’économie réelle, les principaux exportateurs japonais ont souffert d’un rapide déclin. D’importantes baisses dans les dépenses de consommation aux Etats-Unis et en Europe notamment, ont immédiatement affecté les exportations japonaises de voitures et de produits de haute technologie. La tendance a encore été accentuée par une forte hausse de la valeur du yen et l’effondrement des « carry trades » spéculatifs qui consistent à emprunter avec un taux d’intérêt bas au Japon pour investir dans des marchés émergeants plus risqués.

L’implosion des bulles financières et immobilières japonaises à la fin des années 1980 produisirent une décennie de stagnation dans les années 1990, la soi-disant décennie perdue. La reprise économique du pays entre 2002 et 2008 fut en grande partie motivée par les exportations, notamment vers la Chine voisine. Les exportations participant du PIB ont augmenté de plus de moitié, passant de 10,6 à 16,6 pour cent.

Le magazine Economist a expliqué : « Cette force est à présent une faiblesse parce que les consommateurs de par le monde ont réduit leurs dépenses et le flux du commerce mondial a rétréci ; en décembre, par exemple, la valeur des exportations japonaises est tombée de 35 pour cent par rapport à l’année précédente et après avoir baissé de 27 pour cent en novembre… Une chute quasi verticale de la production industrielle japonaise en quelques petits mois a rapidement éliminé l’ensemble des gains réalisés en six ans de reprise. Les économistes estiment que d’ici la fin de février la production industrielle sera revenue aux niveaux enregistrés aux environs de l’année 1987. »

Les conséquences sont dévastatrices pour les principaux groupes japonais. Parmi les nombreuses entreprises qui abaissent leurs prévisions financières on trouve Toyota, le plus grand constructeur automobile du monde, qui prévoit à présent ses premières pertes jamais vues en 70 ans. Les dix plus grandes firmes électroniques s’attendent à perdre collectivement 20 milliards de dollars au cours de l’année prochaine. L’étude Reuters Tankan réalisée pour connaître le climat des affaires a rétrogradé ce mois-ci de 74 chez les fabricants, soit le chiffre le plus bas depuis le début de la publication de l’indice en juin 1988.

Les entreprises suppriment des emplois, liquident des stocks et réduisent les coûts. « Les fabricants se retrouvent avec d’énormes excès structurels de capacité de production qui devront être résolus. Cela prendra des années, » a dit Hiroshi Shiraishi, économiste chez BNP Paribas, à Bloomberg. Pioneer a annoncé la semaine passée qu’ils vont supprimer 10 000 emplois dans le monde. Sony licencie 8000 travailleurs. Nissan et NEC en suppriment chacun 20 000.

Le taux de chômage a bondi de 3,9 pour cent en novembre à 4,4 pour cent en décembre et il pourrait grimper rapidement dans les mois à venir en dépassant le niveau d’après-guerre le plus élevé de 5,5 pour cent en 2002. Ceux qui sont actuellement en train de perdre leurs emplois sont surtout des travailleurs intérimaires qui forment à présent plus d’un tiers des travailleurs après une décennie durant laquelle le système de l’emploi à vie au Japon a été démantelé. Les salariés permanents sont confrontés à des réductions de salaire et de primes. Le problème des sans-abris et le niveau de pauvreté augmentent constamment.

Le Parti libéral démocrate (LDP) actuellement au pouvoir, est confronté à une profonde crise politique qui pourrait bien aboutir à une défaite lors des élections de fin d’année, pour seulement la seconde fois en l’espace de cinquante ans. Cette semaine, le soutien en faveur du premier ministre, Taro Aso, s’est effondré pour tomber à un nouveau taux bas de 9,7 pour cent. Des divisions sont apparues au sein du LDP au sujet du récent plan de relance économique du gouvernement. Une indication supplémentaire de la désintégration du gouvernement a été la démission hier du ministre des Finances, Shoichi Nakagawa, après avoir été soupçonné d’ébriété lors d’une conférence de presse du G7 le week-end dernier.

L’impact du rapide déclin économique japonais sera ressenti internationalement. Il est significatif de noter que la contraction de 8,4 pour cent annualisé qu’a connue au quatrième trimestre l’Allemagne, qui est le plus grand exportateur mondial, suivait de près celle du Japon. Les deux pays sont non seulement exportateurs de véhicules et de biens de haute technologie mais aussi de machines et d’autres biens d’investissement. La chute nette de ces exportations est symptomatique de la baisse des investissements des entreprises de par le monde étant donné que les firmes réduisent leurs projets d’expansion future.

Un indice net du déclin dans ce secteur est la baisse des exportations du Japon vers la Chine et le reste de l’Asie. Après une expansion de 12 pour cent dans la première moitié de 2008, les exportations en direction de la Chine ont commencé à chuter en octobre pour s’écrouler de 36 pour cent en décembre. Les exportations japonaises de matériel de haute technologie et de machines de production vers la Chine ont été un élément majeur et qui a contribué dans les années 1990 à tirer le Japon du marasme. Ces produits ont surtout été employés par les entreprises japonaises à des fins de réexportation vers le Japon ou vers les marchés américains ou européens.

Le Wall Street Journal a cité le cas de l’Union Tool, une entreprise qui fabrique des vis à billes utilisées pour faire des trous dans les cartes à circuit imprimé. « Nos ventes à la Chine ont commencé à s’affaiblir aux environs de juillet, se sont effondrées en octobre et continuent de baisser, » a expliqué un porte-parole. La moitié des recettes de l’entreprise vient des ventes en Asie et elles ont enregistré une baisse de 19 pour cent de bénéfice net, l’année finissant le 30 novembre.

La baisse des ventes de biens d’investissement à la Chine font partie d’une tendance plus générale. Beijing a annoncé lundi qu’en janvier l’investissement direct à l’étranger avait plongé de 33 pour cent par rapport au même mois de l’année dernière, soit le quatrième recul mensuel consécutif. Tout comme la demande mondiale a baissé, les investissements étrangers réalisés sur le plus grand marché de main-d’œuvre bon marché ont eux aussi baissé. Le taux de croissance de la Chine est tombé de 13 pour cent en 2007 à 6,8 pour cent au dernier trimestre de l’année dernière et les prévisions indiquent des replis supplémentaires en 2009.

La secrétaire d’Etat américaine, Hilary Clinton est arrivée à Tokyo cette semaine au moment où les statistiques économiques désastreuses du Japon étaient annoncées. Par coïncidence elle effectue sa première visite en Asie pour souligner l’importance que le gouvernement Obama porte à la région, notamment dans le domaine économique. Les Etats-Unis sont fortement tributaires des fonds à la fois du Japon et de la Chine pour couvrir leurs déficits de la balance courante et du budget fédéral. La Chine et le Japon sont les plus gros détenteurs mondiaux de bons du Trésor américains. L’effondrement des exportations japonaises et chinoises pourrait bien avoir des répercussions sur l’économie américaine dans la forme d’un ralentissement ou même d’un retrait des fonds d’investissement, aggravant davantage encore la tourmente économique aux Etats-Unis.

Dans la situation d’une vaste expansion de la production mondialisée durant ces trois dernières décennies, la contraction économique enregistrée au Japon n’est pas simplement le signe de profondes difficultés rencontrées par ce seul pays mais est un signe supplémentaire de la crise se répercutant de par les chaînes de production et les chaînes financières reliées internationalement.

Article original, WSWS, paru le 18 février 2009.

© WSWS.

Articles Par : Peter Symonds

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca