El País et la victoire électorale de Hugo Chávez

Hugo-Chavez

Depuis l’arrivée au pouvoir de Hugo Chávez en 1999, le quotidien espagnol El País, a adopté une ligne éditoriale très critique à l’égard du Venezuela. Le principal journal espagnol a délaissé l’impartialité journalistique au profit d’un militantisme anti-Chávez.

Hugo Chávez est un président populaire et dispose d’une légitimité démocratique incontestable. En effet, depuis son arrivée au pouvoir en 1999, seize élections ont eu lieu au Venezuela. Il en a remporté quinze, dont la dernière en date, le 7 octobre 2012, qui lui a octroyé un quatrième mandat présidentiel consécutif pour une durée de six ans. Il a toujours battu ses opposants avec un écart allant de dix à vingt points[1].

Toutes les instances internationales, de l’Union européenne à l’Organisation des Etats américains, en passant par l’Union des nations sud-américaines et le Centre Carter, sont unanimes pour reconnaître la transparence des scrutins. James Carter, ancien président des Etats-Unis, a même déclaré que le système électoral était le « meilleur au monde[2] ». L’ensemble de la communauté internationale a félicité le président Chávez pour ce nouveau succès[3].

Néanmoins, il y a un secteur qui n’a guère apprécié ce nouveau triomphe électoral, à savoir les médias occidentaux, lesquels, à quelques rares exceptions, avaient pris fait et cause pour le candidat de l’opposition Henrique Capriles, contrevenant ainsi à la déontologie journalistique qui prône l’impartialité et l’objectivité informationnelle.

L’exemple emblématique de cette dérive est le quotidien espagnol El País. En effet, ses comptes-rendus postélectoraux illustrent le parti-pris du plus important journal de la péninsule ibérique. Ainsi, au lendemain du scrutin, le journal a regretté que « Goliat a[it] vaincu David », soulignant que cette victoire permettra au « commandant » vénézuélien de poursuivre « son caudillisme messianique[4] » et de gouverner « durant 20 années de suite ». « C’est trop », insiste le quotidien[5].

El País fait également part de son incompréhension face aux choix des Vénézuéliens. Comment ont-ils pu voter pour Chávez, « un ancien lieutenant-colonel parachutiste », « qui maltraite la démocratie », et « malgré l’échec de sa gestion et l’incertitude que suppose sa maladie », puisqu’il est « affaibli par un cancer diagnostiqué en juin 2011 » ? Comment a-t-il pu remporter un nouveau succès malgré « la violence dans les rues, les coupures du service électrique, les promesses non tenues et les proclamations idéologiques planétaires », malgré « l’inflation, la monnaie surévaluée et la dette[6] » ?

De la même manière, comment Henrique Capriles, « candidat jeune et populaire » qui « a réalisé une campagne brillante », qui a « pris pour bannière la réconciliation nationale durant la campagne », qui a adopté « une politique proche des problèmes des Vénézuéliens – insécurité citoyenne, pénurie, détérioration des services publics, corruption, etc. –qui a ignoré l’échange de coups idéologiques que lui proposait le chavisme », et qui propose « un plus grand respect des règles démocratiques et une meilleure gestion de l’économie » a-t-il pu perdre par plus de dix points d’écart[7] ?

Le quotidien tire ses propres conclusions : Seul « un peuple avili jusqu’à l’anesthésie par les prébendes d’un caudillo instigateur de ressentiments : un illuminé de la haine sociale » a pu choisir Chávez au détriment de Capriles, se montrant incapable de voir « le caractère inepte du gouvernant ni ses abus[8] ».

El País dénonce également « l’utilisation sans scrupules des ressources de l’Etat » par le président Chávez durant ses mandats. Le journal détaille son accusation : Chávez a mis en place des programmes sociaux qui ont permis la « réduction de l’analphabétisme, l’extension de soins médicaux, l’augmentation du nombre d’universitaires, [la création des] marchés populaires, etc.[9] ». Et il conclut par une critique : « Ce n’est pas une politique qui édifie des bases solides pour générer de la richesse dans le futur[10] ».

Le quotidien tente également de relativiser la victoire de Chavez et souligne que le secteur « du pays le plus dynamique, générateur de richesse, productif, a depuis longtemps tourné le dos au président ». Seul le secteur « dépendant, qui survit, reste attaché à Chávez et la structure clientéliste de l’Etat vénézuélien[11] ».

Néanmoins, il reste un espoir selon El País. En effet, « la Constitution vénézuélienne prévoit que si le président décède durant la première moitié de son mandat, de nouvelles élections doivent être convoquées ». Ainsi, « les doutes sur son état de santé que tout le monde a à l’esprit peuvent ouvrir d’autres horizons durant les premières années de son mandat[12] ». Selon le quotidien espagnol, après la défaite dans les urnes, il reste l’espérance de voir le président Chávez succomber à sa maladie.

Au vu d’une telle éventualité, El País distille des conseils à l’opposition vénézuélienne : « Après la défaite, l’opposition devra être capable de rester unie pour affronter avec certaines garanties les élections régionales dans plusieurs Etats qui auront lieu à la mi-décembre, et persévérer sur le chemin parcouru durant ce scrutin[13] ». Le quotidien conclut en faisant une analogie historique : « Si le dictateur Juan Vicente Gómez (1908-1925) a retardé de 20 ans l’entrée du Venezuela dans le XXe siècle, Chávez risque de faire la même chose au XXIe siècle[14] ».

Le traitement médiatique de la victoire électorale d’Hugo Chávez au Venezuela par El País est emblématique de la dérive des médias occidentaux qui, pour la plupart, délaissent leur rôle premier – informer de manière impartiale et objective – pour se transformer en pourfendeurs zélés des dirigeants politiques qui prônent un modèle de société alternatif au capitalisme néolibéral mondialisé, afin de protéger les intérêts des grands conglomérats économiques et financiers auxquels ils appartiennent, et préserver l’ordre établi.

 Salim Lamrani

Article original en portugais :

http://operamundi.uol.com.br/conteudo/opiniao/25619/el+pais+e+a+vitoria+eleitoral+de+hugo+chavez.shtml

Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de la Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Son dernier ouvrage s’intitule État de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba, Paris, Éditions Estrella, 2011 (prologue de Wayne S. Smith et préface de Paul Estrade).

Contact : lamranisalim@yahoo.fr ; Salim.Lamrani@univ-reunion.fr

Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel



[1] Luis Prados & Maye Primera, « Chávez logra un cuarto mandato como presidente », El País, 8 octobre 2012.

[2] Correo del Orinoco, « James Carter: Proceso electoral de Venezuela es ‘el mejor del mundo’ », 20 septembre 2012. http://www.correodelorinoco.gob.ve/nacionales/james-carter-proceso-electoral-venezuela-es-%E2%80%9Cel-mejor-mundo%E2%80%9D/ (site consulté le 9 novembre 2012).

[3] Francisco Peregil, « Los aliados del chavismo en América Latina reciben aliviados su victoria », El País, 8 octobre 2012.

[4] Luis Prados & Maye Primera, « Chávez logra un cuarto mandato como presidente », op. cit.

[5] El País, « Más Chávez », 9 octobre 2012.

[6] Luis Prados & Maye Primera, « Chávez logra un cuarto mandato como presidente »,; Luis Prados & Maye Primera, « Chávez reactiva la revolución bolivariana », El País, 8 octobre 2012 ; El País, « Más Chávez », op. cit.

[7] Ibid.

[8] Ibsen Martínez, « ¿Dos Venezuelas ? », El País, 11 octobre 2012.

[9] Luis Prados & Maye Primera, « Chávez logra un cuarto mandato como presidente »,; Luis Prados & Maye Primera, « Chávez reactiva la revolución bolivariana », El País, 8 octobre 2012 ; El País, « Más Chávez », op. cit.

[10] El País, « Más Chávez », op. cit.

[11] « Chávez reactiva la revolución bolivariana », op. cit

[12] El País, « Más Chávez », op. cit.

[13] Luis Prados & Maye Primera, « Chávez logra un cuarto mandato como presidente », op. cit

[14] « Chávez reactiva la revolución bolivariana », op. cit

Articles Par : Salim Lamrani

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca