Gore Vidal, le plus américain des Américains

Giulietto Chiesa rend hommage à l’écrivain Gore Vidal décédé mardi le 31 juillet

Gore Vidal, le plus américain des Américains

Feu l’écrivain, romancier, essayiste et dramaturge américain Gore Vidal

Je n’aime pas les nécrologies. En général, elles obligent ceux qui les écrivent à dire du bien de la personne décédée, autrement dit, ils ne sont pas sincères, quelles que soient les qualités du défunt.

Cela me plait encore moins lorsqu’il s’agit d’un de mes amis qui disparait, un ami très cher.

J’en parlerai toutefois pour rappeler ses écrits les plus importants. Pour moi, Gore Vidal fut l’équivalent pour le XXe siècle de ce que fut Alexis de Tocqueville au XIXe. Si Tocqueville a décrit la démocratie naissante en Amérique, Gore Vidal fut le plus lucide, le plus pertinent, le plus implacable analyste de la fin de celle-ci. On pourrait même dire, de sa transformation en « Empire ».

Je citerai quelques-uns de ses livres, pour ceux qui voudraient prendre la mesure de son talent d’écrivain : « Empire », justement, et aussi « Giuliano », ou encore « L’âge d’or » (The Golden Age). Ses essais sur la transformation que la télévision et le système des médias ont opérée sur la démocratie, la brisant et la transformant en un cérémonial au service des élites dominantes, sont aussi brillants que corrosifs. Pour moi personnellement, ce fut un grand maitre, j’ai puisé dans ses leçons et je continue de le faire. Je pense que plus il sera lu par les jeunes, et plus nombreux seront les esprits critiques capables de se défendre contre les agressions que les médias “mainstream” déchainent contre nous. Pas seulement les médias américains, les nôtres aussi, même si ceux des États-Unis sont en quelque sorte leurs pères. « Les mass media – écrivait-il – méprisent tellement les gens qu’ils les croient encore plus stupides qu’eux-mêmes. »

Lorsqu’on me traite d’anti-américanisme – et cela m’arrive souvent -, je pense toujours à Gore Vidal qui pour moi était le plus américain des Américains que j’ai connus. Il aimait son pays, la grandeur des Pères fondateurs. Lui-même était issu d’une des branches de l’unique élite qui a dominé l’Amérique depuis l’époque d’Abraham Lincoln. Une branche sans descendance, sans feuilles, mais une branche droite, qui ne s’est pas pliée à l’arrogance de la caste dont elle faisait partie.

Je me dois de rappeler qu’il fut l’un des rares grands intellectuels américains qui considéraient que la version officielle sur la tragédie du 11-Septembre était un mensonge. Je ne le remercierai jamais assez d’avoir accepté d’être l’un des intervenants du film Zéro, auquel j’ai consacré tant de travail ces dernières années.

En Amérique, Gore Vidal était lu par plus d’un million de personnes intelligentes, désireuses d’apprendre quelque chose. Le « système » ne pouvait pas le faire rentrer dans le rang, aussi fut-il mis à l’écart dans le plus petit espace possible. Mais on ne peut pas confiner une telle personnalité dans un coin. Cela fait longtemps que l’Amérique n’a pas envie de s’entendre dire la vérité. Et celui qui, parmi les premiers, en avait écrit l’épitaphe, ne pouvait être prophète en son pays. C’est avec cette même épitaphe que je salue mon ami Gore Vidal :

« … cette audacieuse et présomptueuse invention de l’Illuminisme qu’étaient les Etats-Unis, une région sauvage destinée à rêver pour toujours d’être une nouvelle Athènes, alors qu’en réalité il s’agissait d’une Rome recréée avec obstination et maladresse. »

Giulietto Chiesa
le 2 août 2012

Traduit de l’Italien par GV pour ReOpenNews

Vidéo (en anglais – non sous-titrée) de l’interview de Gore Vidal
conduite par Giulietto Chiesa durant le « Festival de l’esprit » en 2004 à Cittadella (Padoue).

Giulietto Chiesa est journaliste. Il fut correspondant de presse d’Il Manifesto et d’Avvenimenti, et collaborateur de nombreuses radios et télévisions en Italie, en Suisse, au Royaume-Uni, en Russie et au Vatican. Auteur du film “Zéro – Enquête sur le 11-Septembre” et de divers ouvrages, il a notamment écrit sur la dissolution de l’URSS et sur l’impérialisme états-unien. Ancien député au Parlement européen (Alliance des démocrates et libéraux, 2004-2008), il est membre du Bureau exécutif du World Political Forum

Articles Par : Giulietto Chiesa

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca