Grave contamination marine au Japon révélée par Greenpeace

Région :

Montréal, le 26 mai 2011 – Greenpeace révèle aujourd’hui les résultats des analyses effectuées sur des échantillons marins en provenance de la côte de Fukushima. Le taux de radioactivité constaté dans les algues, pourtant prélevées en dehors des eaux territoriales japonaises (à plus de 22 km des côtes), est 50 fois supérieur à la limite autorisée.

« Ces résultats montrent que la contamination se propage sur de longues distances, et que la radioactivité ne diminue pas par dilution ou dispersion comme le prétendent les autorités », explique Jan Vande Putte, expert en radiation de Greenpeace International qui a participé à l’expédition scientifique sur le Rainbow Warrior. « Le gouvernement a fait une grave erreur en supposant que l’absence de données signifiait qu’il n’y avait pas de problème. Le Japon doit maintenant prendre ses responsabilités et mettre en place un programme de surveillance global et continu de l’environnement marin et rendre l’information accessible à tous. »

L
es Japonais doivent savoir

Le Rainbow Warrior, un des trois navires de Greenpeace, a aussi permis de prélever des poissons et des coquillages au large de Fukushima. Ces échantillons de vie marine sont eux aussi contaminés.

« Les niveaux de radioactivité constatés sont pour la plupart en dessous de la limite conseillée. Mais, même ainsi, la contamination des aliments est l’une des sources les plus dangereuses d’exposition à la radioactivité », ajoute Shawn-Patrick Stensil, expert nucléaire de Greenpeace Canada. « Les Japonais ont le droit de savoir comment la centrale nucléaire de Fukushima affecte leur vie afin de pouvoir se protéger et protéger leurs familles. Les autorités japonaises doivent être complètement transparentes sur la contamination radioactive. »

La Suisse annonce la sortie du nucléaire, statu quo au Canada

Hier le gouvernement suisse a recommandé au parlement de ne pas remplacer les cinq réacteurs nucléaires du pays au terme de leur durée d’exploitation et de développer les énergies renouvelables. La Suisse sera donc sortie du nucléaire en 2034.

« Après l’Allemagne, c’est la Suisse qui décide d’entamer une transition vers un système énergétique moderne et durable », conclut Shawn-Patrick Stensil. « Le Canada pour qui il n’est pas question de remettre en cause le choix du nucléaire devrait suivre l’exemple de ces deux pays ».

 

Pour de plus amples informatoins, veuillez communiquer avec :
Catherine Vézina, Greenpeace Canada, Communications, 514-212-5749
Shawn-Patrick Stensil, Greenpeace, Expert nucléaire, Greenpeace, 416-884-7053

Articles Par : Global Research

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca