Guerre en Irak, la presse se réveille : « tout le monde à la maison »

« Le moment est venu pour les Etats-Unis de quitter l’Irak sans d’autre délais que ceux nécessaires au Pentagone pour organiser un retrait en ordre ». Voilà comment le New York Times a – tardivement- pris son courage à deux mains et constaté dans un long éditorial le désastreux  échec de l’aventure militaire lancée il y a quatre ans par Cheney, Rumsfeld et Bush, et  indiqué l’unique issue : le retrait des forces armées Usa.

La prise de position de l’important quotidien suit de quelques jours la défection d’influents soutiens républicains à la guerre, comme les sénateurs Lugar et De Domenici, et un nouvel écroulement de la popularité du président  au-dessous des 29 %, mais la procédure suggérée s’annonce longue, tortueuse et grondante de sang supplémentaire.

Le texte de l’éditorial publié à usage européen par l’International Herald Tribune n’est pas le même que l’original paru sur le quotidien new-yorkais, mais l’un et l’autre se rejoignent sur un corollaire alarmant : « Le Pentagone devra  laisser derrière lui des forces suffisantes pour soutenir des incursions terrestres efficaces et des attaques aériennes contre les forces du terrorisme en Irak ».

On en  revient ainsi à la formule de l’ « intervalle décent » de mémoire nixonnienne qui, de 1973 à 1975, provoqua la mort de sept cent mille vietnamiens et 18. 000 militaires étasuniens supplémentaires.

Aucune mention dans l’éditorial de la dramatique inconnue d’une offensive aéronavale contre l’Iran, soutenue à couteaux tirés par les dirigeants israéliens et programmée dans tous les détails propagandistes et militaires par l’administration Bush comme « solution finale » qui, avec une nouvelle flambée patriotique genre 11/9, sauverait les néo et théo-conservateurs républicains de la débâcle de novembre 2008. Aucune mention de la bombe à retardement de Gaza, de l’insurrection qui s’étend toujours plus en Afghanistan et de la plus que probable reprise de l’agression israélienne contre le Hezbollah libanais.

L’éditorial du NYT est accompagné dans la page « opinions » par un article de Franck Rich au titre significatif : « Un profil en couardise » ; c’est la couardise flagrante de George W. Bush non seulement  quand, l’autre jour, il a changé la peine de prison de Scooter Libby en amende de 250.000 dollars, mais en toute autre occasion de sa carrière politique depuis qu’il a soutenu la guerre au Vietnam et s’est planqué dans la Garde Nationale au Texas.

Couard ou pas, Bush et le prince des ténèbres Dick Cheney continuent à faire confiance  – à condition que l’opposition du Congrès ne devienne moins  invertébrée- à l’échéance du 15 septembre, quand un rapport des militaires sur le terrain devrait enregistrer l’improbable succès du surge (déferlante, NDT) en Irak. On dit que le président serait très préoccupé par la difficulté de préserver sa bonne réputation dans l’histoire du pays.

Cependant, sur les rives du Potomac, nombreux sont ceux qui attribuent une autre intention  aux comportements de Bush : tout simplement la peur de la prison, qui troublerait ses rêves et ceux d’une trentaine de hauts fonctionnaires de son administration.

« L’Irak en vente », le documentaire de Robert Greenwald mentionne par des données irréfutables et jamais réfutées la corruption qui a accompagné et conditionné l’affaire irakienne avec la vol de milliards de dollars par des compagnies liées à la famille Bush et à Cheney, telles, par exemple, que Halliburton, Blackwater, Bechtel, Flour, Bearingpoint et Dyncorps ; et puis, sur Bush,  pèse aussi  l’accusation de haute trahison  pour avoir violé la Constitution américaine et le Bill of rights avec le Patriot Act I et II.

Il en résultera quasiment l’impossibilité, pour quiconque en 2008 délogera de la Maison Blanche son actuel locataire, de lui accorder une immunité préventive des inévitables incriminations de la part des magistratures d’état et fédérales.

Voilà pourquoi la solution finale contre l’Iran n’est pas qu’une hypothèse, mais presque une certitude.

Edition de mardi 10 juillet de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/10-Luglio-2007/art42.html

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


Articles Par : Lucio Manisco

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca