Huit ans d’ingérence néocoloniale française en Côte d’Ivoire

Huit ans d’ingérence néocoloniale française…et de résistance héroïque du peuple ivoirien.

Huit ans d’ingérence néocoloniale française en Côte d'Ivoire

La crise en Côte d’Ivoire n’est pas née en décembre 2010, le 2 de ce mois, jour de l’annonce solitaire, surprenante et hors délai des résultats électoraux provisoires du scrutin présidentiel du 28 novembre 2010 faite par le président de la Commission électoral ivoirienne flanqué des ambassadeurs de la France et des USA dans le quartier général électoral du candidat Alassane Dramane Ouattara, l’orthodoxe économiste du FMI. La crise ivoirienne n’est pas née seulement du refus arrogant de la France, ayant obtenu le soutien des USA et de l’Onu, de reconnaître les résultats électoraux définitifs proclamés par le Conseil Constitutionnel ivoirien, l’instance suprême, la seule, qui avait le pouvoir légal de le faire.   La crise ivoirienne est née le 18 septembre 2002 au soir. La tentative de putsch, ratée, de ce jour là contre Laurent Gbagbo fut repêchée rapidement par un plan B de la France avec l’intervention efficace de l’armée française, le 43ème Bima, basée à Abidjan. Jacques Chirac ordonna rapidement la partition du pays sécurisant les rebelles dans le nord du pays en essayant parallèlement de déposséder Gbagbo de tous ses pouvoirs réels, ses pouvoirs constitutionnels, par les “accords” dits de Klébér, à Paris : il choisit  et désigna depuis janvier 2003 presque directement deux premiers ministres ivoiriens, Seydou Diarra en 2003 et Charles Konan Banny en 2005, qui bien entendu obéissaient aux instructions et aux injonctions de Paris. L’ingérence française, militaire, diplomatique et politique, fut constante depuis septembre 2002, elle vient donc de loin. La crise ivoirienne est un état quasi permanent depuis plus de huit ans du à cette ingérence permanente et intense.

  

La victoire de la force contre l’état de droit c’est justement ce qui s’est passé depuis 2002. Les putschistes pro-Ouattara furent requalifiés ‘forces nouvelles » par l’interventionnisme chiraquien, par l’ingérence grossière. Laurent Gbabgo, historien, enseignant universitaire, social-démocrate modéré -fondateur du Front Populaire Ivoirien-FPI affilié à l’Internationale socialiste- fut élu le 22 octobre 2000 ayant long temps lutté pour les libertés politiques et contre le régime autocratique de Félix Houphouët Boigny, l’allié inconditionnel de la France néocolonialiste. Mais, depuis le jour même de son investiture ses rivaux de l’ex parti unique houphouëtiste, le PDCI -Parti Démocratique de Côte d’Ivoire- l’ancien président Henry  Konan Bédié et l’ancien premier ministre d’Houphouët, A.D.Ouattara,  firent tout pour tenter de le déstabiliser et de l’éjecter de la présidence. Les putschistes du 18 septembre 2002 n’étaient pas à leur première tentative. Et la rébellion soutenue par J. Chirac commit dès le premier jour des crimes inavouables, des exactions les plus extrêmes, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Leurs responsables n’ont jamais été ni jugés ni condamnés. L’impunité -ainsi que la déloyauté et le cynisme- est ainsi devenue la règle dans la vie politique ivoirienne depuis septembre 2002.  

La guerre civile, ouverte ou larvée, en Côte d’Ivoire est un état quasi permanent depuis septembre 2002. Et le coup d’Etat permanent, contre les institutions ivoiriennes et les élus, s’est érigé en système pérenne. En novembre 2004 les soldats français commirent contre des civils ivoiriens désarmés des tueries jamais poursuivies ni punies. Le 9 novembre 2004 face à l’hôtel Ivoire à Abidjan 57 civils ivoiriens furent sauvagement tués par l’armée française. Un reportage diffusé plus tard par Canal Plus en France montra les images horrifiantes, insupportables, de ce massacre. On l’a oublié ? Fin 2005 la France et son faux-nez onusien, l’Onuci, essayèrent de dissoudre rien de moins que l’Assemblée nationale ivoirienne, c’est ainsi que le 15 janvier 2006 le GTI, « groupe de travail international », annonça par communiqué banal qu’il « prenait acte » de la fin du mandat des députés ivoiriens. Cette ingérence inadmissible  provoqua le refus ferme des civils ivoiriens qui défilèrent par milliers ; les manifestations de colère patriotique furent stigmatisées par la France et diabolisées par ses médias français et ceux de la « communauté internationale ». Mais l’immixtion, l’ingérence grossière, ne put passer.  

Chirac introduit l’ONU dans son dispositif géopolitique pour masquer le rôle néocolonial central de la France et « légitimer » l’ingérence ouverte en se drapant des « décisions » onusiennes. C’est ainsi que fut créée l’Onuci, la « mission de l’ONU pour la Côte d’Ivoire », avec un corps expéditionnaire de soldats, policiers et fonctionnaires civils chargés officiellement de s’interposer entre belligérants et de protéger la population civil mais dans les faits ayant plutôt couvert, consolidé, le pouvoir de la rébellion « nordiste » pro-Ouattara et ouvertement essayé d’éroder la souveraineté de l’Etat ivoirien. A l’ONU, touts les textes émanant du Conseil de sécurité furent, et le sont toujours, rédigés rien de moins que par les seuls diplomates français qui se livraient ensuite à un intense travail de lobbying pour les faire entériner par les membres permanents et non-permanents de cette instance.  

A présent Nicolas Sarkozy ne fait rien d’autre que continuer cette aventure chiraquienne et il le fait avec beaucoup de conviction car A.D.Ouattara est son ami personnel. Ils partagent l’amitié avec certains potentats français comme Martin Bouygues et ce fut l’ancien maire de Neuilly-sur-Seine et actuel président qui  officia son mariage avec Dominique Folloroux, une femme d’affaires française liée aux milieux oligarchiques français. L’agitation, l’activisme et les gesticulations théâtrales sont la marque personnelle de Sarkozy, comportements pas moins hasardeux et dangereux pour autant, alors qu’il est dans la stricte continuité de Chirac et d’autres de Gaulle essayant à tout prix de sauvegarder le pré carré néocolonial français en Afrique.   

En 2004 Jacques Chirac et Georges W. Bush commirent en Haïti un coup d’Etat « en douce » contre Jean Bertrand  Aristide, embarqué par la force dans un avion et envoyé à l’exil forcé en Afrique. Oublié tout cela ? Ils utilisèrent le même schéma qu’en Côte d’Ivoire, à quelques détails près, à savoir d’abord un coup d’Etat contre le président Aristide « justifié »  par une rébellion soutenue en sous main dès l’extérieur par les USA et le prétexte « d’éviter aux haïtiens une guerre civile », ensuite arriva le piétinement des institutions haïtiennes et finalement la totale mise sous tutelle du pays sous la bannière de l’ONU, la Minustah –Mission des Nations Unies pour la stabilisation d’Haïti- pilotée et contrôlée par le couple USA-France. Le bilan de cette ingérence et de l’écrasement de la souveraineté haïtienne est là, un bilan pitoyable, un bilan honteux. Les exactions des soldats onusiens en Haïti restent impunies. L’échec de l’interventionnisme de l’Onu, de sa Minustah, qui est celui du couple néocolonial USA-France est aisément démontrable par le bilan à tirer de six ans d’ingérence : embourbés dans les affrontements sociaux et politiques, ils –les USA, la France et l’ONU- ont été incapables même d’organiser et de garantir des élections crédibles, sans trop s’attarder sur l’incompétence manifeste, tragique pour les haïtiens, à faire face à l’urgence humanitaire créée par le séisme terriblement meurtrier de janvier 2010.  

La crise ivoirienne n’est pas qu’une simple crise postélectorale comme nous essayons de le démontrer en rappelant les faits. Elle débuta le soir du 18 septembre 2002, donc à présent plus de huit ans se sont écoulés. L’état de guerre civile ne date pas non plus des élections du 28 novembre 2010 mais de l’institutionnalisation des putschistes pro-Ouattara du 18 septembre 2002 et de la banalisation de leurs méthodes antidémocratiques et sanguinaires : la longue et tenace tentative de prise du pouvoir directe d’A.D.Ouattara commença plus huit ans en arrière avec l’acte « fondateur » d’un putsch manqué. Ce putschistes furent promus, par l’ingérence militaire et politique française, et l’agitation médiatique –la propagande- qui l’accompagnait, par une ingérence néocoloniale, en acteurs politiques « crédibles » alors qu’ayant commis des crimes de guerre et crimes contre l’humanité et occupant en toute illégalité la moitié nord du pays, devenue zone de non-droit où toutes les exactions et trafics ont été et sont toujours possibles. La primauté de la force sur le droit c‘est justement ce que les putschistes ratés pro-Ouattara, repêchés et requalifiés par J.Chirac, ont démontré et ouvertement revendiqué depuis 2002. L’impunité est érigée en système de par les exactions scandaleuses, non poursuivies et sanctionnées devant aucune juridiction ivoirienne ou internationale, des rebelles pro-Ouattara, mais aussi de l’armée française –le 43ème Bima puis la « Force Licorne »- et de son supplétif onusien, l’Onuci.   

La résistance des civils ivoiriens et de l’Etat de Côte d’Ivoire est légitime et légale. La résistance contre l’ingérence néocoloniale française est un droit imprescriptible mais aussi  le devoir patriotique des ivoiriens. La défense ferme de la souveraineté et de l’intégrité de l’Etat et du territoire ivoiriens contre l’ingérence grossière et les desseins néocoloniaux de la France, épaulée à présent ouvertement par les USA -par l’axe impérialiste USA-Union Européenne qui fait tomber ses masques- est la seule conduite possible des ivoiriens s’ils veulent sauvegarder leur liberté, leur indépendance et leur dignité, celles du peuple ivoirien et celles de leur pays, pilier de l’ouest africain. L’avenir de l’Afrique et de l’ensemble des pays et des peuples du monde voulant préserver leur indépendance nationale et leur liberté passe par le combat héroïque et la victoire souhaitable des patriotes ivoiriens.

Luis Basurto : enseignant, syndicaliste

 

12 mars 2011


Articles Par : Luis Basurto

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca