Intensification la crise des États-Unis dans la guerre Afghanistan-Pakistan

Conséquences des attaques du Pakistan sur des camions-citernes de l'OTAN

Intensification la crise des États-Unis dans la guerre Afghanistan-Pakistan

Vendredi dernier, plus d’une vingtaine de camions-citernes et de camions transportant des ravitaillements pour l’offensive militaire américaine contre Kandahar en Afghanistan ont été détruits dans deux attaques distinctes au sud du Pakistan. Ces assauts sont venus aggraver la crise pour les forces d’occupation des États-Unis et de l’OTAN, provoquée par la fermeture, la veille, d’un passage frontalier clé par le gouvernement pakistanais.

On estime que 80 pour cent du ravitaillement pour les forces d’occupation des États-Unis, de l’OTAN et de leurs alliés en Afghanistan, y compris 50 pour cent du carburant, passe par le Pakistan.

La route de la passe de Khyber qui relie Peshawar, au nord-ouest du Pakistan, et Jalalabad, à l’est de l’Afghanistan, a été fermée aux convois de ravitaillement de l’OTAN en réaction à deux frappes aériennes des États-Unis jeudi contre des postes militaires pakistanais. Ces frappes ont tué trois gardes-frontière pakistanais et en ont blessé trois autres. Washington continue à justifier ces attaques, menées par des hélicoptères de combat à l’intérieur du Pakistan, en violation flagrante de la souveraineté territoriale pakistanaise, comme des actes d’« autodéfense ». 

Ces attaques sont venues s’ajouter aux frappes d’hélicoptères américains qui auraient tué 55 Pakistanais le week-end précédent, du côté pakistanais de la frontière. Le mois dernier, les États-Unis ont intensifié radicalement leurs tirs de missiles par des drones de la CIA sur de présumés groupes de talibans et d’al-Qaïda dans les régions tribales du Pakistan, lançant 20 attaques ou plus de ce type en septembre.

Soulignant les implications potentiellement désastreuses de la fermeture du passage frontalier pour la guerre néo-coloniale en Afghanistan, Teresita C. Schaffer, directrice du programme d’Asie du Sud au Center for Strategic and International Studies à Washington, a dit au New York Times : « Nous essayons depuis quelques années de réduire notre dépendance logistique au Pakistan et nous n’avons réussi qu’à la faire passer de 90 à 80 pour cent. Donc, non, nous n’avons clairement nulle part où aller. »

Tôt vendredi matin, environ une douzaine d’hommes armés masqués ont attaqué un convoi de camions-citernes stationnés dans la ville de Shikarpur dans le sud de la province de Sind. Les insurgés ont tiré dans les airs pour mettre en garde les conducteurs et ont ensuite mis le feu aux véhicules, détruisant 27 de ces véhicules. C’était la première embuscade de la sorte dans cette partie de la province de Sind.

Plus tard vendredi, des militants armés ont mis le feu à deux véhicules de l’OTAN dans la ville de Khuzdar au sud-ouest, dans la province du Baluchistan.

Les camions ciblés dans chacune des attaques suivaient la route partant de la ville portuaire de Karachi jusqu’au passage frontalier à Chaman, lequel connecte à la route de Kandahar, la deuxième plus grande ville de l’Afghanistan et un bastion taliban de longue date. La semaine dernière, les États-Unis ont lancé leur plus grande offensive militaire à Kandahar et ses environs depuis l’invasion en 2001.

Le régime pakistanais n’a pas fermé le passage frontalier de Chaman aux convois de l’OTAN et des États-Unis. Au point de passage du nord de la ville de Torkham, toutefois, les autorités locales ont mentionné que quelque 400 camions de l’OTAN faisaient la queue vendredi.

L’endroit que les insurgés ont choisi pour attaquer laisse supposer une stratégie délibérée visant à perturber l’approvisionnement arrivant par l’unique route menant à Kandahar encore ouverte. Cela viendra aggraver les problèmes que confrontent les forces d’occupation en conséquence de la fermeture de la route du nord.

Autre signe de l’expansion de l’insurrection au Pakistan, la police a rapporté jeudi que 200 militants ont capturé une douzaine de policiers, tenant ces derniers en otage dans ce que la presse a décrit comme le « normalement placide » district de Chitral près de la frontière afghane.

L’escalade des opérations militaires de Washington au Pakistan a augmenté les tensions entre les deux pays tout en compliquant la crise déjà aiguë du gouvernement du président Asif Ali Zardari. Ce dernier a tacitement accepté les attaques par drones de la CIA dans les régions bordant l’Afghanistan, mais a tenté de placer sa limite de tolérance aux incursions militaires américaines aériennes ou terrestres.

La colère populaire au Pakistan autant contre les Etats-Unis que contre le gouvernement en poste à Islamabad, qui est de plus en plus méprisé et vu comme une marionnette de Washington, a été exacerbée par les plus récentes attaques américaines. Les troubles augmentent aussi par rapport à l’échec du gouvernement à fournir une aide aux millions de Pakistanais qui ont dû être déplacés en raison des inondations de cet été.

Au même moment, les Etats-Unis augmentent leurs pressions sur Zardari et l’armée pakistanaise — c’est en partie le but des récentes attaques militaires — pour étendre leur offensive contre les forces anti-gouvernement et anti-américaines des régions tribales dans le Waziristan du Sud et le Waziristan du Nord, deux régions que les Etats-Unis désignent comme étant la base centrale des opérations des talibans le long de la frontière afghane.

Vendredi, l’ambassadeur pakistanais en Belgique a officiellement signifié à l’OTAN, dont le siège social se trouve à Bruxelles, le mécontentement du Pakistan devant les incursions de l’OTAN et des Etats-Unis dans son pays. Le premier ministre Youssouf Raza Gilani a dit au parlement pakistanais que le gouvernement « considérerait d’autres options s’il y a de l’ingérence dans la souveraineté de notre pays ».

Le New York Times a rapporté dans son édition de vendredi qu’un haut responsable du renseignement pakistais avait dit que les violations des frontières pouvaient en venir « à l’effondrement total des relations » entre Islamabad et Washington. Au même moment, d’autres articles soulevaient les tentatives de résoudre les tensions en établissant une enquête conjointe sur les frappes américaines.

En 2008, le Pakistan a fermé sa frontière pendant plusieurs jours après qu’un avion américain ait bombardé un poste pakistanais dans la région tribale de Mohamand. Onze Pakistanais avaient trouvé la mort dans cet incident.

Dans la presse américaine des derniers jours, de nombreux articles ont porté sur le mécontentement grandissant du gouvernement américain et de l’armée pakistanaise envers le régime Zardari et sur les discussions ayant lieu au sujet d’une intervention des généraux pakistanais pour purger le gouvernement et pour possiblement démettre Zardari lui-même.

Le Washington Post  de jeudi citait sans les nommer, des responsables américains discutant ouvertement de coup soutenu par l’armée. « Les responsables américains », écrit le journal, « ont indiqué qu’ils ont commencé à étudier un changement, qui prendrait la forme d’une démission de M. Zardari, de la dissolution du gouvernement ou d’un appel pour de nouvelles élections respectant la constitution. »

« D’autres suggèrent plutôt qu’un nouveau gouvernement plus populaire et bénéficiant d’un fort appui de l’armée pourrait être en meilleur position de soutenir les politiques américaines… « Le meilleur résultat dans la situation actuelle serait que l’armée tire avantage de l’instabilité d’une façon qui ne serait pas mauvaise, en se débarrassant d’un paquet de dirigeants corrompus » a déclaré le responsable. »

Article original en anglais, WSWS, paru le 2 octobre 2010.

Articles Par : Barry Grey

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca