Iran : Bush réitère que « toutes les options sont sur la table »

Iran : Bush réitère que « toutes les options sont sur la table »

Malgré les dénis des deux côtés, une discussion au plus haut niveau a clairement débuté aux Etats-Unis et en Israël pesant le pour et le contre d’une attaque contre les installations nucléaires iraniennes. Mercredi, lors de deux conférences de presse séparées, le président américain George Bush et le chef d’état-major interarmes, l’amiral Mike Mullen, ont réitéré que l’emploi de la force militaire contre l’Iran, soit directement par les Etats-Unis ou dans la foulée de frappes aériennes israéliennes, demeurait une option.

Ces commentaires coïncident avec un flot de menaces à peine voilées de politiciens et de responsables israéliens que des actions seront prises pour empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. Les forces aériennes israéliennes ont effectué un exercice provocateur le mois dernier en envoyant 100 chasseurs soutenus par un avion de ravitaillement et des hélicoptères de sauvetage à 1500 kilomètres au-dessus de la Méditerranée, geste qui ne peut être vu autrement que comme la répétition générale d’une frappe contre les installations nucléaires iraniennes.

En réaction, le chef des Gardiens de la révolution iraniens, le général Mohammad Ali Jafari, a lancé l’avertissement suivant : « Toute action contre l’Iran sera interprétée comme le déclenchement d’une guerre. » Dans un commentaire publié la semaine dernière, Jafari a déclaré que si l’Iran était attaqué, il répliquerait en frappant Israël avec un missile à longue portée et tenterait de bloquer le détroit stratégique d’Hormuz, à travers lequel transitent quarante pour cent des échanges pétroliers mondiaux. Le commandant des forces navales américaines dans le Golfe persique, le vice-amiral Kevin Cosgriff, a déclaré cette semaine : « Nous ne permettrons pas à l’Iran de le fermer. » 

Lorsqu’on lui demanda mercredi ce qu’il pensait de la menace contre le détroit d’Hormuz, Bush a répondu énergiquement : « J’ai toujours dit que toutes les options sont sur la table. » Il a ajouté que « la première option pour les Etats-Unis est de régler ce problème diplomatiquement… C’est pourquoi nous sommes engagés dans une diplomatie multilatérale. » A la question de savoir s’il avait déconseillé à Israël d’attaquer l’Iran, le président a répondu qu’il avait « clairement expliqué à toutes les parties que la première option » devait être une solution diplomatique.

Les commentaires du président ont été interprétés comme un « non » à Israël et un engagement à une solution diplomatique dans le conflit avec l’Iran, du moins à court terme. À plus long terme cependant, Bush a affirmé hors de tout doute qu’il est prêt à déclencher des attaques militaires si l’Iran refuse de se plier aux exigences américaines.

Quant à la diplomatie, la Maison-Blanche a refusé à maintes reprises d’engager des pourparlers avec Téhéran. L’objectif de la « solution diplomatique » de Bush a été de pressurer et d’intimider les grandes puissances européennes et asiatiques pour qu’elles imposent des sanctions punitives contre l’Iran, que ce soit de manière unilatérale ou en passant par les Nations Unies. Avant la tenue de toute négociation, Washington exige que Téhéran cesse toute activité à ses principales installations nucléaires, y compris son usine d’enrichissement d’uranium à Natanz, ce qu’a refusé l’Iran.

L’Iran insiste que son programme d’enrichissement d’uranium a pour but de fournir du carburant à ses réacteurs nucléaires, comme c’est son droit sous le Traité de non prolifération nucléaire. L’administration Bush n’a pas pu démontrer que l’Iran développe un programme d’armement. En fait, en décembre dernier, un rapport produit par les seize agences d’espionnage américaines et connu sous le nom de NIE (National Intelligence Estimate) a conclu que Téhéran avait mis un terme à tout programme d’armement en 2003. Malgré cette conclusion, Bush maintient toujours que l’Iran développe activement des armes nucléaires.

La question nucléaire n’est qu’un des prétextes préparés par l’administration Bush comme possible casus belli pour attaquer l’Iran. Washington accuse aussi l’Iran d’armer et d’entraîner des insurgés antiaméricains qui attaquent les troupes américaines en Irak et de soutenir des « groupes terroristes » comme le parti chiite Hezbollah basé au Liban. La véritable raison de la poursuite du conflit est que Washington voit l’Iran comme un obstacle aux ambitions des Etats-Unis d’établir leur domination stratégique et économique sur le Moyen-Orient riche en pétrole.

Les médias internationaux ont rapporté favorablement les récents efforts de l’Union européenne (UE) visant à relancer les négociations avec l’Iran quoique rien de concret n’en soit sorti. Hier, Téhéran a donné sa réponse officielle aux offres internationales pour pousser l’Iran à abandonner son programme nucléaire. Téhéran aurait offert d’entreprendre de vastes négociations sans toutefois accepter de mettre fin à son programme d’enrichissement de l’uranium.

Bien qu’elle soutienne publiquement les efforts de l’UE, l’administration Bush discute avec Israël de la question de l’Iran. La semaine dernière, trois hauts responsables de l’armée américaine, y compris le chef d’état-major interarmées, l’amiral Michael Mullen, se sont rendus en Israël pour discuter avec leurs homologues israéliens. Lors d’une conférence de presse tenue le mercredi 2 juillet, Mullen a refusé à plusieurs reprises de répondre à des questions sur la nature des discussions, la possibilité d’une frappe israélienne sur l’Iran et si les Etats-Unis s’impliqueraient dans un tel conflit. Remarquons qu’il n’a pas nié que des discussions avaient pris place concernant une frappe israélienne sur l’Iran.

Préoccupé par la possibilité d’une guerre, Mullen a affirmé : « J’ai déjà dit clairement que du point de vue des Etats-Unis, de l’armée des Etats-Unis en particulier, l’ouverture d’un troisième front à ce moment-ci serait extrêmement stressant pour l’armée. » Néanmoins, Mullen a tenu à rajouter, « Cela ne signifie pas que nous n’avons pas la capacité militaire ou des forces en réserve, mais que ce serait un grand défi. »

Les commentaires de Mullen sont un signe de grandes divergences entre le Pentagone et la Maison-Blanche sur les conséquences potentiellement catastrophiques d’une guerre avec l’Iran. Dans son long article publié récemment dans le New Yorker, le journaliste vétéran Seymour Hersh a noté que, selon une de ses sources, « l’état major interarmées, présidé par l’amiral Mike Mullen, “exerçait une grande pression” pour contrer la poussée de la Maison-Blanche pour entreprendre des actions militaires contre l’Iran. »

L’ambassadeur américain en Israël, Richard Jones, a voulu minimiser les suggestions qu’il y aura une attaque sur l’Iran de la part d’Israël ou des Etats-Unis dans un proche avenir. « L’usage de la force militaire, a-t-il dit, est une option de dernier recours, et Israël et les Etats-Unis coopèrent sur cette question. » En Israël, toutefois, il est indéniable que la pression monte pour le lancement d’une telle attaque.

Le dimanche 30 juin, l’ancien dirigeant du Mossad, Shabtai Shavit, a dit au Telegraph, un quotidien britannique, que le temps commençait à manquer pour empêcher l’Iran de construire sa bombe nucléaire. Shavit, qui est jusqu’à ce jour conseiller du puissant comité parlementaire israélien de la défense et des affaires étrangères, a déclaré, sans offrir la moindre preuve, que le « pire des scénarios » se réaliserait dans « environ une année ».

L’article notait que « les responsables israéliens croient que le processus diplomatique est inutile et ont fait pression sur le président Bush pour une attaque par la voie des airs avant la fin de son mandat, le 20 janvier prochain. » Shavit a dit que bien qu’il soit préférable d’avoir le soutien des Etats-Unis pour attaquer l’Iran, Israël ne craindra pas de faire cavalier seul. « Il n’est pas obligatoire d’obtenir l’accord des Etats-Unis », a-t-il dit.

Un article du Financial Times paru le mercredi 2 juillet sous le titre « On craint qu’Israël lance une attaque sur l’Iran » citait ainsi un responsable israélien : « Si c’est ce qu’on veut [attaquer l’Iran], on n’en parle pas. » Il a ensuite ajouté, ce qui est plutôt menaçant, que le premier ministre Ehoud Olmert avait « insisté que nous nous la fermions ».

Le jeudi 3 juillet, des personnalités importantes de l’armée ont nié des suggestions largement répandues qu’Israël n’avait pas la force nécessaire pour mener à bien une attaque contre les installations militaires iraniennes. Isaac Ben-Israel, major-général retraité de l’armée israélienne et actuel député du parti Kadima au pouvoir, a dit au Financial Times qu’une frappe aérienne « ne présentait pas de difficultés techniques ». Le brigadier-général retraité Shlomo Brom, un ancien directeur de la planification stratégique, a dit : « Je lis souvent qu’Israël ne peut pas le faire à cause du grand nombre de cibles. C’est une erreur… Vous n’avez qu’à trouver les points essentiels de ce système [nucléaire iranien] et les toucher. »

Dans un commentaire paru dans le quotidien Yedioth Ahronoth, l’expert israélien Alex Fishmn a spéculé que l’administration Bush exploitait les menaces de guerre par Israël pour intimider l’Iran et le forcer à agréer aux demandes américaines. « La force stratégique militaire d’Israël est un pion aux mains de l’administration [américaine] pour amener la crise au point de l’explosion pour que quelqu’un cède. »

Même si c’était vrai, le danger d’une autre guerre explosive dans le golfe Persique n’en est pas diminué pour autant. Comme Fishman a lui-même commenté : « Le problème est que les menaces de ce type ont une dynamique qui leur est propre et elles peuvent bien se réaliser. Que se passera-t-il si les Iraniens ne cèdent pas ? »

Article original en anglais,WSWS, paru le 5 juillet 2008.

Copyright WSWS.


Articles Par : Peter Symonds

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca