L’administration Bush mène le chœur des dénonciations du test nucléaire de la Corée du Nord

L’administration Bush mène le chœur des dénonciations du test nucléaire de la Corée du Nord

L’administration Bush a répondu à l’annonce de lundi que la Corée du Nord avait testé un engin nucléaire par des dénonciations et des menaces de nouvelles sanctions dures. Alors que les gestes de Pyongyang sont certainement téméraires et menacent de déclencher une dangereuse course aux armements dans le nord-est de l’Asie, la plus grande part de responsabilité pour cet état de fait revient assurément à la Maison-Blanche qui a délibérément attisé les tensions dans un but de provocation dans la région au cours des cinq dernières années.

Le régime nord-coréen, qui a annoncé le test la semaine passée, a prétendument informé son allié chinois environ 20 minutes avant l’explosion de la bombe. Alors que l’explosion nucléaire n’a pas été formellement confirmée hors de la Corée du Nord, des stations sismiques aux Etats-Unis, en Corée du Sud et en Russie ont enregistré une activité au temps et à l’endroit décrit dans l’annonce. Plusieurs responsables américains ont suggéré que l’explosion a pu être faible, indiquant peut-être un test manqué, mais les Russes l’ont estimé atteindre de 5 à 15 kilotonnes, soit environ la même puissance que la bombe que les Américains ont lâchée sur Hiroshima en 1945.

Le président américain George Bush a condamné le test comme « un geste de provocation » et annoncé qu’il entreprenait d’obtenir une réponse immédiate de l’ONU. Le premier ministre australien John Howard, un des premiers à joindre sa voix au chœur des condamnations, a demandé des mesures sévères en vertu du Chapitre 7 de la Charte de l’ONU, qui autorise les actions militaires et les sanctions obligatoires. La Chine, qui a pressé la Corée du Nord de ne pas faire son test, a condamné avec colère le geste « impudent » de Pyongyang. Beijing craint en particulier que le Japon exploite le fait que la Corée du Nord possède l’arme atomique comme un prétexte pour développer ses propres armes nucléaires.

Washington fait pression pour que le Conseil de sécurité de l’ONU impose rapidement les sanctions économiques et politiques prévues au Chapitre 7 contre la Corée du Nord, y compris un blocus sur les armes, le gel des ses avoirs financiers et une interdiction de commerce sur les produits de luxe. Les Etats-Unis ont aussi proposé que les Nations unies autorisent l’interception et l’inspection de tous les cargos entrants ou sortants de la Corée du Nord sous le prétexte d’arrêter la « prolifération ». En vertu de l’Initiative de sécurité contre la prolifération établie en mai 2003, les Etats-Unis et ses alliés, y compris le Japon et l’Australie, se sont entraînés pour intercepter les cargaisons provenant de la Corée du Nord, de l’Iran et d’autres pays. La mesure onusienne proposée va le plus loin possible sans imposer le blocus naval complet, un geste qui constitue un acte de guerre.

La vague de condamnation pue l’hypocrisie. La principale préoccupation de l’administration Bush n’a jamais été les programmes nucléaires de la Corée du Nord. Dès les premiers jours de sa présidence en 2001, le président Bush a renversé les précédentes politiques visant à normaliser les relations avec la péninsule coréenne sans nucléaire. Au lieu de cela, la Maison-Blanche a rapidement fait monter les tensions avec la Corée du Nord comme façon d’arriver à un « changement de régime » à Pyongyang et d’affirmer la domination américaine dans la région, en opposition à la Chine en particulier, que Bush a étiqueté compétiteur stratégique.

Alors que les Etats-Unis dénoncent et menacent la Corée du Nord et l’Iran pour leurs programmes nucléaires, ils laissent tacitement ses alliés, tels l’Inde, le Pakistan et Israël, développer les armes atomiques et les missiles capables de les transporter. Le Pakistan et l’Inde, qui ont mené leurs propres tests nucléaires en 1998 et ignoré les protestations internationales qu’ils ont suscitées, ont tous les deux émis des déclarations critiques de la Corée du Nord et énonçant leurs préoccupations sur l’instabilité régionale. L’administration Bush développe actuellement une nouvelle génération d’armes nucléaires et a refusé de signer le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Pyongyang a au plus une poignée d’armes nucléaires très rudimentaires, alors que les Etats-Unis maintiennent le plus grand arsenal nucléaire, dont une partie pointe vers la Corée du Nord depuis des dizaines d’années. Alors qu’on peut douter que la Corée du Nord possède un système de missiles pour transporter ses bombes atomiques, les Etats-Unis en comptent plusieurs : des missiles de croisière et des missiles balistiques intercontinentaux lancés à partir de sous-marins jusqu’aux armes nucléaires tactiques, qui étaient, jusqu’à la fin des 1980, basées en Corée du Sud en tant que partie des plans de bataille du Pentagone pour dominer la péninsule.

Dans sa déclaration, Bush a affirmé que le test nucléaire de Pyongyang constituait « une menace à la paix et la sécurité internationales ». En fait, la plus grande menace à la paix et la stabilité internationales n’est pas le petit et pauvre État de la Corée du Nord, mais les États-Unis. Durant les quinze dernières années, les États-Unis ont exploité agressivement leur supériorité militaire pour mener une série de guerres et d’actions militaires pour défendre les intérêts économiques et stratégiques américains contre leurs rivaux européens et asiatiques.

Sous prétexte de « guerre au terrorisme, » l’administration américaine a subjugué l’Afghanistan et envahi illégalement l’Irak. De plus, Bush a exposé une doctrine stratégique de « guerre préventive » contre tout pays qui serait considéré comme une menace potentielle. De telles guerres d’agression ont été le principal crime pour lequel les chefs nazis ont été jugés à Nuremberg après la Deuxième Guerre mondiale. En 2002, Bush a fait de Pyongyang l’une de ses premières cibles pour un « changement de régime » lorsqu’il l’a ajoutée à son « axe du mal » aux côtés de l’Irak et de l’Iran.

Dans le climat de profondes tensions internationales créées par le militarisme américain, le test d’un engin nucléaire par la Corée du Nord n’était pas vraiment inattendu. Hier, un commentaire du Financial Times qui en disait long a cité l’ancienne secrétaire d’État des États-Unis, Madeleine Albright, qui avait déclaré au journal plus tôt cette année : « Le message que l’on peut tirer de l’Irak est que si vous n’avez pas d’armes nucléaires vous allez être envahis, et que si vous avez des armes nucléaires vous ne serez pas envahis. » Bien que quelques armes nucléaires rudimentaires n’offriront aucune défense contre une attaque américaine concertée, l’invasion de l’Irak a sans aucun doute encouragé la Corée du Nord à s’embarquer sur cette voie plutôt risquée.

Une réaction aux menaces américaines

De par les médias internationaux, une très large couverture médiatique présente la Corée du Nord comme un État voyou instable, et son chef Kim Jong Il comme un fou irrationnel qui menace le monde avec des armes nucléaires. Le World Socialist Web Site ne prend pas la défense du régime stalinien de Pyongyang, pas plus qu’il n’appuie ses efforts pour accumuler un arsenal nucléaire, mais il existe une logique claire derrière les actions de la Corée du Nord. Mis à part son opposition creuse à l’impérialisme américain, le dernier essai nucléaire marque une tentative désespérée pour forcer Washington à cesser ses menaces de « changement de régime » et pour régulariser les relations entre les deux pays.

L’impact dévastateur de la guerre de Corée est gravé profondément dans les mémoires des chefs nord-coréens. Sous la bannière de l’ONU, les États-Unis ont appuyé l’État policier qui était leur pantin à Séoul et qui menaçait de manière provocatrice Pyongyang, avant de lancer une invasion à grande échelle de la Corée du Nord. L’armée américaine a littéralement rasé des villes et des villages nord-coréens à l’aide de bombes et de centaines de milliers de litres de napalm. Environ trois millions de Nord-Coréens furent tués ainsi qu’un million de Sud-Coréens, près d’un million de soldats chinois et plus de 50 000 soldats américains. Le général américain Douglas MacArthur exigea que l’on utilise de 30 à 50 armes nucléaires pour créer une « ceinture de cobalt radioactive » le long de la frontière chinoise mais l’administration Truman l’en empêcha, craignant une réaction de l’Union soviétique.

Pour plus d’un demi-siècle, la Corée du Nord a dû faire face à une menace militaire américaine constante, qui s’est amplifiée après l’effondrement de l’Union soviétique et à la fin de la Guerre froide. Washington n’a jamais officiellement arrêté la guerre avec Pyongyang et a maintenu son blocus économique sur le pays. En 1994, l’administration Clinton était fin prête à attaquer la Corée du Nord sur ses programmes nucléaires, avant de retraiter et de signer une entente connue sous le nom d’Accord cadre (Agreed Framework). Pyongyang accepta de suspendre l’activité de ses installations nucléaires en retour de la normalisation des relations avec les États-Unis et d’une aide pour construire des réacteurs nucléaires civils.

En 2000,  la première étape vers la détente a mené à une rencontre sans précédent entre Kim Jong II et le président sud-coréen, Kim Dae-jung, dont la soi-disant politique du Lever du soleil  envisageait l’ouverture de la Corée du Nord en tant que zone de main d’œuvre à bon marché et de transport régional.  Dans les derniers jours de l’administration Clinton, le secrétaire d’Etat, Albright, a fait une visite officielle à Pyongyang, rencontré Kim Jong II et avancé la possibilité d’établir des relations normales entre les deux pays.

En accédant au pouvoir en 2001, l’administration Bush a immédiatement rompu les pourparlers avec la Corée du Nord durant un réexamen de sa politique. Les républicains de droite avaient régulièrement dénoncé l’entente cadre et l’administration Clinton pour être trop mou avec la Corée du Nord. Dès le début, cependant, la Maison-Blanche avait clairement laissé savoir qu’elle avait l’intention de serrer la vis à l’« Etat voyou » avec pour objectif de précipiter l’effondrement du régime. A la conclusion de son réexamen, en juillet 2001, les Etats-Unis imposaient une série de conditions onéreuses à la Corée du Nord comme prix pour la reprise du dialogue.

Ces actions ont miné la politique du « Lever du soleil » et effectivement saboté l’entente cadre.  Non seulement Pyongyang était-il inclus dans « l’axe du mal » des Etats-Unis, mais des sections d’un document du Pentagone, le « Réexamen de la question nucléaire », coulé dans les médias en mars 2002, révélaient que les Etats-Unis étaient prêts à utiliser l’arme nucléaire contre la Corée du Nord.  Les tensions ont rapidement monté dans la période menant à l’invasion de l’Irak dirigée par les Etats-Unis. Confronté aux allégations américaines en octobre 2002 sur le programme d’enrichissement d’uranium, la Corée du Nord a formellement abrogé l’entente cadre, s’est retiré du traité de non-prolifération nucléaire, expulsé les inspecteurs nucléaires internationaux et redémarré ses usines atomiques.  

Le régime de Pyongyang a continuellement répété être prêt à faire des compromis en retour de négociations avec Washington. Depuis le début de 1990, son objectif central a été d’obtenir une garantie officielle des Etats-Unis quant à sa sécurité et la normalisation des relations, incluant la levée des blocus qui minent le développement économique de la Corée du Nord et ont été dans une large mesure responsable du manque dévastateur de nourriture.  L’administration Bush a catégoriquement refusé de s’adresser directement à Pyongyang, déclarant que les Etats-Unis ne se soumettraient pas « au chantage » en « récompensant les mauvais comportements » et déclaré à répétition que « toutes les options sont sur la table » — ce qui inclus l’option militaire.

Alors que la confrontation se poursuivait, les Etats-Unis consentirent à une initiative de la Chine en 2003, pour des discussions à six, incluant les deux Corées, les Etats-Unis, la Chine, le Japon et la Russie. Cependant, le but de Washington n’était pas de négocier une entente avec la Corée du Nord, mais plutôt de mettre de la pression sur les quatre autres afin qu’ils adoptent une attitude plus agressive contre Pyongyang. Lors de la dernière ronde de discussion en septembre de l’an dernier, les négociateurs américains ont finalement accepté une déclaration de principes pour l’établissement d’un cadre pouvant mettre fin au blocage. Au même moment, le trésorier américain a pris des mesures contre la Banco Delta Asia (BDA) basée à Macau, la forçant finalement à geler les avoirs nord-coréens. Depuis, d’autres banques ont été poussées à agir de la sorte, jusqu’à inciter Pyongyang à refuser de participer aux discussions des six.

Il n’y a pas de signe que l’administration Bush est sur le point de changer son attitude agressive envers la Corée du Nord. Dans sa déclaration hier, Bush a dit que Pyongyang demeurait « l’un des principaux disséminateurs mondiaux de technologie des missiles », avec l’Iran et la Syrie, et avisait qu’un transfert d’arme nucléaire ou de matériel, serait considéré comme une « grave menace contre les Etats-Unis ». Le plan immédiat des Etats-Unis est de poursuivre sa politique de sanctions au Conseil de sécurité de l’ONU. Mais rien ne peut être écarté alors que l’administration Bush exploite la crise à des fins politiques domestiques en prévision de l’élection de novembre prochain.

Article original paru le 10 octobre 2006, WSWS.org

Articles Par : Peter Symonds

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca