L’art de la guerre : Les joueurs de flûte de la « paix »

L’art de la guerre : Les joueurs de flûte de la « paix »

Nicola Ciardelli

Plus de 1.500 enfants, garçons et filles entre 3 et 14 ans (de la maternelle au collège), seront conduits, le 27 avril à Pise, le long du « chemin des libertés », visitant des lieux physiques de la ville reliés à neuf articles de la Constitution. Le mérite en revient à l’Association Nicola Ciardelli, qui fait depuis quatre ans la promotion de la « Journée de la Solidarité » en souvenir du major Ciardelli de la Brigade Folgore, « victime d’un attentat le 27 avril 2006 à Nassirya, pendant la mission de paix Antique Babylone ». Déterminant est le soutien de la Municipalité à cette initiative qui, déclare le maire Marco Filippeschi (Parti démocrate), lance un grand « message de paix et solidarité ». Grâce à son administration, Pise est devenue le laboratoire le plus avancé de la loi pour « la promotion et la diffusion de la culture de la défense à travers la paix et la solidarité ».

Passée à la Chambre grâce à une entente bipartisane (Pd, Pdl, Idv, Ligue) la loi, en cours d’approbation au Sénat, institue, en particulier dans les écoles, une série d’initiatives pour un « partage informé chez les citoyens des politiques de sécurité et de défense de la nation et de l’action des Forces armées ». Ce qu’on expérimente à Pise. Dans le parcours « Liberté et Défense de la Démocratie », par exemple, les élèves, escortés par de sympathiques parachutistes de la Folgore, seront amenés au Centre d’entraînement du parachutisme, où la Journée s’ouvrira avec le Lever des couleurs et la Sainte Messe. Là on leur expliquera que Ciardelli était en Irak pour une mission de paix, surtout pour aider les enfants. On évitera de dire que l’officier, à sa seconde mission en Irak comme volontaire, appartenait au 185ème Régiment acquisition d’objectifs, force spéciale qui, infiltrée dans un territoire, signale les objectifs à bombarder. Et, pour ne pas impressionner les enfants, on taira le fait qu’en 2004 (comme le reconnaît la Procure militaire elle-même) des soldats italiens tirèrent à Nassirya sur une ambulance, tuant ainsi une femme enceinte et trois personnes de sa famille.

Source de la photo : http://www.carloazegliociampi.it/161?resource_3651=11929&relational_resource_3411=11929

Après une étape au centre universitaire de Sciences pour la paix, pour une leçon sur la gestion non-violente des conflits et la répudiation de la guerre, les élèves seront conduits à la Préfecture, au siège de la Province et à la Mairie, où on leur expliquera que l’Italie s’en tient pleinement à ces principes : les guerres effectuées en Irak, Yougoslavie, Afghanistan et Libye, ne sont pas des guerres mais des opérations humanitaires et de paix. Silence par contre sur le fait que Pise, « Cité pour la paix », a été impliquée dans les guerres par le biais de la base étasunienne de Camp Darby qui l’an dernier a approvisionné en bombes les avions Otan qui attaquaient la Libye, et par l’aéroport militaire, qui est à présent transformé en Hub aérien national, où transiteront toutes les forces et le matériel de guerre pour les missions militaires à l’étranger. Temps fort de la journée : tandis que les paras de la Folgore descendront du ciel sous les yeux admiratifs des enfants, sera érigée « la Maison des enfants de Nicola », représentation symbolique de celle où, à Florence, seront soignées (pour montrer combien nous sommes bons) quelques unes des nombreuses petites victimes des « missions de paix ». La « Maison »  reposera sur les neuf « piliers constitutionnels » du « chemin des libertés ». Mais on ne dira pas aux enfants qu’il manque le pilier central : l’Article 11 de la Constitution qui répudie la guerre comme instrument d’offense à la liberté des autres peuples.

Edition de mardi 24 avril 2012 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120424/manip2pg/14/manip2pz/321671/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire "L'art de la guerre" au quotidien italien il manifesto. Il est l'auteur de Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Geografia del ventunesimo secolo, Zanichelli 2010 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca