L’art de la guerre. Les pirates de l’Océan Indien

Région :
L’art de la guerre. Les pirates de l’Océan Indien




Le déploiement multi-partisan, ayant ceint le casque de Scipion, s’est porté aux côtés  des deux fusiliers marins du Bataillon San Marco inculpés par la magistrature indienne pour avoir tiré sur des pêcheurs, pris pour des pirates, en en tuant deux. Des dizaines de municipalités ont répondu à l’appel patriotard de Ignazio La Russa (ancien ministre de la défense du dernier gouvernement Berlusconi, NdT) en exposant la banderole « Sauvons nos marò[1] ». Des journalistes embedded du Tg1 (journal télévisé de la première chaîne de télévision italienne, NdT) ont arboré le ruban jaune de la Marine militaire avec l’inscription « Nous ne laisserons pas seuls nos fusiliers ! No men left behind ! ».



En effet, on ne les a pas abandonnés. Grâce aux inlassables pressions exercées sur les autorités indiennes par le président (du Conseil, NdT) Monti et le ministre de la défense Di Paola, non moins que la « donation » de 146 mille euros en roupies aux familles des deux tués (qualifiée par Di Paola d’ « acte de générosité »), « nos marò » ont été libérés. Juste au moment où se déroulait à Rome la parade militaire du 2 juin (Fête Nationale italienne, NdT), voulue par le président Napolitano pour « honorer les Italiens qui ont sacrifié leur vie dans des missions internationales de paix ». Comme celle où sont engagés les marò des « Noyaux militaires de protection », déployés à bord de navires marchands italiens dans l’Océan Indien.



Ces noyaux jouissent d’ « un degré d’autonomie opérationnelle adéquat » : ils peuvent en effet décider de façon autonome quand et comment tirer. Cette véritable licence de tuer, qui leur a été conférée par le Parlement, se trouve élargie avec la Loi 130/2011 à des contractors de compagnies privées, qui peuvent « utiliser les armes prévues sur les navires marchands grâce à l’autorisation préalable du Ministre de l’intérieur ». Le tout placé sous l’opération Ocean Shield (Bouclier de l’Océan) de l’Otan, dont l’objectif officiel est de « combattre la piraterie au large et le long des côtes de la Somalie et de la Corne d’Afrique ». Pour cette opération sont déployés en permanence dans l’Océan Indien deux groupes navals multinationaux de la Force de réaction rapide de l’Otan, sous le commandement maritime allié de Naples. Ocean Shield est elle-même reliée à la Cmf, force maritime multinationale composée de 36 navires de guerre avec support aérien, laquelle, sous les ordres de la composante navale du Commandement central étasunien au Bahreïn, a pour mission de « combattre le terrorisme et la piraterie dans les eaux internationales du Moyen-Orient, où passent certaines des plus importantes routes maritimes commerciales du monde ».



Le véritable objectif de cet imposant déploiement naval, auquel participe aussi l’Italie[2], est donc le contrôle des routes maritimes pétrolières et, en même temps, la préparation d’autres guerres pour la domination de la région. Avec le prétexte de la lutte contre la piraterie. Et le tout pendant que ces mêmes puissances qui surveillent militairement l’Océan Indien continuent à piller les eaux de la Somalie et d’autres pays avec leurs flottes de pêche et à envoyer leurs navires empoisonnés décharger les déchets toxiques du monde riche. En provoquant des famines et des maladies qui en Somalie ont rayé de la carte des villages entiers de pêcheurs, en contraignant de nombreux jeunes, pour survivre, à servir de main d’œuvre dans les actions de piraterie. Et d’autres, comme les Indiens contre qui ont tiré les marò, à risquer leur vie pour quelques roupies, en espérant que, s’ils se font abattre, leurs familles seront indemnisées par la « générosité » des pirates institutionnels.


Edition de mardi 5 juin 2012 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20120605/manip2pg/14/manip2pz/323811/


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


 


[1] Fantassins des forces de débarquement, « marine » en anglais, NdT.


[2] Pas la France. Liste des participants :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Ocean_Shield
 
et http://www.defense.gouv.fr/das/relations-internationales/l-otan/node_79310/les-operations-de-l-otan : « Dans la mesure où la France s’est impliquée fortement depuis son lancement en 2008 dans l’opération européenne de lutte contre la piraterie, elle a décidé de ne pas contribuer à cette opération OTAN. » En clair : on a déjà donné. NdT.


 


 

Articles Par : Manlio Dinucci

A propos :

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire "L'art de la guerre" au quotidien italien il manifesto. Il est l'auteur de Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013 ; Geografia del ventunesimo secolo, Zanichelli 2010 ; Escalation. Anatomia della guerra infinita, Ed. DeriveApprodi 2005.

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca