L’extradition illégale de Gbagbo de son pays natal !

L'extradition illégale de Gbagbo de son pays natal !

Directement d’Abidjan (Côte d’Ivoire)

EXILÉ – LIVRÉ AUX AFFRES DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE

Laurent GBAGBO est coupable d’avoir perdu la guerre fratricide contre Allasanne OUATTARA, le nouveau Président de la Côte d’Ivoire choisi par Nicolas SARKOZY au nom de la “communauté internationale” – lire ici le rassemblement de quelques chefs d’État représentant les anciennes puissances impérialistes occidentales décadentes.

Dans la nuit sombre du 29 novembre 2011, subrepticement, un avion furtif décolle secrètement de la base militaire des forces d’occupation française – le 43e BIMA d’Abidjan – direction La Haye aux Pays-Bas où Laurent GBAGBO sera incarcéré pour n’avoir pas accepté de capituler et pour s’être rebellé contre l’armée d’occupation française. La loi du milieu a ses règles que GBAGBO ne pouvait transgresser, pas plus que KADHAFI après lui, le révolté qui a expié son péché, assassiné par les mercenaires de l’OTAN de la façon que vous savez… (1).

L’ex-premier ivoirien, capturé par l’armée de SARKOZY, est livré tel les esclaves d’antan, un “cadeau” du nouveau Président ivoirien stipendié – élu par l’Élysée – aux autorités de la Cour pénale internationale (CPI) de triste renommée, pour être accusé de crimes contre l’humanité. Nous aurions quant à nous plutôt songé à monsieur SORO, le nouveau Premier ministre de la Côte d’Ivoire, ” recherché ” depuis l’année 2002 pour crimes contre l’humanité ivoirienne, crimes commis dans le nord du pays divisé – séparé – par ses sbires et ses mercenaires surarmés ! Mais voilà, l’histoire a la mémoire écourtée et les récents vaincus ont préséance sur les anciens à la barre des accusés de cette Cour déshonorée.  

Pendant ce temps les insignifiants soldats de l’ONUCI (Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire) paradent dans les rues éventrées, inutiles observateurs des mercenaires paramilitaires de OUATTARA-SORO affublés d’uniformes de l’armée ivoirienne dans le but de légaliser leurs crimes anticipés.  

En plus de s’afficher dans les rues délabrées, l’ONUCI se préoccupe aussi d’accréditer l’élection ivoirienne bidon (11.12.2011) – à laquelle plus d’un millier d’aspirants aux prébendes de député – se pressent pour obtenir accès à l’assiette au beurre gouvernementale avec pour seul programme électoral de ne pas déplaire au nouveau maître du palais présidentiel. Eh oui ! Au milieu de cette misère désespérée, les remplaçants des anciens rois nègres d’antan se pavanent dans des palais de pacotille pendant que leur peuple meurent affamé dans des taudis surpeuplés. Triste Afrique bafouée, outragée, suppliciée.

COUP MONTÉ CONTRE L’EXTRADÉ

L’expatrié – illégitimement incarcéré et illégalement exilé de son pays de naissance, a été ” pressement réclamé ” par la CPI, suite à une rencontre secrète entre le gestionnaire arbitraire de ce tribunal à tout faire (l’outrecuidant Luis Moreno OCAMPO dont ce n’est pas la première billevesée) et le Président OUATTARA – affidé attitré à cette possession d’Afrique française néo-colonisée. C’est ainsi que le Président ivoirien, soi-disant garant de la constitution de ce pays indivisible – susurre la chanson sur les ondes de la télévision – joue le thuriféraire de son ami coreligionnaire de la République française électoralement très agité.  

Pourquoi un tel empressement du Président ivoirien à livrer l’africain aux “geôliers européens” à la veille des élections de la pseudo “Vérité et Réconciliation” ? Tous les ivoiriens de cette terre mortifère savent pertinemment que chacune des factions a commis des exactions. Chaque famille ivoirienne a perdu un enfant, un parent, aux mains de l’un ou de l’autre camp, certains dans les années quatre-vingt dix, d’autres en 2002, les derniers en 2010, car ici les guerres de succession sont légion pour le contrôle de l’appareil d’État distributeur de commissions, de maigres emplois sous corruptions, de petits contrats pour croupions ; ici est permanente cette engeance sévissant en néo-colonie de la France “mère patrie” spoliatrice. Rien de nouveau sous la lune en cette terre tropicale au soleil éternel…à la misère perpétuelle (2).

Devant une telle situation deux options s’offraient au Président croupion. Ils y passaient tous – équitablement – inexorablement – lui y compris, ou alors, les parties négociaient en douce la paix des braves et la “Réconciliation nationale”. Monsieur SORO, le nouveau Premier ministre, le criminel de guerre “oublié” de 2002, plutôt que de se taire pudiquement – étale son arrogance sur les ondes publiquement – et les médias français à la solde lui font écho. SORO le nouveau héraut, réclame la peine capitale pour les perdants repentants parce qu’ils ont le tort d’être du mauvais bord – quel atavisme accable ce tyran récidiviste ?  

Quelle réconciliation nationale peut-on espérer quand le vainqueur triomphant se venge en toute impunité du vaincu emprisonné, humilié, et quand moult prisonniers politiques sont toujours incarcérés, maltraités, torturés, empilés dans des geôles oubliées. Les sbires et les mercenaires de OUATTARA-SORO déguisés en soldats, arpentent les rues des cités outragées ; toutes les universités du pays seront fermées pour les deux prochaines années en Côte d’Ivoire éplorée. Rien à faire de cette “Réconciliation” avec l’oppression murmurent les ivoiriens enragés notamment à l’encontre des éditorialistes de Paris qu’ils détestent royalement (3).  

LE VALEUREUX PEUPLE IVOIRIEN

Je suis en ce pays depuis peu, pourtant, ce temps m’a suffi pour constater l’immense courage de ce peuple souriant, aimable, généreux, chaleureux, valeureux, industrieux, fier, amer et ulcéré au pays des chocolatiers. Si du moins le peuple ivoirien bénéficiait des revenus mirobolants générés par ces bouchées chocolatées – savez-vous à quel prix ils sont payés ces métayers exploités comparé au montant qui nous est réclamé à nous d’Occident, par les nouveaux négriers de la modernité (Nestlé, Lynds, Mars, etc.) pour cette denrée recherchée ?  

Ils sont 22 millions de citoyens – 1 036 dollars US de revenu annuel moyen (148e rang mondial) – la misère généralisé se constate chaque jour sur la chaussée des villes polluées, alors que quelques députés, ministres, juges, mandarins, hauts gradés de l’armée et des milices privées ainsi que quelques industriels caféiers et planteurs exploiteurs, tout au plus quelques milliers de riches plantureux, se partagent quelques bénéfices sporadiques, prébendes fragiles, salaires de sous-fifres dont ils se contentent faute de mieux, misérables gueux (4).  

Quand on ne contrôle pas son armée, ses tribunaux, ses alliés, son économie, ses frontières, sa terre et ses ressources aurifères, comment faire pour gérer ou administrer ? De toute façon, ils savent tous ce qu’il en coûte de souhaiter la liberté contre le maître de curée…logé à l’Élysée.

Dans le petit matin, ils sont des millions anxieux – marchant bruyamment sous le soleil levant, déjà brulant, pressant le pas vers leurs étals chambranlants, vers leurs boutiques déclinquées, vers leurs bureaux surchauffés – s’ils ont un emploi ce qui est rare en cet endroit – vers nulle part pour certains – vers le coin de la chaussée pour les autres, vers l’office d’une succursale quelconque d’une multinationale moribonde, où les uns offrent leurs babioles à un prix de famine, où les autres offrent leur savoir pour un salaire dérisoire, et les derniers leur labeur pour quelques francs sans valeur (650 F CFA = 1 Euro).  

Tous ces gens qui déambulent lentement ou circulent en taxis pétaradants ou s’entassent dans les bus tonitruants, ce matin ensoleillé, ne connaissent pas encore le forfait méprisable de la nuit, l’extradition de leur ex-Président – élu démocratiquement quoi qu’en disent ceux de Paris – qui n’étaient pourtant nullement concernés – et leurs complices en ce pays, ainsi que tous ces lâches médias à la solde, d’ici et d’ailleurs, qui ont répété le mensonge à satiété jusqu’à ce que vous le gobiez.  

Ses geôliers – nouveaux négriers – l’ont livré pour l’humilier, lui et tout son peuple ostracisé, pour faire exemple et pour briser leur résistance à l’avant veille de la mascarade électorale législative prévue pour la mi-décembre (11.12.2011) et à la veille de ces spectacles chauvins de “Réconciliation nationale ” programmés pour le début décembre. On n’amorce pas une campagne de “Vérité et Réconciliation” par la livraison de ses ex-compagnons d’armes à une cour pénale manipulée par des puissances internationales (5).

Ils seront des millions à faire abstention lors de ces élections bidons – Ce sera leur moyen d’expression…en attendant le prochain soulèvement de cette population (6).

Notes

(1) http://www.legrandsoir.info/Le-parricide-La-guerre-civile-en-Libye.html  

(2) http://www.centpapiers.com/massacres-en-cote-d%e2%80%99ivoire-%c2%ab-liberee-%c2%bb-par-les-colonisateurs-francais/66712  

(3) http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/11/29/laurent-gbagbo-inculpe-par-la-cour-penale-internationale_1610832_3212.html

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/laurent-gbagbo-un-aller-simple-pour-la-haye_1056612.html

(4) http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_(PPA)_par_habitant  
http://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4te_d’Ivoire
 

(5) Les 3 et 4 décembre 2011 s’amorçait une série de spectacles pour la ” Réconciliation nationale “. Quelques dizaines d’artistes ivoiriens chantent l’amour, la paix, la réconciliation et le pays “indivisible” et autres refrains chauvins, déplacés, après cette trahison et la mortification imposée aux magistrats et aux juges contrits, obligés de faire leur mea culpa pour avoir dit la vérité qu’ils sont contraints de répudier et de renier. Le peuple ivoirien reste imperturbable et le parti politique dirigé par Laurent GBAGBO (FDI) s’est récemment retiré de cette mascarade et plusieurs partis politiques ivoiriens boycottent ces élections bidons empressées (11.12.2011).

(6) http://www.legrandsoir.info/alassane-ouattara-ou-la-soumission-sans-equivoque-de-la-cote-d-ivoire.html
et CNRD http://www.eburnienews.net/politique/communique-du-cnrd-suite-a-la-deportation-du-president-laurent-gbagbo/  

Articles Par : Robert Bibeau

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca