L’héritière de L’Oréal « a donné 800.000 € à Sarkozy »

Le Président français est accusé d'avoir accepté illégalement des liquidités

Région :
L'héritière de L'Oréal « a donné 800.000 € à Sarkozy »

Un magistrat français a découvert une nouvelle preuve qui laisse penser que la campagne présidentielle de 2007 du Président Nicolas Sarkozy a reçu un financement illégal de 800.000 € de la part de l’héritière de la société de cosmétiques L’Oréal, Liliane Bettencourt.

Tandis que [le Premier ministre britannique] David Cameron, en Grande-Bretagne, cherche à désamorcer une controverse sur le financement de [son] parti, M. Sarkozy se retrouve face à un scandale bien plus grave de financement [politique] à quatre semaines du premier tour de la nouvelle élection présidentielle.

Un juge d’instruction indépendant enquêtant sur l’« affaire Bettencourt » tentaculaire a retrouvé deux transferts en liquide de 400.000 € chacun effectués depuis la Suisse en 2007, lesquels, soupçonne-t-il, ont apporté des fonds illégaux à la course présidentielle de M. Sarkozy, qui remporta cette élection.

Dans des documents divulgués dans deux journaux, ce juge, Jean-Michel Gentil, dit enquêter sur la possibilité que le premier versement, en février 2007, fut remis dans un bar parisien au trésorier de campagne de M. Sarkozy, Eric Woerth. M. Gentil dit également enquêter sur des preuves circonstanciées selon lesquelles un deuxième versement aurait pu être remis directement à M. Sarkozy lui-même.

Dans le cadre de ses investigations, le juge a saisi un journal personnel tenu par l’ami de Mme Bettencourt, le photographe et play-boy François-Marie Banier. Le 26 avril 2007 – le même jour que le deuxième transfert de 400.000 € – le journal de M. Banier rapporte que l’héritière de L’Oréal lui a dit : « Sarkozy a une nouvelle fois demandé de l’argent. J’ai dit oui ». D’autres témoins ont dit à M. Gentil que M. Sarkozy avait passé 15 minutes seul avec le mari de Mme Bettencourt, aujourd’hui décédé [19 novembre 2007], André, durant la campagne électorale de ce printemps-là.

Les affirmations de financement illégal de la campagne de M. Sarkozy par la plus riche femme de France sont apparues, il y a deux ans, dans le cadre d’une dispute familiale et judiciaire complexe à propos du prétendu abus de faiblesse commis sur l’héritière par M. Barnier et d’autres membres de l’entourage de celle-ci. A cette époque, M. Sarkozy rejeta avec courroux les accusations de financement politique illégal comment étant non-fondées.

M. Gentil est un juge d’instruction indépendant basé à Bordeaux, qui a été nommé pour examiner les aspects financiers et politiques de la querelle de la famille de l’Oréal. Il a déjà commencé des investigations judiciaires contre, entre autres, M. Woerth, M. Banier et l’ancien gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre. Jeudi dernier, le juge a arrêté pour la deuxième fois M. de Maistre. Au cours des quatre derniers jours, M. Gentil a interrogé M. de Maistre à propos de sommes excessivement importantes, s’élevant à plus de 5 millions d’euros, que Mme Bettencourt a versées à sa société de holding personnelle.

Le juge a également interrogé M. de Maistre sur une série de sept transferts clandestins de liquidités, faits par coursier, entre 2007 et 2009, à partir de comptes secrets en Suisse de Mme Bettencourt. Ces versements, révélés par des officiels suisses après l’envoi d’un mandat de perquisition international par M. Gentil, incluent deux versements de 400.000 € effectués durant la campagne présidentielle de 2007.

Dans sa requête officielle pour l’arrestation de M. de Maistre, le juge fait remarquer que le premier de ces transferts depuis la suisse a eu lieu le 5 février 2007 – deux jours avant que le gestionnaire de fortune de M. Bettencourt admette qu’il avait rencontré M. Woerth, le trésorier de campagne de M. Sarkozy, dans un bar parisien. Le juge fait également remarquer la coïncidence entre la date du second transfert, le 26 avril 2007, et la note de M. Banier dans son journal dans laquelle Mme Bettencourt aurait mentionné la demande de M. Sarkozy pour obtenir plus d’argent.

Article original : “L’Oréal heiress ‘gave Sarkozy € 800,000′” , The Independant, le 28 mars 2012

Traduction par JFG, Questions Critiques

Articles Par : John Lichfield

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca