L’OMS est blâmée pour sa gestion de la crise H1N1

Région :
Analyses:

” alt=”Une fillette est vaccinée contre la grippe H1N1 en novembre 2009. La première pandémie du siècle a entraîné la production massive de médicaments pour une maladie qui n’a fait que quelque 18 449 décès dans 214 pays et territoires depuis son apparition au Mexique en avril 2009.
” src=”http://www.ledevoir.com/images_galerie/d_85971_73664/image.jpg” width=449 height=310
Photo : Agence Reuters Jerry Lampen

Une fillette est vaccinée contre la grippe H1N1 en novembre 2009. La première pandémie du siècle a entraîné la production massive de médicaments pour une maladie qui n’a fait que quelque 18 449 décès dans 214 pays et territoires depuis son apparition au Mexique en avril 2009.

Genève — Le comité d’évaluation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), chargé d’examiner la gestion par l’organisation de la grippe H1N1, a publié hier un rapport accablant, pointant de grossières erreurs en matière de communication.

Le comité d’experts a été créé en début d’année par l’OMS en réponse aux critiques accusant l’organisation d’avoir été influencée par les laboratoires pour déclarer la première pandémie du siècle.

Celle-ci a entraîné la production massive de médicaments pour une maladie qui n’a fait que quelque 18 449 décès dans 214 pays et territoires depuis son apparition au Mexique en avril 2009.

Le rapport reconnaît n’avoir «trouvé aucun élément montrant que des intérêts commerciaux auraient influé ou tenté d’influer sur les conseils donnés à l’OMS ou sur les décisions qu’elle a prises». Mais il critique «l’absence de procédures suffisamment solides, systématiques et transparentes pour révéler, reconnaître et gérer les conflits d’intérêts parmi les experts consultés».

Le comité d’évaluation estime ainsi que la décision de ne pas dévoiler l’identité des membres du comité d’urgence «convenait mal pour un comité dont les travaux allaient s’étendre sur plusieurs mois».

«À de nombreux égards, l’OMS s’est bien acquittée de sa tâche pendant la pandémie», mais «elle s’est aussi heurtée à des difficultés systémiques et a montré quelques carences», indique le rapport.

Confusion

Parmi ces carences figure «l’absence de description cohérente, mesurable et compréhensible de la gravité de la pandémie» de la part de l’OMS, à qui les experts reprochent de ne pas avoir «correctement dissipé la confusion qui existait au sujet de la définition d’une pandémie».

«Dans un des documents en ligne de l’OMS, les pandémies étaient décrites comme causant “un nombre considérable de décès et de malades”, alors que la définition officielle d’une pandémie repose uniquement sur son extension», écrivent les experts.

Le rapport reproche aussi à l’OMS de «ne pas avoir fourni d’éléments d’orientation en temps voulu dans toutes les langues officielles» de l’organisation.

Et la décision de prendre «moins d’initiatives en matière de communication avec les médias après avoir déclaré la phase 6 [la plus élevée], par exemple en supprimant les conférences de presse régulières sur l’évolution de la pandémie, était malavisée», poursuit-il.

Dans ses recommandations, le rapport recommande à l’OMS de «simplifier la structure des phases» en cas de pandémie, suggérant d’en adopter trois (situation initiale, phase d’alerte, pandémie) au lieu de six.

Articles Par : AFP

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca