L’opposition syrienne étudie les tactiques de la terreur au Kosovo

Une délégation de rebelles syriens a fait un pacte avec les autorités de Pristina afin d’échanger leur expérience au sujet de la guérilla. L’opposition syrienne va envoyer des militants au Kosovo pour qu’ils adoptent les tactiques et soient entraînés pour chasser le régime du président Bachar Al-Assad du pouvoir.

Le 26 Avril, une délégation de membres de l’opposition syrienne est venue à Pristina en route pour les Etats-Unis, pour des discussions sur le comment utiliser l’expérience de l’Armée de Libération du Kosovo en Syrie, rapporte l’agence Associated Press.

Jusqu’ici, une opposition syrienne très mal organisée n’a pas pu former un front uni contre les forces du président Assad. Les tactiques terroristes utilisées par les militants leur permettent de tuer des militaires et des représentants de l’état, mais ne leur permettent pas à maintenir une forte position contre les troupes régulières.

“Nous sommes venus ici pour apprendre. Le Kosovo est passé par là et a une expérience qui sera très utile pour nous, “ dit le chef de délégation syrienne Ammar Abdulhamid, un activiste syrien dissident des droits de l’Homme. “En particulier, nous aimerions savoir comment des groupes éparses de combat furent unifiés en la KLA”.

Les leaders de l’opposition syrienne ont promis de reconnaître immédiatement le Kosovo dès qu’ils auront pris le pouvoir dans leur pays.

“Nous avons grandement besoin d’actions communes en tant que coalition d’opposition”, a insisté Ammar Abdulhamid, un opposant de longue date syrien au président Al-Assad. En 2005, il a fui la Syrie pour aller aux Etats-Unis.

Le camp d’entrainement à la frontière albano-kosovar qui a accueill les participants syriens fut originellement organisé par les Etats-Unis pour aider la KLA pour entraîner ses combattants.

L’Armée de Libération du Kosovo (NdT: ALK ou KLA en anglais) était considérée comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France pendant des années jusqu’en 1998, où elle fut retirée de la liste des organisations terroristes sans qu’aucune explication ne soit jamais donnée. L’ALK a eu pour habitude d’avoir jusqu’à 10% de ses effectifs constitués d’enfants et d’adolescents.

Il y a eu de nombreux rapports concernant les liens entre l’ALK et Al Qaïda, elle obtint des armes de cette organisation terroriste, ses militants étant entrainés dans le camps d’Al Qaïda au Pakistan et ayant même des membres de ce réseau dans ses rangs pour combattre les Serbes.

– En 1998-99, les séparatistes du Kosovo commencèrent un conflit armé contre Belgrade afin de séparer la région kosovar de la Serbie. La guerre dans la région fut entâchée de nombreuses atrocités et de massacres de populations civiles. La plupart des Serbes qui vivaient au Kosovo sont devenus des réfugiés. –

En 2008, 10 ans après le début du conflit armé avec la Serbie, Le Kosovo s’est unilatéralement proclamé indépendant de Belgrade. L’indépendance du Kosovo a été reconnue par les pays occidentaux dans leur majorité, pour la plupart membres de l’OTAN ou associés avec le bloc.

Les mêmes horreurs perpétrées au Kosovo durant la guerre sont apparemment en cours de préparation pour être administrée à la population multi-confessionnelle syrienne par des islamistes de l7armée libre syrienne qui se sont entraînés au Kosovo au cœur de l’Europe.

Le groupe de l’armée syrienne libre qui forme la délégation au Kosovo a lutté contre le gouvernement syrien depuis maintenant plus d’un an. Cette confrontation a coûté la vie à plus de 9 000 personnes dont la moitié sont des militaires syriens, des policiers et des officiels du gouvernement.

Récemment, les militants ont été forcés de quitter les villes syriennes et leurs positions le long de la frontière turco-syrienne. Etant incapable de renverser la marée de manière indépendante,  l’armée libre syrienne s’est adressée à ses sponsors étrangers pour commencer une intervdention militaire en Syrie afin de renverser le président Al-Assad.

Le contributeur du site globalresearch.ca Benjamin Schett a dit à RT que les rebelles syriens n’apprendront pas grand chose en terme de tactiques militaires de la part de l’ALK. “La soi-disante Armée de Libération du Kosovo, ce groupe terroriste, a été en fait vaincu par l’armée serbe en 1998.”

Schett dit qu’une fois que la Serbie eut accepté un cesser-le-feu, retiré ses troupes et laissé la place aux observateurs de l’OSCE, l’ALK utilisa cette situation pour intensifier ses attaques afin de provoquer une réaction militaire.

Il continue en disant qu’en se présentant eux-mêmes comme des combattants de la liberté et des victimes auprès des médias occidentaux, l’ALK sécurisa une intervention occidentale en Mars 1999 après qu’ils eurent mis en scène un faux massacre à Racak.

Schett pense que les rebelles syriens vont au Kosovo afin d’acquérir les techniques de relation publique. Il dit que malgré leur manque de prouesses militaires, ils étaient particulièrement adeptes à faire croire au public occidental qu’ils se battaient pour une noble cause et ce malgré des rapports persistants indiquant qu’ils aient commis de nombreux crimes de guerre et d’abus des droits de l’Homme.

Des tactiques de marauders / pillards et de nettoyage ethnique

Eliminer les minorités locales après une période de bombardements intensive de l’OTAN, sont les seules tactiques de combat que l’ALK a maîtrisé et la seule chose que l’opposition syrienne puisse vraiment apprendre d’eux, a dit à RT le responsable des affaires étrangères du magazine américain Chronicles, Srdja Trifcovich.

RT: Que peut apprendre l’opposition syrienne dans ces camps?

Srdja Trifcovich: Dans un premier temps, je ne pense pas qu’ils puissent apprendre beaucoup des vétérans de l’ALK en termes d’efficacité au combat parce que l’ALK a été peu efficace dans sa rebellion contre les forces de sécurités serbes et ce juqu’aux bombardements de l’OTAN. Ils ont commencé leurs embuscades terroristes en 1997. Ils ont intensifié leurs activités en 1998. Mais tout au long de l’affaire, ils ne voulaient que de la gestion d’atrocités., par exemple le fameux cas de Racak où les victimes de combats furent présentées comme d’innocents civils massacrés par les Serbes. Mais même durant les bombardements, les forces serbes maintinrent le contrôle total de tous les centres de population et ils maintinrent même les routes ouvertes. L’ALK ne vint qu’après que les Serbes aient commencé à évacuer en accord avec les termes du cesser-le-feu avec l’OTAN; et même a ce moment là ils n’engagèrent pas le combat, ils n’agirent que comme des marauders, des pillards, procédant à un nettoyage ethnique des non-albanais. Ainsi, il n’y a en fait rien à apprendre en termes d’efficacité au combat ainsi qu’en termes d’organiser une force de guérilla efficace.

RT: Les mots de terreur, assassinat et attentats à la bombe, sont associés avec l’ALK, est-ce vraiment le genre de choses avec lesquelles l’armée syrienne libre veut vraiment être associée ?

ST: Il semblerait qu’ils n’en ont cure, car si j’ai bien saisi, Ammar Abdulhamid, un des leaders de l’opposition syrienne qui est venu à Pristina et qui parla à un journaliste d’AP a dit: “Nous sommes ici pour apprendre”. Ceci devrait-être un énorme réveil pour les Syriens qui ne soutiennent pas l’opposition, spécifiquement les minorités comme les Alaouites, les Chrétiens, qu’ils soient orthodoxes grecs ou catholiques, les Chi’ites, les Kurdes. Les sunnites modérés devraient se rappeler que si les rebelles syriens apprennent de l’ALK, cela veut dire qu’il y aura un bain de sang après la chute d’Assad et qu’il n’y aura plus aucune place pour quiconque, excepté le groupe majoritaire qui soutient son credo extrémiste, que ce soit celui d’une grande Albanie au Kosovo ou bien les boutures des frères musulmans en Syrie.

url de l’article original: http://rt.com/news/syrian-opposition-studies-terror-tactics-in-kosovo-585/

Traduction : Résistance 71

Articles Par : RT

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca