L’option « Hitler » en Afghanistan

Le limogeage du général Stanley McChrystal, de son poste de commandant en Afghanistan et son remplacement par le général David Petraeus n’est pas, comme le disent les apologistes politiques d’Obama, une défense de principe du contrôle du monde civil sur l’armée. Ce n’est pas non plus, comme voudrait nous le faire croire la ligne officielle émanant de la Maison blanche, juste un changement de personne et non de politique.

Tout porte à croire que ce changement de commandement est la conséquence d’une insatisfaction grandissante des méthodes contre-insurrectionnelles de McChrystal qui n’ont pas réussi à déloger les forces de guérilla conduites par les Talibans et qui contrôlent la plus grande partie du sud et de l’est de l’Afghanistan. Cela présage une augmentation drastique du niveau de violence militaire américaine et particulièrement du taux de victimes civiles parmi la population afghane. Leur « crime » est de sympathiser et de soutenir l’insurrection anti-américaine.

Petraeus se prépare déjà, selon un reportage, à modifier les règles de combat pour permettre un plus grand usage de la force.

Selon un article du journal britannique Independant de dimanche, McChrystal devenait de plus en plus pessimiste quant aux perspectives de succès, notamment après avoir dû remettre à plus tard l’offensive prévue dans la ville clé du sud, Kandahar, bastion des Talibans. Il en aurait rendu compte au ministres de la Défense de l’OTAN au début du mois et « averti qu’il ne fallait pas s’attendre à un quelconque progrès dans les six prochains mois. »

Le journal écrit: « Selon des sources informées, c’est ce compte-rendu autant que l’article du Rolling Stone qui ont convaincu M. Obama de limoger » McChrystal. L’article poursuit, « On a considéré que le général était ‘à contre-courant’ dans sa mise en garde aux ministres quand il leur a dit de ne pas s’attendre à des résultats rapides et qu’ils étaient confrontés à ‘une insurrection grandissante et qui ne se laisse pas abattre.’ »

Une campagne médiatique a commencé aux Etats-Unis, avec pour fer de lance le New York Times, disant que McChrystal porte un intérêt excessif aux victimes civiles afghanes prises dans la guerre qui se durcit entre les forces américaines et de l’OTAN et les forces de guérilla menées par les Talibans.

Cela a commencé par un article du 22 juin de C.J. Chivers qui décrit la frustration grandissante parmi les officiers supérieurs, sous-officiers et simples soldats en Afghanistan qui se disent « menottés » par McChrystal. Les tactiques du général entraveraient soi-disant « la puissance de feu du côté des forces occidentales – frappes aériennes, attaques à la roquette guidée, barrages d’artillerie et même feu de mortier – pour assister les troupes au sol. »

Ce thème a été repris par différents correspondants du Times dans des commentaires en ligne sur le site Internet du journal, Robert Mackey, John Burns et Dexter Filkins l’ont tous repris à l’unisson, puis par les chroniqueurs du journal, qu’ils soient libéraux ou conservateurs.

Bob Herbert, chroniqueur libéral, s’est soudain découvert une vocation de conseiller en tactiques militaires dans une chronique samedi intitulée « Pire qu’un cauchemar. »Il y dénonce la stratégie contre-insurrectionnelle de McChrystal et Petraeus, déclarant que leurs partisans « semblent avoir perdu de vue un aspect fondamental de la guerre: on ne va pas à la guerre à petits pas. On va à la guerre pour écraser l’ennemi. On le fait avec férocité et le plus rapidement possible. Si on ne le fait pas, si on a des cas de conscience, ou si on ne sait pas le faire, alors on ne part pas en guerre. Les hommes qui ont pris d’assaut les plages de Normandie n’essayaient pas de gagner le coeur et l’esprit de qui que ce soit. »

Il poursuit: « Parmi les inconvénients de cette prudence à la bataille il y a ce manque de volonté dérangeant de fournir à nos propres troupes de combat la couverture des frappes aériennes et d’artillerie qu’ils pensent être nécessaire. »

Ross Douthat, chroniqueur conservateur au Times a soulevé la même question lundi arguant que « le succès est notre ticket pour quitter » l’Afghanistan. Le gouvernement Obama « ne choisit pas entre rester en Afghanistan et se retirer du combat. Il choisit entre deux façons de rester, à savoir une impasse qui se prolonge ou bien une victoire militaire franche. »

Douthat fait remarquer que l’article du Rolling Stone qui a été le déclencheur du licenciement de McChrystal était « ostensiblement une critique de la contre-insurrection, critique antiguerre et de gauche. » Mais en fait, il donnait voix aux « critiques que la stratégie en cours accorde trop d’importance à la vie d’Afghans innocents. » Il cite un autre analyste dont il résume l’article comme étant une critique de la stratégie actuelle « parce qu’elle ne permet pas à nos soldats de tuer suffisamment de personnes. »

Cela pourrait sembler quelque peu exagéré de dire que le général McChrystal, commandant de longue date des forces d’Opérations spéciales, et responsable de l’assassinat de milliers d’insurgés durant ses années en Irak, soit considéré comme insuffisamment assoiffé de sang. La logique d’une telle critique a été expliquée en détail dans une analyse significative du numéro de juillet 2010 du Washington Quaterly, le magazine du Center for Strategic and International Studies (Centre d’études stratégiques et internationales), un groupe de réflexion politique majeur de la capitale américaine.

Ecrit par Lorenzo Zambernardi, universitaire italien travaillant à présent aux Etats-Unis, l’article discute de ce qu’il appelle « le trilemne impossible de la contre-insurrection. »

Zambernardi argue: « La contre-insurrection implique trois objectifs principaux, mais dans la pratique réelle un contre-insurrectionnel a besoin de choisir deux de ces trois objectifs… Le trilemne impossible de la contre-insurrection est que, dans ce type de conflit, il est impossible d’accomplir simultanément : 1)la protection des forces, 2) la distinction entre des ennemis combattants et non combattants, et 3) l’élimination physique des insurgés. »

Selon ce schéma, McChrystal avait choisi les second et troisième objectifs, avec pour conséquence le pic de victimes américaines et de l’OTAN et l’insatisfaction croissante parmi les simples soldats à qui on donne l’ordre de prendre de plus grands risques pour éviter de faire des victimes civiles. L’alternative, écrit l’auteur, est de se concentrer plutôt sur les premier et troisième objectifs. « Un Etat peut protéger ses forces armées tout en détruisant les insurgés, mais uniquement en tuant aveuglément des civils, comme l’ont fait les Ottomans, les Italiens et les nazis respectivement dans les Balkans, en Libye et en Europe de l’est.

On pourrait peut-être qualifier ce choix, que l’auteur appelle plus tard « une politique de barbarie » d’ « option Hitler. »

C’est cette direction qu’a prise à présent la politique américaine en Afghanistan: une escalade spectaculaire de la violence dans une guerre qui s’est toujours caractérisée par une brutalité extrême et le mépris de la destruction de vies innocentes.

Telle est la réponse de l’impérialisme américain à son échec à supprimer l’opposition populaire en Afghanistan à la guerre et à l’occupation néo-coloniale de Washington. La motivation pour accroître le bain de sang naît de ce que l’insurrection anti américaine jouit d’un soutien populaire massif. Cette lutte des masses afghanes contre l’occupation étrangère est entièrement légitime.

Des dizaines de milliers de civils afghans ont été tués en plus de neuf ans de guerre, dans ce qui est le plus long engagement militaire de l’histoire américaine. Les frappes aériennes américaines ont touché des célébrations de mariage, des sorties familiales et même des cérémonies d’enterrement.

Des milliers d’Afghans ont été capturés et détenus et torturés dans le tristement célèbre camp de prisonniers de Bagram et autres lieux de par le pays. Les missiles prédateurs américains ont été lancés à partir de drones sur des villages des deux côtés de la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan, faisant des centaines et probablement des milliers de morts.

C’est ce bain de sang qu’Obama a publiquement présenté comme étant la « bonne guerre » lors de sa campagne présidentielle et que l’aile libérale du Parti démocrate embrasse avec enthousiasme jusqu’à ce jour, malgré l’opposition populaire grandissante aux Etats-Unis. Ceux qui prennent les décisions de continuer et d’accroître ce conflit se rendent coupables de crimes de guerre. Ceux qui fournissent les justifications politiques pour « vendre » cette guerre aux Américains sont leurs complices.

Article original, WSWS, paru le 29 juin 2010.

Articles Par : Patrick Martin

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca