L’USAID reconnaît le caractère secret de ses opérations illégales à Cuba

L'USAID reconnaît le caractère secret de ses opérations illégales à Cuba

La dénommée Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) dénoncée pour être une façade de l’appareil de renseignement des États-Unis, vient de refuser à un chercheur de renom, l’accès aux documents relatifs à ses opérations à Cuba, qualifiés de « secrets ».

L’USAID a refusé de divulguer les détails clés des activités de la  Freedom House à Cuba de janvier 2000 à décembre 2007, tel que demandés par le journaliste Tracey Eaton, rédacteur en chef du site « Along the Malecon ». Les documents ont été demandés en vertu du programme fédéral d’accès à l’information, le « Freedom of Information Act » (FOIA).

Dans son message à Eaton, l’agence controversée cite une exonération de la FOIA qui lui permet de ne pas révéler non seulement « les secrets commerciaux, informations commerciales ou financières » qui sont considérés comme « privilégiés ou confidentiels », mais aussi des secrets liés à des opérations de renseignement, clandestines et évidemment illégales. L’exemption est assez vague pour cacher la plupart des informations aux yeux du public», explique Eaton sur son site Internet.

ENVOI DE MATÉRIEL DE TRANSMISSION ÉLECTRONIQUE DANS L’ÎLE

L’USAID a signé en 1999 un contrat avec la Freedom House, accompagné de 11 accords supplémentaires, qui mentionne les programmes de travail de l’organisation à Cuba. Le document mentionne « des partenaires étrangers » et « des partenaires situés à l’étranger », mais ils ne sont pas identifiés.

L’agence connue pour se livrer à la déstabilisation, derrière l’écran du développement, a implicitement reconnu en 2008 le caractère secret et illégal de ses activités d’espionnage à Cuba.

Le 14 mai de cette année, Jose « Pepe » Cárdenas, leader cubanoaméricain, et aussi à la tête de l’USAID pour l’Amérique latine, a présenté lors d’une réunion convoquée à Washington, la façon de distribuer les 45 millions de dollars affectés à la subversion à Cuba par l’intermédiaire de ce que nous appellerons « les institutions éprouvées ».

Il a dit qu’il favoriserait l’envoi clandestin de matériel électronique dans l’île par le biais d’intermédiaires européens et latino-américains qui effectuent des opérations qui ne peuvent se développer légalement ; cela encouragerait les agents de voyages dans le pays, en utilisant ce qu’on appelle les licences humanitaires pour mener des « évaluations sur le terrain ».

ACTIVITÉS AU-DESSUS DE LA LOI

En plus de de ces propositions pour lesquelles il a sollicité des offres, Cardenas a déclaré que l’agence promettait le secret absolu à leurs employés : leurs activités ne seraient jamais divulguées, « même aux demandes d’accès à l’information à la FOIA ».

Les garanties furent faites par Cardenas au nom de l’agence a conduit, entre autres choses, l’attribution d’un contrat lucratif pour la firme « Development Alternatives Inc » (DAI), dont le sous-traitant, Alan Gross, a été plus tard arrêté et condamné pour ses activités. L’USAID a déjà nié à Tracey Eaton l’obtention de copies des conclusions présentées dans ce cas.

Dans les textes déjà publiés l’USAID fait référence au développement à Cuba d’une « capacité de déploiement afin d’inclure la possibilité d’établir un espace de bureaux, des télécommunications, des dispositifs de transport, l’identification et le recrutement du personnel local, des achats locaux et « d’autres actions. »

Parallèlement à ces sales activités de l’USAID, un autre organisme fédéral, le Bureau des gouverneurs de la radiodiffusion – Broadcasting Board of Governors (BBG pour son sigle en anglais), a récemment embauché la firme israélienne RRSat Global Communications avec pour mission de transmettre par satellite des programmes de propagande étatsuniens directement dans les téléviseurs cubains ; ainsi qu’un contrat pour transmettre à des milliers de téléphones portables cubains sélectionnés à partir d’une source indéterminée par le même BBG comportant des messages de propagande attribuée à Washington Software, une entreprise « de propriété asiatique ».

Les États-Unis investissent des milliards de dollars chaque année dans les opérations soi-disant « humanitaires » en Amérique latine et dans les Caraïbes par l’intermédiaire de la dénommée Agence pour le développement international (USAID).

Twitter: @ AllardJean-Guy

L’auteur est journaliste à l’agence cubaine Granma

Articles Par : Jean-Guy Allard

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca