La CIA a commencé par accueillir 4.000 nazis…

Le chef des services secrets d’Hitler dans l’avion personnel du général Smith

Région : ,

Le flirt CIA-terrorisme n’a en fait rien de récent. Il commence en 1945 lorsque Richard Gehlen, chef des services secrets nazis, échappe au tribunal de Nuremberg et est emmené bien gentiment aux USA dans l’avion personnel du général Smith…

 

Gehlen explique dans ses mémoires: «Mon idée était que même pour une Allemagne vaincue, il y aurait une place dans une Europe réarmée pour se défendre du communisme. Nous pouvions nous attendre à ce que les puissances occidentales soient intéressées par notre service d’espionnage à l’Est.» En effet, le chef des services secrets nazis est engagé en 1945 par la CIA avec un budget de 200 millions $ en dix ans et 4.000 emplois temps plein. Objectif: exploiter sa connaissance des pays de l’Est et espionner les communistes.

De même, Klaus Barbie, le «boucher de Lyon», sera protégé par les USA afin d’infiltrer le parti communiste allemand. Grâce à la protection des services US, tout un ramassis d’ex-nazis comprenant Paul Stangel (le chef du camp de Treblinka), Adolf Eichman, Walter Rauff (l’organisateur des chambres à gaz) et Ante Pavelic (le sanglant dictateur croate) va se reconstituer en Amérique latine en réseau de terrorisme et d’espionnage contre la gauche. L’argent viendra aussi du grand capital allemand (IG Farben, VW, Krupp et Mercedes-Benz).

Pour contrer l’influence de la gauche communiste européenne, tous les moyens sont bons en fait. A la Libération de l’Italie, par exemple, les partisans, majoritairement communistes, constituent la force politique dominante. Les troupes alliées sortent des prisons de Mussolini des leaders de la Maffia et leur confient la direction des villes.

Par la suite, la CIA soutiendra activement ou mettra carrément sur pied, la crème des terroristes un peu partout dans le monde: maffia cubaine de Miami, escadrons de la mort de Pinochet, contras du Nicaragua, l’Unita angolaise et tant d’autres. La «démocratie» que les Etats-Unis prétendent imposer au monde, c’est ça.

Sources :
William Blum, “Killing Hope: US Military and CIA Interventions Since World War II” and “Rogue State: A Guide to the World’s Only Superpower, Common Courage press,http://members.aol.com/superogue/homepage.htm, Peter Coleman, Liberal Conspiracy, London: Collier Macmillan Publishers.
Nazis : Gehlen, Reinhard, Nu Spreek Ik!, Baarn (Hollande), 1972. Simpson, Christopher, Blowback. America’s Recruitment of Nazis and Its Effects on the Cold War, New York, 1988. Covert Action, Special: nazis, the Vatican, and CIA, winter 1986. Italie: The Guardian, 26 mars 2001. Nicaragua: Holly Sklar, Washington’s War on Nicaragua, Boston, South End Press, 1988). Tchétchénie: Michel Collon, Monopoly, EPO, Bruxelles 2000. Jared Israël, Washington, parent of the Taliban and Colombian death squads, http://www.tenc.net [Emperor's Clothes], http://www.wahhabi.com. Bin Laden: http://www.msnbc.com/news/wld/iframes/082098 ; Grows in Balkans by Umberto Pascali, Executive Intelligence Review, 22 juin 2001; http://msnbc.com/news/190144.asp?cp1=1


Articles Par : Michel Collon

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca