La CIA et Greenpeace accusés de saboter l’économie australienne

Les liens avec la Chine seraient visés

La CIA et Greenpeace accusés de saboter l'économie australienne

Clive Palmer, un riche Australien ayant fait fortune dans l’exploitation minière et militant de longue date dans les partis politiques de droite, a accusé mardi la CIA d’avoir comploté pour « saboter l’économie nationale en finançant le parti Vert et des groupes militant contre l’industrie minière ». (Patrick O’Connor, Australian mining magnate accuses CIA of funding environment groups, World Socialist Web Site, 23 mars 2012.)

"You can't treat citizens that way" ... Clive Palmer.

Clive Palmer. Photo: Glenn Hunt 
 

En conférence de presse mardi dernier, M. Palmer a cité un document interne de Greenpeace intitulé « Stoppons l’essor de l’exploitation minière australienne, [expliquant] diverses stratégies visant à perturber les projets miniers ». (Ibid.) Financée généreusement par le Rockefeller Family Fund, la recherche sur l’industrie minière australienne servait de base à la protestation, selon le document.

Le lien avec la CIA? Palmer l’explique ainsi :

Cela est financé par la CIA [...] Vous n’avez qu’à lire le Church Report des années 1970 et les rapports du Congrès des États-Unis qui ont mis sur pied la Fondation Rockefeller comme moyen d’acheminer le financement de la CIA. Vous n’avez qu’à regarder le budget secret qui a été voté au Congrès l’an dernier : il dépasse la valeur totale de notre économie nationale. (Ibid.)

Le rôle clandestin des États-Unis en Australie est amplement documenté, rapporte le WSWS, citant l’implication de la CIA dans le financement du journal de droite Quadrant et la promotion de groupes anticommunistes dans les années 1950 et 1960, la déposition du gouvernement Whitlam en 1975 et celle du Premier ministre Rudd en 2010.

Ce dernier désirait faire de l’Australie un pays médiateur entre la Chine, son partenaire commercial, et les États-Unis, son « protecteur sur le plan militaire et diplomatique », une attitude rejetée par Washington, selon WSWS. « La première ministre Julia Gillard a depuis complètement aligné l’Australie à l’orientation de la politique étrangère d’Obama ». L’accueil de troupes étasuniennes au nord du pays, une position stratégique visant la Chine, en est un exemple. (Ibid.)

Cette nouvelle orientation a affecté l’industrie minière, donc M. Palmer, dont le commerce repose sur ses liens avec la Chine, explique le WSWS.

Le lendemain le magnat des mines a limité ses accusations à « des éléments du mouvement des Verts de Queensland », dont Drew Hutton, une figure centrale du mouvement, rapporte le Sydney Morning Herald. M. Hutton songe à poursuivre M. Palmer en raison de ses propos, à moins que ce dernier ne se rétracte et s’excuse. (David Wroe et Judith Ireland, Palmer backs away from CIA claims, The Sydney Morning Herald, 21 mars 2012.)

La CIA, Greenpeace et les politiciens visés ont nié et ridiculisé les allégations voulant que la CIA ait financé le rapport Stoppons l’essor de l’exploitation minière australienne. Les auteurs du projet ont cependant reconnu avoir eu « l’appui généreux du Rockefeller Family Fund ». Contacté par le Herald, la fondation Rockefeller « n’a pas été en mesure de répondre immédiatement aux questions concernant le rapport australien, mais a indiqué qu’elle répondrait aux allégations de M. Palmer ». (Ibid.)

Julie Lévesque

Articles Par : Julie Lévesque

A propos :

Julie Lévesque is a journalist and researcher with the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal. She was among the first independent journalists to visit Haiti in the wake of the January 2010 earthquake. In 2011, she was on board "The Spirit of Rachel Corrie", the only humanitarian vessel which penetrated Gaza territorial waters before being shot at by the Israeli Navy.

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca