La guerre totale contre la Libye et la montée du prix du brut

« Les guerres humanitaires sont bonnes pour les affaires »... Les spéculateurs applaudissent...

La guerre totale contre la Libye et la montée du prix du brut

 

PARTIE I

Insurrection et intervention militaire: Tentative de coup d’État des États-Unis et de l’OTAN en Libye? – par Michel Chossudovsky – 2011-03-10

PARTIE II 
 


L’« Opération Libye » et la bataille du pétrole : Redessiner la carte de l’Afrique
- par Michel Chossudovsky – 2011-03-22

L’intervention militaire menée par les États-Unis et l’OTAN contre la Libye comporte des implications géopolitiques et économiques d’une portée considérable.

PARTIE III
L’article original a été rédigé en anglais le 16 mars 2011.

La mise en place d’une zone d’exclusion aérienne est sur la planche à dessin du Pentagone. L’Arabie Saoudite et les États du Golfe, appuyés par la Ligue arabe et l’Organisation de l’unité africaine (OUA), ont étiqueté la Libye comme étant « un pays inamical ».

Le scénario envisagé par Washington est d’impliquer l’Arabie Saoudite et les États du Golfe dans des attaques aériennes contre la Libye.

On a également demandé à l’Arabie Saoudite de fournir des armes aux forces de l’opposition.

Des reportages confirment que des forces spéciales et des conseillers militaires de l’OTAN sont sur le terrain dans l’est de la Libye, auprès des rebelles.

Une intervention militaire menée par les États-Unis et l’OTAN contre la Libye comporte des implications géopolitiques et économiques considérables.

Détenant environ 3,5 % des réserves mondiales de pétrole, soit plus du double de celles des États-Unis, la Libye figure parmi les plus importantes économies pétrolières du monde.

Une guerre contre la Libye aurait des répercussions immédiates sur le prix du pétrole brut. Ce dernier a augmenté de 18 % depuis le début de l’insurrection en Libye.

Le prix du brut se situe à 104,42 dollars le baril sur le New York Mercantile Exchange pour la livraison d’avril, son plus haut niveau depuis le krach financier de septembre 2008. Depuis août 2010 le prix du brut est passé de 75,93 à 104,42 dollars le baril (mars 2011), une hausse substantielle de 37,5 % (Voir le tableau ci-dessous)

Pétrole brut – Prix mensuel – Prix des denrées

Mois

Valeur

Août-10

75.93

Sep-10

76.14

Oct-10

81.72

Nov-10

84.56

Déc-10

90.1

Jan-11

92.66

Mars 2011 Prix pour livraison en avril 104. 42

Source indexmundi.com. Crude Oil (petroleum) – Monthly Price – Commodity Prices

Une guerre contre la Libye ferait monter le prix du pétrole brut à des niveaux extrêmement élevés et pourrait déclancher une spirale inflationniste entraînant l’appauvrissement de larges segments de la population mondiale.

Une augmentation considérable du prix du pétrole sur une période prolongée serait dévastatrice sur le plan économique : les coûts de transport et de production augmenteraient de manière dramatique. La hausse des prix de l’essence et de l’énergie entraînerait une nouvelle série de faillites dans d’importants secteurs de l’activité économique. Cela contribuerait par ailleurs à une hausse impressionnante de la dette extérieure des pays en développement.

Ces hausses de prix, déjà en cours, se produiraient malgré le coût extraordinairement bas du pétrole du Moyen-Orient.

Cela signifie que de puissants spéculateurs institutionnels de Wall Street ayant des liens avec l’establishment de l’armée et du renseignement des États-Unis encaisseront des milliards de dollars en gains spéculatifs, non seulement sur le marché du pétrole, mais aussi sur les marchés des denrées et des devises.

Cet argent est tiré des ménages qui doivent maintenant payer le pétrole à un prix supérieur.

Une « guerre humanitaire » serait « bonne pour les affaires ». Elle sert les intérêts des spéculateurs institutionnels et contribue à faire avancer un processus d’appropriation de la richesse financière.

Les institutions financières qui étaient informés à l’avance des événements en Égypte et en Lybie ont déjà fait des milliards de dollars en gains spéculatifs sur les marchés des contrats à terme et des options pour le pétrole brut.

Ces institutions financières et bancaires mondiales, qui ont « fait leurs jeux » il y a plusieurs mois, ont « un intérêt particulier dans la guerre ». Plus le marché du pétrole brut est volatil, plus les gains spéculatifs sont élevés. Les gains spéculatifs à court terme dus à la volatilité des marchés font également partie de ce processus. Le fait d’être informé à l’avance de la succession d’événements politiques ou militaires et de la façon dont ceux-ci affectent les marchés, ainsi que le contrôle et la manipulation des nouvelles financières relativement à ces événements sont un élément essentiel du processus de gageure.

À cet égard, nous traitons du fonctionnement des bourses de marchandises mondiales, dont la plus importante est CME Group, créée à la suite de la fusion du Chicago Mercantile Exchange(CME), du Chicago Board of Trade (CBOT) et du New York Mercantile Exchange (NYMEX).

[Cliquer pour voir la déclaration du professeur Chossudovsky sur GRTV]

Rumeurs politiques et fausses informations

Répandre des rumeurs et de fausses informations se révèle aussi une entreprise profitable, particulièrement en ce qui a trait aux fluctuations à court terme des bourses de marchandises.

[...] Une rumeur voulant que le dirigeant libyen longtemps en poste, Mouammar Kadhafi, ait été abattu a fait plonger les bourses de marchandises, faisant ainsi baisser les contrats à terme du pétrole brut de plus de 2 %. D’autres rumeurs ont eu des effets immédiats tout aussi considérables, même sans que de réels changements aient eu lieu sur le plan de la production ou des réserves de pétrole. Ceux qui spéculent sur le pétrole en sont la cause, comme les fonds de couverture, lesquels achètent et vendent des marchandises, et engrangent des profits en misant sur les variations de prix à court terme.

Ces spéculateurs habituels font des gains sur des variations rapides en pariant sur des rumeurs et des phénomènes erratiques du marché. Ils achètent et revendent rapidement les marchandises qu’ils n’ont pas l’intention de détenir ou d’utiliser. Leur opportunisme frappe une fois encore les familles de la classe ouvrière à travers le pays en augmentant le fardeau des petites entreprises et des agriculteurs [...] (Rep. Joe Courtney: Market Speculators and the Real Cost of Oil, Huffington Post, 16 mars 2011)

Sanctions économiques

Des sanctions économiques ont été imposées à la Libye par les États-Unis, ravageant ainsi l’approvisionnement de l’Union européenne en pétrole libyen. Ces sanctions ciblent indirectement l’Union européenne : elles contribuent à l’affaiblissement de l’Italie et de la France, grandement dépendantes du pétrole de la Libye.

Le commerce du pétrole libyen a pratiquement été paralysé puisque les banques refusent d’approuver les paiements en dollars en raison des sanctions étasuniennes (Reuters, 8 février 2011) « Ce choix est venu à la suite d’une décision prise par les grandes pétrolières étasuniennes de mettre fin au commerce avec la Libye et rend l’achat de pétrole libyen par les firmes européennes presque impossible, de même que l’approvisionnement des raffineries dans des pays comme la France et l’Italie. »

[Wall Street et Washington] ont ordonné aux banques de geler les transactions financières : « Les banques ne veulent pas financer le système en Libye, donc pour le moment personne ne reçoit d’argent pour du pétrole. Il y a de gros problèmes de paiements », a déclaré un principal négociateur d’une compagnie pétrolière européenne.

« Ce n’est pas une question de choix, il y a un embargo sur les dollars étasuniens qui entrent et sortent de la Libye », a affirmé le négociateur d’une des entreprises en faisant référence à la résistance des banques d’approuver les paiements en dollars US.

« Toutes les transactions en dollars US sont bloquées », a déclaré le négociateur en ajoutant qu’il n’était pas clair à ce stade-ci s’il était possible d’effectuer des paiements dans d’autres devises et si une banque suisse ou européenne quelconque était prête à conclure des transactions. (Libyan oil trade paralysed, deals in dollars blocked | Energy & Oil | Reuters, 8 février 2011)

Les impacts économiques d’une opération militaire des États-Unis et de l’OTAN

Si cette opération militaire est mise en œuvre, les prix du pétrole vont monter en flèche et contribuer à exacerber davantage la crise économique et ses conséquences sociales dévastatrices, particulièrement dans l’Union européenne, laquelle dépend grandement du pétrole libyen.

Les hausses de prix du pétrole favorisent la pauvreté accrue, l’augmentation simultanée des prix mondiaux des aliments (lesquels font aussi l’objet d’activités spéculatives sur les bourses de marchandises) et plus généralement la hausse du coût de la vie dans le monde, c’est-à-dire de l’indice des prix à la consommation.

Blé – Prix mensuel – Prix des produits de base

Mois

Valeur

Août-10

246.25

Sep-10

271.69

Oct-10

270.29

Nov-10

274.37

Déc-10

306.99

Jan-11

326.54

USD par tonne

Maïs – Prix mensuel – Prix des produits de base

Mois

Valeur

Août-10

175.6

Sep-10

205.84

Oct-10

235.7

Nov-10

236.44

Déc-10

251.02

Jan-11

265.29

USD par tonne

Maïs U.S. No. 2 Yellow, FOB Gulf of Mexico, prix en USD par tonne
Blé, No.1 Hard Red Winter, ordinary protein, FOB Gulf of Mexico, prix en USD par tonne

Maïs – Prix mensuel – Prix des produits de base

Blé – Prix mensuel – Prix des produits de base

Source indexmundi.com.

Les hausses de prix du pétrole auront en revanche un impact significatif sur les coûts du transport, les marchandises internationales et les voyages aériens. Au plus fort d’une crise économique, cela minera davantage le commerce intérieur et extérieur.

Les intervenants économiques importants, incluant les politiciens et les spéculateurs, savent et comprennent tout cela. Les politiciens suivent les directives établies par Wall Street, qui, en grande partie, dicte la politique financière gouvernementale.

La réglementation du prix des produits alimentaires de première nécessité ou du prix de détail de l’essence est considérée comme un empiètement dans le fonctionnement du « marché libre ».

Nous sommes face à un système économique corrompu qui se nourrit de guerre et de destruction.

Le prix moyen de l’essence à la pompe aux États-Unis est de l’ordre de 3,80 dollars le gallon et excède les 4 dollars le gallon en Californie.

Les spéculateurs applaudissent! Les médias blâment simplement Kadhafi pour la hausse de prix… « Les ménages coupent dans les voyages, le cinéma et l’épicerie au Royaume-Uni, où les prix ont grimpé à 130,68 pence le litre (8,06 dollars le gallon) le 3 mars [...] Les prix ont établi des records dans les Pays-Bas et en Italie. (Record Gas Prices: $8 In Europe, $4 In California; Trichet Could Raise Interest Rates To Halt Inflation | Markets | Minyanville.com, 4 mars 2011)

Prix moyen de l’essence aux États-Unis (USD par gallon)

State's Graph

Source : 
 Daily Fuel Gauge Report–national, state and local average prices for gasoline, diesel and E-85. (American Automobile Association, AAA )

 States Map

 

Source : AAA

Article original en anglais : « All Out War on Libya, Surge in the Price of Crude Oil… “Humanitarian Wars are Good for Business”…. Speculators Applaud….», publié le 18 mars 2011.

Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre et de la Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial (best-seller international publié en 12 langues).    


Guerre et mondialisation

Articles Par : Prof Michel Chossudovsky

A propos :

Michel Chossudovsky is an award-winning author, Professor of Economics (emeritus) at the University of Ottawa, Founder and Director of the Centre for Research on Globalization (CRG), Montreal and Editor of the globalresearch.ca website. He is the author of The Globalization of Poverty and The New World Order (2003) and America’s “War on Terrorism”(2005). His most recent book is entitled Towards a World War III Scenario: The Dangers of Nuclear War (2011). He is also a contributor to the Encyclopaedia Britannica. His writings have been published in more than twenty languages. He can be reached at crgeditor@yahoo.com ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Michel Chossudovsky est directeur du Centre de recherche sur la mondialisation et professeur émérite de sciences économiques à l’Université d’Ottawa. Il est l’auteur de "Guerre et mondialisation, La vérité derrière le 11 septembre", "La Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial" (best-seller international publié en plus de 10 langues). Contact : crgeditor@yahoo.com

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca