La lutte pour l’eau à Gaza

La lutte pour l'eau à Gaza

Le camp de la plage “Al-Shate” est situé à l’ouest de Gaza ville. Des petites maisons sont entassées, dans une odeur insupportable qui émane de l’égout qui court à travers les ruelles. En tant que bénévoles du projet Youth for the Right of Water and Sanitation (YRWS) (Jeunes pour le droit à l’eau et à l’assainissement), nous allons régulièrement rendre visite aux familles du camp pour notre étude de cas sur les problèmes d’eau. Les habitants souffrent énormément de graves problèmes d’eau causés par l’occupation israélienne qui, depuis des années, vole et exploite toutes les ressources en eau pure : l’aquifère, le Jourdain, la vallée de Gaza et le lac de Tibériade. C’est ainsi que toutes les nappes phréatiques ont commencé à s’assécher et que le problème de l’eau saumâtre apparaît de plus en plus dans la plupart des maisons de Gaza.

La lutte pour l'eau à Gaza

Soif de justice
Nous avons rendu visite à Haider Saed Abu-Jazya, un charpentier de 51 ans et père de 14 enfants, dont la famille a une longue histoire de problèmes d’eau. “Nous souffrons de coupures et de la répartition inéquitable de l’eau depuis 10 ans. Nous n’en avons que deux jours par semaine, de minuit au matin. Avec le problème d’une ressource insuffisante, un autre problème est apparu, l’eau salée,” dit Haider, qui paraît plus vieux que son âge.

Le ton de la voix d’Haider nous dit qu’il est extrêmement préoccupé par la vie de sa famille. Il est vraisemblable qu’il va transmettre à ses enfants le malheur dont il a hérité de ses parents réfugiés. “Pouvez-vous boire un tasse de thé mélangée à trois cuillerées de sel ? Bien sûr que non,” souligne-t-il.

Il décrit les effets négatifs de l’eau salée et polluée sur sa famille. Pour y pallier, il est obligé d’acheter un bidon de 500l d’eau/par jour, qui lui coûte 15NIS (3€). Quelquefois, il emprunte à un ami ou à un voisin pour la payer, d’autres fois ses amis n’ont pas d’argent à lui offrir.

L’eau courante est utilisée pour la boisson mais aussi pour l’usage quotidien ordinaire. Haider a une grande famille, et ses revenus sont trop faibles pour couvrir les besoins les plus simples et les plus importants de la vie comme l’eau, qui doit être accessible à tous, en tant que droits de l’homme.

Une maison sans eau est aussi calme que le désert,” conclut-il.

Il lui est arrivé de manquer d’eau pendant deux semaines d’affilée, alors sa femme ne pouvait pas s’occuper des taches ménagères comme la cuisine, le lavage et la lessive. Ils ont dû jeter leurs vêtements sales, qu’ils ne pouvaient pas réutiliser.

Comment un être humain peut-il survivre dans des conditions pareilles ? Comment un être humain peut-il être infecté par les maladies de l’eau saumâtre ?

La mauvaise qualité de l’eau provoque des allergies et des boutons rouges apparaissent sur la peau de mes enfants,” soupire sa femme.

Que faire ?

Tous les habitants du quartier se sont rassemblés et sont allés à la mairie pour se plaindre de nos problèmes d’eau ; on a eu des promesses, jamais tenues,” dit-il.

Haider parle au nom de la nation palestinienne, espérant que sa voix sera entendue sur toute la planète.

A ceux qui liront cet article, imaginez quelle serait votre vie si vous ne pouviez pas avoir une goutte d’eau pure.

Toute la Palestine souffre d’un grave manque d’eau et l’eau de Gaza en particulier sera épuisée d’ici 2020.

Aussi longtemps que le monde se retranchera dans un silence absolu, Gaza continuera à se transformer en un terrain aride. Gaza a besoin de votre aide, n’hésitez pas à aider notre peuple.

Source : Mondoweiss

Traduction : MR pour ISM

Articles Par : Leila Al-Najar et Ishraq Othman

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca