La Nouvelle Zélande (re)veut ses Maoris

La Nouvelle Zélande (re)veut ses Maoris

La majorité des pays d’Amérique du Nord et d’Europe ne savent plus quoi faire pour refouler les migrants au-delà de leurs frontières sacrées. De Bush à Veltroni *. Depuis l’autre côté du monde, d’aucuns cherchent à récupérer leurs migrants. Peut-être est-ce parce que là bas, en Nouvelle Zélande, le monde a la tête en bas. Le gouvernement néo-zélandais de Madame Helen Clarck, premier ministre travailliste, a lancé une campagne pour faire revenir les Maoris, la population originaire de ses deux îles. Les Maoris représentent de 9 à 15% de sa population, constituée pour plus de 80% de descendants de colons anglais, écossais et irlandais.  Il semble qu’un sur 7 des Maoris qui ont survécu aux massacres, aux colons, aux missionnaires, et à la civilisation vivent aujourd’hui en Australie. Quinze pour cent du total, 125 mille personnes. Boat people, comme les africains vers l’Europe ou les Haïtiens vers les Etats-Unis, qui se sont enfuis vers la terre des Kangourous – à 2000 Kms de mer de distance- à la recherche de travail et de soleil. Mais surtout  pour fuir les problèmes sociaux et de racisme de la sympathique Nouvelle Zélande. Sympathique surtout  quand on la voit de loin et avec les maillots des mythiques All Blacks, grands favoris du mondial de rugby en France, qui –c’est vrai- ont bâti leur mythe sur la force originaire (et la rage contenue) des Maoris ; pas seulement noirs par la couleur de leur maillot, puisque l’Afrique du Sud, jusqu’à Mandela, ne pouvait pas les rencontrer pour éviter de  toucher des peaux non rigoureusement blanches.

Maintenant que les affaires marchent bien pour la Nouvelle Zélande, le ministre des affaires maories souhaite qu’ils reviennent parce que d’excellentes opportunités en « education and business » sont prêtes pour eux. Once we were warriors est un superbe film de Lee Tamahori, 1994, sur les Maoris et sur la façon dont la civilisation blanche – toujours très fidèle : troupes néo-zélandaises dans la guerre des Boers, dans les premiers et deuxième guerre mondiales, en Corée et au Vietnam, en Irak et Afghanistan- les a réduits. Autrefois guerriers, puis, esclaves, ils s’étaient enfuis en Australie, autre colonie fameuse pour sa libéralité avec les aborigènes. Maintenant que ça va mieux, ils peuvent rentrer chez eux. Il reste quelques miettes.

 

Edition de mardi 2 octobre 2007 de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/02-Ottobre-2007/art5.html


Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


* maire de Rome, démocrate de gauche, et partisan, récemment, de l’Ordonnance anti-laveurs de vitres immigrés dans les rues de la ville, Ndt

Articles Par : Maurizio Matteuzzi

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca