La privation du sommeil n’est pas une forme de torture affirme le procureur général australien

La privation du sommeil n’est pas une forme de torture affirme le procureur général australien

L’assaut sur les droits démocratiques fondamentaux par le gouvernement australien de John Howard a franchi une étape lourde de sens alors que le procureur général Philip Ruddock a déclaré sur l’Australian Broadcasting Corporation qu’il ne considérait pas « la privation du sommeil comme de la torture ». Dans l’émission The Insiders du réseau de télévision ABC, Ruddock a déclaré que la privation du sommeil n’était qu’une mesure « coercitive » et qu’il n’avait jamais entendu qu’elle constituait de la torture.

Ruddock a fait cette déclaration après une série de discussion au plus échelons à Washington avec le secrétaire américain de la Justice Alberto Gonzales sur la récente Loi sur les commissions militaire et le prochain procès militaire de David Hicks, un citoyen australien incarcéré à Guantanamo depuis janvier 2002. Elle constitue une attaque non équivoque sur l’article 3 des Conventions de Genève qui définie « les atteintes à la dignité des personnes, notamment les traitements humiliants et dégradants » de prisonniers de guerre comme étant de la torture et un crime de guerre.

Nonobstant la déclaration sans fondement de Ruddock, la privation de sommeil est une des formes les plus cruelles de torture est est considérée comme telle par la Croix rouge, Amnistie Internationale et tous les organismes internationaux de droits de l’homme et légaux, y compris la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, de laquelle l’Australie est un signataire.

En 1997, le comité des Nations unies contre la torture a catégoriquement établi que la privation prolongée du sommeil constituait de la torture. De plus, des rapports officiels du département d’Etat américain (les Country Reports on Human Rights, 2000-2002) ont dénoncé plusieurs pays, y compris la Birmanie, l’Egypte, l’Erythrée, l’Iran, l’Irak, la Jordanie, Israël, le Pakistan, l’Arabie saoudite et la Turquie, pour avoir fait usage de cette technique et l’ont décrit textuellement comme de la torture.

La privation du sommeil diminue la capacité des globules rouges à transporter l’oxygène au cerveau, ce qui entraîne des pertes de mémoire, la léthargie, des douleurs intenses et des effets psychologiques à long terme. Les victimes de cette technique deviennent délirantes et connaissent des hallucinations et d’autres effets psychotiques. Des experts médicaux ont aussi signalé que la privation du sommeil peut causer des dommages au cerveau et induire le diabète et d’autres conditions débilitantes.

John Schlapobersky, qui a été torturé sous l’apartheid de l’Afrique du Sud durant les années 1960 et qui est maintenant psychothérapeute consultant pour la Fondation médicale pour les victimes de la torture a dit à la BBC en 2004 que « Faire un programme dans lequel les individus sont privés de sommeil est comme les traiter avec un médicament qui les rend psychotique… Cela est l’équivalent des combats d’ours et de chiens, et cela fut interdit il y a des siècles.

« On m’a empêché de dormir pour une semaine au total. Je peux me rappeler des détails de l’expérience, même si elle a eu lieu il y a 35 ans. Après deux nuits sans sommeil, les hallucinations ont commencé, et après trois nuits, vous avez des rêves tout en étant réveillé, ce qui est une forme de psychose.

« Après une semaine, vous perdez votre sens de l’orientation dans l’espace et le temps — vous croyez que ceux à qui vous parlez sont dans le passé ; une fenêtre peut devenir une vision de la mer que vous avez vue dans votre jeunesse. Priver une personne de sommeil est jouer avec son équilibre et sa santé mentale. »

Le récent livre du professeur d’histoire américain Dr Alfred McCoy, A Question of Torture: CIA Interrogation, from the Cold War to the War on Terror [Une question de torture : interrogatoires de la CIA, de la guerre froide à la guerre au terrorisme] offre une analyse détaillée sur les recherches financées à coup de millions par Washington dans la période de l’après-guerre qui visaient à raffiner les techniques de tortures, y compris la privation du sommeil.

La CIA a inscrit ses méthodes dans le manuel d’entraînement KUBARK en 1963 et l’a utilisé pour entraîner des centaines d’agents de police et des services du renseignement d’Amérique du Sud et d’autres pays durant les années 60 et 70.

Le manuel explique que le but des interrogateurs est d’instiller à ses victimes un sentiment de « débilité, de dépendance et de terreur ». Cela est accompli au moyen de « dérangement homéostatique, de fatigue, de douleur, de privation du sommeil ou d’anxiété », qui engendre « une régression de la personnalité » du prisonnier et « un genre de choc ou de paralysie psychologique » requis pour « dissoudre la résistance ».

Opposition des organisations pour les droits de l’homme

Amnistie internationale, le Conseil pour les libertés civiles du New South Wales et d’anciens prisonniers de guerre ont immédiatement condamné la déclaration de Ruddock.

Cyril Gilbert, maintenant 86 ans, a été prisonnier de guerre en Thaïlande durant la Deuxième Guerre mondiale et victime de privation de sommeil par l’armée japonaise. En colère, il a dénoncé Ruddock dans le Daily Telegraph de Sydney.

« On ne sait pas si on arrive ou si on part [sous cette torture] », a-t-il affirmé, expliquant que c’était l’une des pires techniques employées par l’armée japonaise.

« J’ai été chanceux de n’avoir été maintenu réveillé que durant quelques jours à la fois. D’autres étaient gardés réveillés beaucoup plus longtemps que ça », a expliqué Gilbert. « Il [Ruddock] n’a jamais rien vécu, n’est-ce pas ? »

David Bernie, vice-président du Conseil pour les libertés civiles du New South Wales, était plutôt abasourdi lorsqu’il a déclaré au World Socialist Web Site que les affirmations de Ruddock étaient « incroyables, et particulièrement venant du procureur général d’une nation qui est supposée être démocratique ».

« Ruddock semble dire que c’est correct si vous ne laissez aucune trace physique sur les prisonniers, mais la privation de sommeil, utilisée conjointement avec des techniques de privation sensorielle, peut rendre des gens complètement dysfonctionnels. Il est révoltant d’affirmer que cela n’est pas de la torture et cela montre à quel point les valeurs démocratiques fondamentales sont sacrifiées dans cette soi-disant guerre au terrorisme.

« C’est ce que souhaite entendre n’importe quel dictateur dans le monde et c’est un feu vert donné à tout gouvernement pour accuser quelqu’un de terrorisme, ou d’appui à des terroristes, et ensuite le torturer, affirmant la nécessité de découvrir de futurs actes potentiels de violence », a-t-il poursuivi.

« L’Australie est signataire de la Convention contre la torture. Est-ce que Ruddock insinue que l’Australie devrait se retirer de cette convention ? »

Comme l’a fait remarquer Bernie, bien que le Conseil pour les libertés civiles du NSW continue de condamner publiquement la déclaration de Ruddock, aucune opposition n’est venue du leadership du Parti travailliste australien.

C’est une véritable accusation contre l’opposition fédérale, a-t-il affirmé, qu’ils ne veuillent rien dire à ce propos. À moins que ces questions ne soient abordées au parlement, rien de plus ne sera dit.

« L’année dernière, il y avait la position extraordinaire de Beazley [chef du Parti travailliste] sur le projet de loi anti-terrorisme du gouvernement, où il avait déclaré au caucus qu’il appuyait la loi même s’il n’avait pas vu ses dispositions. Sur ces questions, une décision a sûrement été prise dans le Parti travailliste de ne pas s’opposer au gouvernement Howard. C’est une situation très dangereuse. »

Cette observation est importante. Les déclarations de Ruddock ont provoqué peu de réactions de la part des partis d’opposition parlementaire — les travaillistes, les verts ou les démocrates — qui ont tous accueilli pleinement la « guerre au terrorisme » de l’administration Bush et qui se sont accommodés de l’assaut du gouvernement Howard sur les droits fondamentaux.

C’est sans surprise que Beazley n’a pas même pris la peine de faire une déclaration à la presse, laissant au procureur général du cabinet fantôme, Nicola Roxon, le soin de faire quelques remarques superficielles. Roxon a présenté un appel mitigé à Ruddock afin d’assurer les Australiens que le gouvernement « demeure opposé à toutes les formes de traitements cruels et dégradants ».

Le site Web du dirigeant du Parti vert, Bob Browns, affichait une déclaration de trois phrases s’opposant à la prétention du procureur général et condamnant Ruddock de « jeter par-dessus bord des valeurs australiennes de longue date ».

Aucun de ces partis n’a demandé que Ruddock soit congédié pour sa répudiation des Conventions de Genève ou que lui est ses collègues ministres du gouvernement soient mis en accusation pour crime de guerre en raison de leur appui donné à Washington et de l’emprisonnement illégal et la torture de David Hicks et de Mamdouh Habib, maintenant libéré.  

Fer de lance de l’attaque sur droits démocratiques

La prétention de Ruddock que la privation du sommeil n’est pas de la torture est conforme à son histoire politique. Comme ministre de l’Immigration sous le gouvernement de Howard de 1996 à 2003, il s’est fait connaître pour enlever leurs droits les plus fondamentaux aux demandeurs d’asile, les décrivant comme étant des « fraudeurs » et des terroristes potentiels.

Durant ce temps, le gouvernement Howard utilisait des navires de guerre pour repousser au large des bateaux de réfugié en détresse.  Des milliers de demandeurs d’asile — hommes femmes et enfants — ont été traités comme des criminels et incarcérés dans des camps de concentration faisant office de prison dans des régions désertiques de l’Australie ou déplacés vers Nauru ou ailleurs dans les îles du Pacifique Sud pour y être emprisonné. Nommé procureur général en 2003, Ruddock a mené l’attaque du gouvernement Howard contre des principes légaux et droits fondamentaux en existence depuis longtemps.  Son attitude à l’égard de la privation du sommeil soulève la question de savoir quelles pratiques cruelles et illégales il a déjà sanctionnées et ce qu’il planifie pour le futur.

Alors que Hickes et Habid étaient soumis à diverses formes de torture à Guantanamo et ailleurs, le gouvernement Howard louangeait Washington pour son traitement de deux Australiens et clamait publiquement qu’ils étaient en bonne santé et bien traités.

Les prétentions de Ruddock à propos de la privation du sommeil ont été largement rapportées dans la presse, mais un autre commentaire encore plus sérieux et terrifiant du procureur général a été virtuellement ignoré.

Ruddock a dit à ABC qu’il était préoccupé par la nouvelle loi de Washington, qui remet sur les rails les tribunaux militaires et donne au président Bush le pouvoir exclusif d’interpréter les Conventions de Genève et de désigner virtuellement n’importe qui comme combattant ennemi illégal, l’incarcérer pour ensuite suspendre ses droits fondamentaux, incluant l’habeas corpus. Selon le procureur général, cependant, la nouvelle loi est trop restrictive et « pourrait bien limiter la capacité des services du renseignement dans le futur ».

En d’autres termes, la nouvelle loi répressive américaine ne va pas assez loin. Est-ce que Ruddock aimerait voir lever toute interdiction sur la torture ?

(Article original paru le 9 octobre 2006)

Articles Par : Richard Phillips

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca