La victoire électorale provisoire des Frères Musulmans en Egypte

Mohamed Morsi*, candidat du Parti de la Justice et de la Liberté – émanation des Frères Musulmans – a remporté la présidentielle égyptienne du 24 juin dernier, au grand dam des pays occidentaux, des Israéliens et d’une poignée de blogeurs du « Printemps arabe » qui n’ont pas dit leur dernier mot.

En Egypte, où la confrérie a été fondée en 1928 par Hassan al-Banna, c’est la première fois qu’un civil est élu… qui plus est : démocratiquement. Mais, pour combien de temps ? Le Conseil suprême des forces armées (CSFA) dicte toujours sa loi. Il a dissout le parlement et décrété que l’élection de Morsi était provisoire. Un nouveau scrutin devrait se tenir après l’adoption de la nouvelle constitution. Pour élire Ahmad Chafiq, ancien Premier ministre de Hosni Moubarak ?

Depuis le renversement du roi Farouk en 1952, le pouvoir est confisqué par les militaires (général Neguib, colonel Nasser, lieutenant-colonel Sadate, commandant Moubarak). Les Frères Musulmans qui ont soutenu le coup d’Etat des Officiers libres ont très rapidement été éliminés du champ politique par le colonel Nasser qui leur reprochait, entre autre, leurs relations avec le général Neguib, premier Président de la République. Ils ont été ensuite pourchassés pour avoir tenté d’assassiner Nasser. Plusieurs de leurs dirigeants se sont exilés, d’autres ont été pendus, notamment Sayyed Qotb en août 1966, un des idéologues de la confrérie considéré comme le père du salafisme moderne.

Certains détracteurs des Frères Musulmans sont mal placés pour accuser la confrérie de faire le jeu de la CIA, ayant eux-mêmes servi les intérêts des Etats-Unis pendant plusieurs décennies et continuant à le faire. Au Caire, la partie est loin d’être terminée. Un nouveau round s’annonce.

* Mohamed Morsi, 60 ans, fils d’un paysan pauvre du delta du Nil, a fait de brillantes études au Caire et aux Etats-Unis où il a travaillé un temps pour la Nasa. Elu député en 2000 et 2005, il a été emprisonné pendant 7 mois pour avoir soutenu le mouvement réformiste. Outre son rôle à la direction des Frères Musulmans, il a milité au sein du Comité de résistance au sionisme.

Articles Par : Gilles Munier

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca