L’Amérique « démocratique » a surpassé l’Allemagne fasciste

Région :
Aigle américain

Cet article publié récemment par le journal ukrainien « Rabotché–Krestyyanskaya Pravda (n° 8-2012) a été traduit et diffusé par le mensuel « Nouvelles d’URSS » * (N° 118 Novembre-décembre 2012)

*(pour commandes et abonnements écrire à ASSAMUNSOV – 30 rue des Trois Frères 75018 Paris)

La comparaison Etats-Unis/Allemagne nazie pourra a priori choquer certains mais le lecteur occidental a souvent tendance à considérer que son pays a été libéré par les seules armées alliées, l’armée des Etats-Unis en tête alors que le fardeau de la guerre contre le nazisme a été très largement porté par l’URSS (25 millions de morts, un pays dévasté dans toute sa partie occidentale) ce qu’aucun habitant de l’ex-URSS ne peut oublier et que la liquidation définitive du régime nazi à Berlin a été l’œuvre de la seule Armée Rouge.

N’oublions pas non plus qu’avant de défaire le III° Reich dans la grande guerre patriotique l’URSS avait, dés 1939, infligé une défaite cuisante au régime fasciste japonais (voir à ce sujet l’ouvrage de l’historien étasunien Alvin D. CooX : NOMONHAN – Japan against Russia 1939) et s’était ainsi débarrassé du second des signataires du pacte anti-Kominterm destiné comme le rappelle indirectement l’auteur à l’attaquer sur deux fronts : à l’Ouest et à l’Est.

L’article souligne à juste titre que l’Allemagne nazie a été laissée libre de ses premières actions guerrières par ses voisins français et britanniques et que pour les gouvernements occidentaux elle ne constituait pas un adversaire pouvant être rangée selon l’expression de l’auteur comme un « régime socio-économique différent ». Le Grand Capital étasunien : Ford, Esso, IBM, Coca-Cola … était présent en Allemagne avant 1933 et y est demeuré sans être dérangé par le pouvoir nazi. Pour ce qui concerne la France les deux ouvrages d’Annie Lacroix-Riz (Le choix de la défaite – De Munich à Vichy) ont apporté la démonstration sans appel des sympathies et affinités de la bourgeoisie française pour le régime hitlérien.

Enfin même s’ils ne sont pas invités dans les grands médias il existe aux Etats-Unis même des intellectuels comme, parmi d’autres William Blum et Michael Parenti* qui dénoncent le caractère fasciste et impérialiste du régime en place mais sont peu ou pas traduits en France.

*Les lecteurs anglophones apprécieront son dernier article sur le prix Nobel de la paix attribué à l’Union Européenne

L’AMERIQUE «DEMOCRATIQUE» A SURPASSÉ L’ALLEMAGNE FASCISTE

La situation du monde est actuellement bien plus mauvaise qu’elle ne l’était en 1938-1939. Seule la Russie peut arrêter la guerre et le 22 juin, nous nous souvenons de la tragédie. Nous pleurons les disparus. Nous sommes fiers de ceux qui ont reçu le choc et qui y ont répondu, tout comme de celui, le peuple, qui, ayant reçu le choc terrible, a rassemblé toutes ses forces et a écrasé ceux qui le lui avaient porté. Mais tout cela est tourné vers le passé. Et la société a depuis longtemps déjà oublié la thèse qui, pendant 50 ans, a protégé la paix de la guerre: «L’année 41 ne doit plus se répéter». Outre qu’elle a empêché, cette thèse, qu’il ne se répète, elle a empêché sa réalisation pratique.

Il arrive que même les gens et les hommes politiques (ne parlons pas de ceux qui pensent être à présent devenus des ressortissants d’un autre pays) pleinement orientés dans l’optique soviétique, prennent parfois des positions sceptiques à propos de la surcharge de l’économie de l’U.R.S.S. par les dépenses militaires et ironisent quant à la «doctrine d’Oustinov»: « l’U.R.S.S. doit être prête à mener la guerre simultanément contre deux adversaires quelconques» (on avait en vue les Etats-Unis d’Amérique et la Chine) et ils assurent que c’est précisément pour avoir suivi cette doctrine que l’économie de l’U.R.S.S. a été ruinée.

Ruinée ou pas, c’est là une question, car jusqu’en 1991, la production croissait dans l’écrasante majorité des industries-clés. Mais voilà, malgré cela, les rayons des magasins étaient vides tandis qu’ils se sont instantanément, comme par miracle, regarnis de produits en quelques deux semaines, après qu’il ait seulement été décidé d’en augmenter arbitrairement les prix. Mais voilà déjà une autre question et qui se pose à d’autres personnes. Oustinov a effectivement fait prévaloir cette approche, mais ce n’est pas lui qui l’a formulée: en politique mondiale, le statut de grande puissance suppose depuis longtemps la capacité de mener une guerre simultanément contre deux adversaires quelconques. Et Oustinov le savait, c’est pourquoi il l’a fait prévaloir; parce que le 9 juin 1941, lorsqu’il a dû occuper le poste de commissaire du peuple à l’Armement de l’U.R.S.S., il a alors su ce qu’’il en coûtait d’équiper une armée déjà obligée de faire la guerre en étant sous-équipée. Et il est resté à ce poste, malgré tous les changements de noms de la fonction, jusqu’à ce qu’il devienne ministre de la Défense en 1976.

Ensuite, fin des années quatre-vingt, il a été annoncé que l’armement de l’U.R.S.S. n’était plus nécessaire et qu’à présent, la guerre froide terminée, plus personne ne nous menaçait. La guerre froide a eu ce très important mérite: c’est qu’elle n’était pas «chaude». Mais à peine avait-elle pris fin que, dans le monde, et à présent en Europe, la guerre «chaude» commençait.

Il est vrai que personne pour le moment n’a attaqué la Russie: personne à titre personnel et directement. Mais premièrement, de «menus objets militaires» lui sont déjà plus d’une fois tombés dessus, sur instruction et avec l’appui de grands pays. Secondement, les grands pays ne l’ont pas attaquée principalement parce que la Russie détenait encore les armes créées en U.R.S.S. et que, malgré la démoralisation de l’armée, de l’Etat et de l’économie, cet armement aurait largement suffit pour anéantir plus d’une fois n’importe lequel d’entre eux, pris séparément ou tous ensemble. Mais après la création du système américain de défense antimissile, cette situation n’existe déjà plus.

En plus de cela, l’actuelle situation n’est guère beaucoup meilleure dans le monde, et pour être plus précis n’est en rien meilleure, que celle qui prévalait tant avant 1914 qu’avant 1939-1941. Le discours qui consiste à dire que si l’U.R.S.S. (la Russie) cessait de s’opposer à l’Occident, si elle démantelait et renonçait à son régime socio-­économique, alors la menace de guerre mondiale disparaitrait et tout le monde commencerait à vivre en paix et dans l’amitié, ce discours ne peut pas même être considéré comme une simple arriération mentale. C’est un pur mensonge orienté sur 1a capitulation morale de l’U.R.S.S., en particulier parce que la majorité des guerres de l’histoire ont été des guerres non pas entre pays à régimes socio-économiques différents, mais entre pays à régimes similaires. En 1914, l’Angleterre et la France différaient peu de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, tandis que la Russie monarchiste a guerroyé aux côtés, non pas des dernières monarchies, mais des démocraties britannique et française.

Et la Seconde guerre mondiale a commencé non pas par la guerre de pays capitalistes contre l’U.R.S.S., pays socialiste, mais par des conflits et des guerres entre pays capitalistes. Tandis que ce qui en est devenu le prétexte direct, ce fut la guerre entre deux pays non seulement capitalistes, mais fascistes: l’Allemagne et la Pologne. Penser aujourd’hui que la guerre entre les Etats-Unis et 1a Russie ne peut avoir lieu parce qu’ils sont tous les deux, disons-le avec circonspection, capitalistes, c’est être tout simplement prisonnier de ses propres aberrations d’entendement. En 1939, Hitler était en conflits d’intérêts autant avec l’U.R.S.S. qu’avec des pays qui lui étaient socialement similaires et ces conflits d’intérêts n’étaient pas moindres que ceux qui aujourd’hui agitent déjà les Etats-Unis.

Hitler a introduit alors ses troupes dans la zone démilitarisée de Rhénanie qui, il est vrai, se trouvait sur le territoire même de l’Allemagne. Puis il a procédé à l’Anschluss de l’Autriche, formellement par voie pacifique, sur 1a base de la volonté exprimée de l’Autriche elle-même. Ensuite, il a annexé, avec l’accord des puissances occidentales, la région des Sudètes en Tchécoslovaquie, pour finalement s’emparer de toute la Tchécoslovaquie elle-même. Enfin, il a participé à la guerre civile en Espagne du côté de Franco. En tout, quatre conflits dont un armé, proprement parlant. Et tout le monde l’a reconnu comme agresseur et a dit que la guerre était à nos portes.

Les Etats-Unis et l’OTAN aujourd’hui

1. Ils ont par deux fois agressé la Yougoslavie, l’ont dépecée en plusieurs morceaux, en ont arraché une partie du territoire et l’ont anéantie en tant qu’État unique.

2. Ils ont envahi l’Irak, jeté bas son pouvoir national et occupé le pays, y installant un régime de marionnettes.

3. Ils ont fait la même chose en Afghanistan.

4. Ils ont préparé, organisé et déclenché la guerre du régime de Saakhachvili contre la Russie et l’ont pris sous leur protection après sa défaite militaire.

5. Ils ont fomenté l’agression contre la Libye, l’ont soumise à leurs bombardements barbares, jeté bas son pouvoir national, tué le dirigeant du pays et installé au pouvoir un régime généralement barbare.

6. Ils ont provoqué la guerre civile en Syrie, y participent pratiquement du côté de leurs satellites et préparent l’agression armée contre ce pays.

7. Ils menacent de guerre l’Iran souverain.

8. Ils ont renversé les gouvernements nationaux en Tunisie et en Égypte.

9. Ils ont renversé le gouvernement national de la Géorgie, ils ont installé un régime dictatorial de marionnettes et ont en fait occupé le pays. Jusqu’à le priver de son droit de faire usage de la langue maternelle, le géorgien: à présent: la principale obligation en Géorgie pour entrer dans un service public ou obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur est de maîtriser couramment la langue des Etats-Unis d’Amérique.

10. Ils ont partiellement réalisé la même chose ou ont tenté de la réaliser en Serbie et en Ukraine.

Au total: 13 actes d’agression (1) dont 6 ont été des ingérences militaires directes. Contre 4 pour Hitler en 1939 dont une armée. Les mots sont différents, mais les actes sont analogues. Certes, les Etats-Unis d’Amérique peuvent dire qu’en Afghanistan, ils ont agi en état de légitime défense (2) mais Hitler pouvait lui aussi dire qu’en Rhénanie, il agissait en défendant la souveraineté de l’A1lemagne. Comme s’il était absurde de comparer les Etats-Unis démocratiques à l’Allemagne fasciste, pourtant, il n’en serait pas moins pénible aux Libyens, Irakiens, Serbes et Syriens tués par les américains. Par l’envergure et le nombre de leurs actes d’agression les Etats-Unis ont depuis longtemps et de beaucoup surpassé l’Allemagne hitlérienne de l’époque d’avant-guerre. Seulement, si paradoxal que cela puisse paraître, Hitler était bien plus honnête: il envoyait ses propres soldats se faire tuer au combat, lesquels sacrifiaient leurs vies pour lui. Quant aux Etats-Unis, ils envoient pour l’essentiel leurs mercenaires, tandis qu’eux-mêmes portent leurs coups en traître peut-on dire, tuant l’adversaire du haut de leurs avions à l’abri de tout danger.

Du fait de leur offensive géopolitique, les Etats-Unis d’Amérique ont perpétré trois fois plus d’actes d’agression et provoqué six fois plus d’agressions militaires qu’Hitler dans la période d’avant-guerre. Et il ne s’agit pas, dans le cas donné, de déterminer lequel des deux était le plus mauvais (encore que Hitler aurait peu s’en faut plutôt l’air d’un politicien modéré au regard des guerres ininterrompues des États-Unis d’Amérique durant ces dernières années), mais de dire que la situation du monde est plus mauvaise qu’elle ne l’était en 1938-1939. Ce pays dominant et aspirant à l’hégémonie a perpétré plus d’agressions que cet autre pays analogue au seuil de 1939. Les actes d’agression commis par Hitler ont été relativement localisés et n’ont concerné pour l’essentiel que des territoires contigus. Les actes d’agression des Etats-Unis d’Amérique sont répartis dans le monde entier.

Dans les années trente, il existait dans le monde et en Europe des centres de force sensiblement égaux par leurs dimensions et qui, les circonstances le rendant possible, auraient pu prévenir l’agression et empêcher Hitler de la commettre. Aujourd’hui, il n’y a qu’un seul centre de force aspirant à l’hégémonie qui l’emporte de plusieurs fois par son potentiel militaire sur presque tous les autres protagonistes restants dans la vie politique mondiale.

Le danger d’une nouvelle guerre mondiale est aujourd’hui plus grand qu’il ne l’était dans la seconde moitié des années trente. L’unique facteur qui la rend pour le moment irréalisable, ce sont les possibilités dissuasives de la Russie. Non point des autres puissances nucléaires (leur potentiel est insuffisant pour cela), mais bien de la Russie, Mais ce facteur va disparaître dans quelques années lorsqu’aura été créé le système américains de défense antimissile.

Peut-être la guerre est elle inévitable.

Peut-être n’aura-t-elle pas lieu. Mais elle n’aura pas lieu que dans le cas où la Russie y sera prête. L’ensemble de la situation se présente de manière beaucoup trop identique à celle du début du XXe s et des années trente. Le nombre de conflits militaires impliquant des pays dominants du monde est en progression. Le monde va vers la guerre.

La Russie n’a pas d’autre issue que de s’y préparer. Aiguiller l’économie sur la voie de la production militaire. Chercher des alliés. Rééquiper l’armée. Anéantir les réseaux d’agents et la cinquième colonne de l’adversaire. Le 22 juin 1941 ne doit effectivement pas se répéter.

Serguéï Tcernyakovski

 

note Comaguer :

(1) en 21 ans, de 1991 à 2012 soit plus d’une tous les deux ans

(2) ils peuvent le dire et ils n’ont cessé de le dire mais c’est admettre sans débat et sans preuves que l’Afghanistan – le pays, pas ben Laden – était l’auteur des attentats du 11 Septembre


Articles Par : Serguéï Tcernyakovski

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca