Le candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle soutient l’assaut de la police à Toulouse

Lors d’une interview sur Europe 1 mercredi, François Hollande, candidat du Parti socialiste à la présidentielle a refusé de faire la moindre critique politique de la manière dont le président Nicolas Sarkozy a traité les fusillades du tueur présumé, Mohammed Merah à Toulouse et à Montauban.

Les fusillades se sont déroulées sur neuf jours, entre le 11 et le 19 mars et ont provoqué la mort de sept personnes, dont trois écoliers juifs.

Hollande s’est trouvé forcé de faire quelques critiques de pure forme de divers aspects de l’enquête policière, du fait que des représentants haut placés des service du renseignement ont soulevé de sérieuses questions et fait des déclarations alléguant que Merah était un indic du renseignement français.

De très graves manquements à la sécurité, rappelant ceux du 11 septembre, ont été autorisés par les personnes de confiance nommées par Sarkozy, ainsi que par les organisations policières. Malgré les fréquentes relations de Merah avec la police, il a pu poursuivre son carnage présumé, pendant neuf jours, apparemment sans avoir été détecté. (Voir “Reports indicate Toulouse gunman was French intelligence asset“) On peut se poser certaines questions:

  • Pourquoi a-t-il fallu tant de temps pour identifier et attraper le tueur?

  • Pourquoi la police a-t-elle tué Merah durant l’assaut de son appartement jeudi dernier?

  • Que signifie la longue relation de Merah avec le chef du renseignement de la police, Bernard Squarcini?

Hollande a reconnu qu’il aurait été préférable de capturer Merah vivant et d’obtenir de lui des informations.

Néanmoins lorsque le journaliste Jean-Pierre Elkabbach a interrogé Hollande sur l’hommage public qu’il a rendu à l’unité de police qui a tué Merah, Hollande a persisté et signé: « La police a fait son travail. Je salue leur travail….les forces de la police ont fait remarquablement leur travail. »

Lorsque Elkabbach a demandé si Hollande avait un commentaire à faire sur la direction politique qui avait supervisé les opérations de police, Hollande a répondu avec indignation: «Franchement, vous pensez que je vais rentrer dans ce débat aujourd’hui, alors que l’enquête est en cours, sur le jugement que je vais porter sur [le ministre de l'intérieur] M. Guéant? …J’ai la responsabilité de faire en sorte que la France soit protégée.»

Guéant a supervisé de près les opérations, en étroit contact avec Sarkozy, et est donc directement responsable de la décision de donner l’assaut à l’appartement de Merah et de le tuer. Des experts ont suggéré que ce n’était pas nécessaire et qu’il aurait pu être capturé vivant.

Hollande a persisté à couvrir Sarkozy et ses hommes de main de la police. Interrogé pour savoir s’il pensait que la police avait commis des erreurs dans la conduite de l’affaire, il a dit qu’il allait « demander toute la clarté et toute la transparence… après les élections. » Il a ajouté, « Je ne suis pas pressé. »

Elkabbach a rappelé à Hollande qu’il avait précédemment promis de destituer les chefs de police nommés par Sarkozy et a demandé si, en prenant le pouvoir, il destituerait le directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard. Hollande a répondu: « Il n’y a pas de raison, de le renvoyer du jour au lendemain. »

Concernant Bernard Squarcini qui est accusé d’avoir obtenu illégalement les factures détaillées de téléphone (fadettes) des journalistes enquêtant sur le financement illicite de la campagne électorale de Sarkozy en 2007, il a dit: «On regardera ce qu’a été le fonctionnement de son service. »

Sans émettre de critique quant à l’augmentation énorme des pouvoirs de la police, visant à espionner la population et à criminaliser l’opposition, il a affirmé: «Je ne veux pas juger ceux qui ont mené l’opération…ce qui compte , c’est de pouvoir rendre plus efficace encore notre service de surveillance et de renseignement.»

Avec ses éloges flatteurs des policiers et espions de Sarkozy, Hollande donne le feu vert à Sarkozy pour qu’il exploite les fusillades et s’empare ainsi de l’agenda politique de la période précédant les élections. Celles-ci vont se tenir dans un climat d’hystérie sécuritaire qui profitera à Sarkozy. La décision de Hollande de ne pas remettre en question ce qui est, dans les faits, un coup politique de Sarkozy est d’autant plus remarquable que les conséquences des fusillades de Toulouse minent la position de Hollande aux élections.

Ceci se reflète déjà dans les sondages d’opinion: les intentions de vote pour le second tour en décembre dernier donnaient Hollande vainqueur avec 60 pour cent des voix contre 40 pour Sarkozy. Hier, Le Monde rapportait que cette avance était tombée à 53,5 pour cent pour Hollande contre 46,5 pour cent pour Sarkozy, bien que, étrangement, le quotidien déclare que les fusillades n’ont aucun impact sur l’élection. Hier un sondage donnait Sarkozy en tête au premier tour avec 28 pour cent et Hollande à la traîne à 26,5 pour cent.

Plutôt que de chercher à défier l’offensive sécuritaire de Sarkozy, Hollande a essayé de souligner combien le PS a lui aussi donné des pouvoirs très grands à la police. Il a rappelé aux auditeurs qu’une loi votée en 2001, sous le gouvernement de Gauche plurielle du premier ministre Lionel Jospin du PS, donnant à l’Etat le droit d’espionner les internautes, aurait été un outil clé ayant permis la localisation de Merah.

Hollande et la « gauche » de l’establishment politique français sont vraiment complices des mesures sécuritaires antidémocratiques promues par Sarkozy, ainsi que de ses coupes sociales anti-ouvrières. Sarkozy et le PS comptent tous deux sur la rhétorique sécuritaire et les pouvoirs répressifs de la police pour réprimer l’opposition populaire au programme politique impopulaire de coupes sociales et de guerre que partagent la « gauche » social-démocrate et la droite conservatrice d’Europe. C’est ce qui sous-tend la capitulation lâche de Hollande devant Sarkozy et ses hommes de main.

Article original, WSWS, publié le 29 mars 2012

Articles Par : Antoine Lerougetel

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca