Le candidat Obama : Une alternative moins risquée

Région :
Analyses:
Le candidat Obama : Une alternative moins risquée

Si le Conseil de sécurité continuent de manquer à sa responsabilité, les États-Unis doivent prendre la tête des pays amis et imposer des sanctions multilatérales [à l'Iran] en dehors du cadre des Nations unies. »

Sénateur John McCain, le 2 Juin, 2008, à la Conférence annuelle de l’AIPAC, à Washington DC

« La menace iranienne doit être arrêtée par tous les moyens possibles, et [c'est notre devoir de prendre] des mesures drastiques pour l’en empêcher. »

Ehud Olmert, Premier ministre israélien, le 4 juin, 2008, au Congrès annuel de l’AIPAC, Washington DC

« J’ai proposé un redéploiement responsable et progressif de nos troupes de l’Irak. Nous allons quitter ce pays avec autant de soin que nous avons été négligents à y aller…. [Le] danger de l’Iran est grave, [et je vais] faire tout ce qui est en mon pouvoir pour empêcher l’Iran de se procurer l’arme nucléaire – je veux dire, tout. »

Sénateur Barack Obama, le 4 juin, 2008, au Congrès annuel de l’AIPAC, Washington DC

« …Je sais que quand je visite l’AIPAC, je suis entre amis. Avec de bons amis..  Des amis qui partagent mon engagement ferme de faire en sorte que le lien qui unit les États-Unis et Israël soit incassable aujourd’hui, demain et pour toujours. »

Sénateur Barack Obama, le 4 juin, 2008, au Congrès annuel de l’AIPAC, Washington DC

 

Il y a quelques semaines, j’ai fait une analyse comparée [ http://www.thenewamericanempire.com/tremblay=1088] du candidat républicain présomptif à la présidence américaine, le sénateur John McCain. En toute justice, une évaluation similaire de la candidature du sénateur Barack Obama semblerait s’imposer.

En effet, l’administration Bush-Cheney sera passée à l’histoire à 11:59 pm, le 20 janvier, 2009. Le 4 novembre, 2008, leurs successeurs, un nouveau président et un nouveau vice-président, auront été choisis. S’agira-t-il d’une équipe Obama ou d’une équipe McCain?

Le sénateur Barack Obama (D. ILL) est le candidat démocrate présomptif à l’élection présidentielle américaine. Il est de surcroît le premier candidat présidentiel d’ascendance Afro-américaine pour un des deux grands partis politiques américains. Considérant le passé racial des États-Unis, s’il devait être élu Président, ce serait une quasi révolution politique dans ce pays. Pour le moment, on peut dire que le climat politique pour un tel changement important dans la politique américaine est favorable, puisqu’une pluralité des électeurs semblent favoriser l’élection d’un candidat démocrate à la présidence.

D’une part, l’actuelle administration républicaine, après huit ans de bévues sur bévues, est très impopulaire, recevant la désapprobation des deux-tiers des Américains, selon un récent sondage Associated Press-Ipsos, tandis que le Président George W . Bush est aux fins fond des appuis populaires avec seulement 28 pour cent d’approbation. Mais, ce qui est peut-être encore plus révélateur, est le fait que très peu d’Américains disent croire que leur pays est sur la bonne voie.

Deuxièmement, l’électorat américain penche de plus en plus du côté des démocrates à raison de 41 pour cent en faveur de ces derniers contre 32 pour cent pour les républicains. Troisièmement, on peut dire que le candidat Obama est beaucoup plus intelligent, beaucoup plus jeune, beaucoup plus attrayant et beaucoup plus charismatique que le candidat McCain. Et, sur  les questions de politiques, les démocrates devraient avoir un énorme avantage parce que les gens sont fatigués de la guerre coûteuse et impopulaire contre l’Irak, parce que l’économie est en mauvais état et va de mal en pis avec l’aggravation de la crise financière, et parce que beaucoup d’Américains souffrent économiquement et financièrement, alors que le prix du pétrole explose. De nombreux Américains des classes moyennes croient également que le moment est peut-être venu d’améliorer le système américain des soins de santé, de même que le système des pensions.

Par conséquent, puisque les circonstances actuelles favorisent l’élection d’un candidat démocrate à l’élection présidentielle, est-ce que l’élection de novembre en est une que le sénateur Obama doit perdre par sa faute ? Y aura-t-il un “effet Bradley” quand des électeurs blancs disent aux sondeurs d’opinions avoir l’intention de voter pour un candidat noir, comme le sénateur Obama, mais qui pourraient plutôt voter en fonction de leur préjugé raciste ? Y aura-t-il une réaction négative de l’aile progressiste démocrate à mesure que le candidat Obama se déplace de plus en plus vers la droite ?

En théorie, il faudrait bien que le candidat Obama et ses conseillers fassent un paquet d’erreurs et prennent de très mauvaises décisions pour perdre cette élection, alors que tout le monde prédit que les démocrates vont gagner plusieurs sièges tant au Sénat qu’à la Chambre des représentants, le 4 novembre prochain.

D’entrée de jeu, il est largement admis que le candidat Obama a commencé sa campagne présidentielle officielle d’un bien mauvais pied, c’est-à-dire en désillusionnant sa propre base politique progressiste avec des tergiversations sur certaines politiques.

En effet, le 4 juin dernier, le sénateur Obama se rendit au congrès annuel du lobby pro-israélien AIPAC et répéta presque mot pour mot les propos belliqueux de son adversaire républicain, le candidat McCain.

En fait, on croirait en lisant les déclarations reproduites au haut de cet article que les candidats McCain et Obama sont membres du même parti politique, du moins en ce qui concerne la politique étrangère que l’AIPAC voudrait voir adopter par le gouvernement américain. Quand il s’agit de l’AIPAC, les deux candidats à l’élection présidentielle semblent avoir les mêmes rédacteurs de discours et ils se comportent comme s’ils étaient membres d’un même système politique fondé sur la ploutocratie .

En effet, les deux candidats présidentiels affirment vouloir bombarder l’Iran et ils prennent publiquement l’engagement de rendre le monde sécuritaire pour l’état d’Israël. Avec une telle vue des choses, on peut s’attendre à ce que ni l’un ni l’autre aient des scrupules à fomenter des conflits armés à travers le monde. Même sur des questions nationales importantes, telles que la surveillance électronique sans mandat, les deux candidats semblent être d’accord.

En effet, le sénateur Obama s’est rangé du côté des députés démocrates que l’on dit être des alliés de George Bush en votant en faveur d’une surveillance étatique des citoyens américains sans le gouvernement n’obtienne de mandat à cet effet. Sur ce même point, Obama a changé de position et il a appuyé l’octroi d’une immunité légale pour George W. Bush et les sociétés de télécommunication qui ont fait de l’écoute électronique de citoyens américains sans mandat avant le 9/11. Les deux candidats recherchent tous les deux l’appui de riches lobbyistes. Le 11 juin dernier, par exemple, le candidat Obama dût remplacer un lobbyiste de longue date dans les cercles politiques de Washington, soit M. Jim Johnson, une personne qu’il avait nommé sur son comité de recherche d’un vice-président, après qu’il fut dévoilé que M. Johnson avait bénéficié de conditions de prêt préférentielles de la part d’un important prêteur hypothécaire, la Cie Countrywide Financial, une entreprise que le sénateur Obama avait fortement critiquée dans le passé.

En matières constitutionnelles, le sénateur Obama ne semble guère hésiter à émuler George W. Bush en promettant d’utiliser des fonds publics pour financer certaines activités religieuses sous l’égide d’églises établies. En effet, il dit même vouloir élargir le financement à même les fonds publics de programmes que l’on qualifie de programmes religieux “axés sur la foi” (“faith-based”). De même, le complexe militaro-industriel américain n’aurait également rien à craindre d’une présidence Obama, puisque le jeune sénateur entend maintenir le niveau élevé des dépenses militaires des États-Unis.

Tout cela semble révéler une certaine propension à l’improvisation, à la dépendance et à l’absence d’engagements idéologiques fermes de la part du sénateur Obama, ce qui pourrait à la longue jouer en faveur de son adversaire républicain. Mais peut-être encore plus dommageable pour lui, ces tergiversations peuvent convaincre certains électeurs que les deux principaux candidats à l’élection présidentielle étatsunienne ne sont que légèrement différents l’un de l’autre et sont en fait sous la coupole des mêmes intérêts ploutocratiques.

Ce que les deux candidats présomptifs à la présidence des États-Unis ont également en commun est le fait que les deux ont été élevés en partie en dehors de leur propre pays, Obama en Indonésie et McCain au Panama. Sur ce point, ils sont des candidats originaux et on peut s’attendre à qu’ils soient ouverts aux questions internationales. En fait, les deux devraient être interventionnistes, McCain étant seulement quelque peu plus interventionniste et militariste que Obama. C’est parce que les deux souscrivent à l’idéologie hubristique et impérialiste selon laquelle le gouvernement des États-Unis, sans mandat démocratique ou juridique quelconque à cet effet, a la responsabilité de gouverner le monde.

Dans l’ensemble, toutefois, il faut s’attendre à ce qu’un Président Obama adopte une politique étrangère un peu plus “pragmatique” et un peu plus “réaliste”, dans la foulée de celle préconisée par l’administration de Bill Clinton, tandis qu’un Président McCain serait enclin à faire siennes les vues de George W. Bush en poursuivant une voie plus “idéologique” et une politique étrangère foncièrement unilatérale.

C’est probablement sur la question de la guerre en Irak que le sénateur Obama et le sénateur McCain semblent diverger le plus. En effet, le sénateur Obama a promis de retirer le personnel de combat de l’Irak et de stopper les dépenses de plus d’une centaine de milliards de dollars par année englouties par la guerre, avec l’idée de consacrer cet argent à des programmes sociaux nationaux. Sur ce point, une forte majorité d’Américains est derrière lui. Selon un calendrier établi, le Sénateur Obama promet de retirer toutes les brigades de combat américaines de l’Iraq à l’intérieur d’une période de seize mois, après son accession à la présidence.

Toutefois, le sénateur Obama avoue maintenant qu’il est prêt à faire preuve d’une certaine souplesse concernant cette promesse de retrait des troupes américaines de l’Irak et qu’il souhaite conserver une certaine marge de manœuvre dépendant des conseils futurs qu’il pourrait recevoir des commandants militaires sur le terrain!

Cela place quand même le candidat Obama en contradiction ave le sénateur McCain, dont la position sur l’Irak se rapproche davantage de celle de George W. Bush.

En effet, John McCain a voté pour la guerre en Irak dès octobre 2002, et il se dit très heureux de poursuivre la politique de Bush en Irak, au point même d’étendre l’occupation militaire de ce pays pour une période de “cent ans” dans l’avenir.

Sur l’Irak, par conséquent, le choix semble être clair : ceux et celles qui s’opposent à la guerre en Irak devraient voter pour le sénateur Obama, et ceux et celles qui favorisent la guerre en Irak et d’autres guerres non approuvées par les Nations Unies trouveront dans la personne du sénateur McCain, un candidat davantage à leur goût.

Le 15 mai dernier (2008), le Président George W. Bush s’est rendu en Israël et, s’adressant au Parlement israélien (la Knesset), il a fait une chose pour le moins inhabituelle : il a attaqué un candidat à l’élection présidentielle américaine, le sénateur Barack Obama, alors qu’il se trouvant dans un pays étranger. C’était certainement des plus inapproprié pour un président en exercice de faire campagne contre un adversaire politique en terre étrangère.

En matières de politiques sociales, d’économie, et sur les priorités budgétaires, on est en droit de considérer le sénateur Obama comme un progressiste, alors que le sénateur McCain est davantage un conservateur. En fait, dans l’ensemble, le sénateur McCain peut être considéré comme le candidat du statut quo, tandis que le sénateur Obama est le candidat du changement et des réformes.

Voyons les différences positions des deux candidats sur les questions sociales et économiques d’avant-plan entre le sénateur Obama et le sénateur McCain.

1. En matière de sécurité sociale, par exemple, une question qui intéresse au plus haut point les personnes âgées et les futurs retraités, le sénateur McCain favorise une certaine privatisation de la sécurité sociale, tandis que le sénateur Obama s’oppose fermement à une telle privatisation, car elle pourrait rendre les revenus des retraités tributaires de l’humeur du marché boursier. Sur ce point, le choix est clair.

2. En matière de santé, le sénateur Obama favorise un régime de santé public et l’accès à des médicaments moins chers; le sénateur McCain s’oppose à une approche. Ainsi, le sénateur Obama voudrait implanter un système de soins de santé qui serait obligatoire pour les enfants, mais facultatif pour les adultes. Le sénateur McCain voudrait conserver l’actuel système de santé à peu près intact, tout en offrant aux individus un de crédit d’impôt remboursable de $ 2500 pour couvrir des dépenses de santé. Ici encore, le choix est très clair.

3. Sur la question des droits des femmes, le sénateur Obama se range clairement du côté des femmes et de leur droit à contrôler leur propre corps. Ainsi, il estime que les décisions sur l’avortement doivent rester une affaire entre la femme et son médecin, et ne pas être dictées par des autorités religieuses ou politiques. En revanche, le sénateur McCain s’est rapproché des militants religieux et favorise maintenant l’annulation du jugement “Roe vs Wade”, c’est-à-dire la décision de la Cour suprême qui autorise les avortements. Le sénateur McCain ne permettrait que deux exceptions, soit l’inceste et le viol. Il semblerait que ceux qui croient dans les droits des femmes devraient voter pour le sénateur Obama et ceux qui croient que l’État doit imposer ses décisions aux femmes devraient voter pour le sénateur McCain.

4. Sur la question cruciale des nominations à la Cour suprême des États-Unis, le choix entre les deux candidats à l’élection présidentielle semble également être assez clair. Le sénateur Obama indique qu’il désignera des juges progressifs à la Cour suprême, alors que le sénateur McCain voudrait pousser la Cour suprême encore plus loin vers la droite. Par exemple, le sénateur Obama s’est opposé à la nomination du juge Samuel Alito (janvier 2006) et à celle du juge John Roberts en tant que juge en chef de la Cour suprême (sept. 2005). C’est peut-être sur cette question que se trouve le plus grand fossé entre les deux candidats.

 5. En matières d’impôts et de choix budgétaires, les deux candidats sont passablement différents. Pour un, même si le sénateur McCain s’est initialement opposé à l’administration Bush et à ses réductions d’impôt en 2003, il a depuis changé de camp et il appuie maintenant de telles réductions et les déficits qui en sont résulté, tout en proposant une augmentation dans les dépenses militaires. Le sénateur McCain pourrait même aller jusqu’à exiger une majorité des deux tiers du Congrès avant d’augmenter tout impôt. Étant donné que les dépenses ne seraient pas contraintes, ce serait une recette certaine pour créer des déficits budgétaires à répétition pour des années à venir.

En contrepartie, le sénateur Obama propose que les personnes très riches contribuent davantage au financement de la sécurité sociale. Il mettrait un terme aux réductions d’impôts pour les riches telles que promulguées par l’administration Bush. Il souhaite également doter les États-Unis d’un système fiscal plus progressif en exigeant des personnes très fortunées qu’elles contribuent proportionnellement davantage que les personnes à faibles revenus, tout en offrant des allégements fiscaux à la majorité des contribuables américains. Sur ce point, le sénateur McCain est plus un imitateur de George W. Bush, tandis que le sénateur Obama adopte la position démocratique traditionnelle qui consiste à favoriser la classe moyenne et les pauvres au détriment de la classe très riche. Le choix sur cette question est aussi assez claire.

D’une façon générale, le sénateur Obama semble s’entourer de personnes reconnues pour leur intelligence, leur compétence et leur expérience, telles l’ancien conseiller à la sécurité nationale Zbigniew Brzezinski et l’ancien général William Odom. D’autre part, le sénateur McCain semble être plus enclin à imiter le président George W. Bush en s’entourant de personnes issues des groupes de pression et des milieux néoconservateurs d’extrême droite.

En conclusion, on peut affirmer que le sénateur Obama semble être une meilleure alternative que le sénateur McCain, mais sa propension au double langage peut être déconcertante. Disons qu’il est peut-être le moins pire des deux principaux candidats à l’élection présidentielle. Je suis d’avis que l’ancien Vice President Al Gore, le candidat pour lequel une majorité d’Américains ont voté en l’an 2000, aurait été un meilleur candidat et un choix plus logique, et très probablement, un candidat avec les meilleures chances de succès pour les élections présidentielles du 4 novembre prochain.

Article publié le 7 juillet sur le blog de Rodrigue Tremblay.

Rodrigue Tremblay est professeur émérite de sciences économiques à l’Université de Montréal et peut être rejoint à l’adresse suivante: rodrigue.tremblay@yahoo.com. Il est l’auteur du livre «Le nouvel empire américain.» Visitez son blogue à l’adresse suivante: www.thenewamericanempire.com/blog .


Articles Par : Prof Rodrigue Tremblay

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca