Le danger croissant d’une guerre commerciale

Les demandes de mesures relevant de la guerre commerciale contre la Chine se font de plus en plus fortes à Washington avec l’approche de la date fatidique du 15 avril où le ministère du Trésor américain présentera son rapport semestriel au Congrès sur les questions monétaires. La question clef est de savoir qu’il faut déclarer que la Chine est un « manipulateur de monnaie », ce qui ouvrirait la voie à des pénalités de compensation appliquées par les États-Unis.

Lors d’une séance du comité sur les crédits de la Chambre des représentants, la semaine dernière, l’économiste Fred Bergsten a affirmé que le yuan chinois était dévalué de 40 pour cent face au dollar américain, ce qui entraînait d’importantes pertes d’emplois aux États-Unis et l’émergence d’un déficit commercial. Il a demandé au gouvernement Obama de déclarer la Chine comme manipulateur de monnaie, une première étape pour obtenir le soutien d’autres puissances afin de forcer Pékin, par l’intermédiaire du Fonds monétaire international et de l’Organisation mondiale du commerce, à réévaluer sa monnaie.

Le langage agressif de Bergsten est lui-même un symptôme des tensions commerciales montantes. Tout comme les États vont systématiquement en guerre au nom de la « paix », Bergsten justifie les pénalités commerciales imposées par les États-Unis à la Chine comme « anti-protectionnistes » — une réponse à la « forme de protectionnisme éhonté » de la Chine lorsqu’elle dévalue son yuan. L’approche « multilatérale » de Bergsten, demandant de l’aide aux Européens notamment, cherche à obtenir un « impact maximum » et minimiser la capacité de Pékin à répliquer à Washington.

L’Europe, cependant, est plongée dans sa propre crise monétaire. Les conflits en les gouvernements européens au sujet d’une aide envers la Grèce lourdement endettée, ont exposé les divergences et remis en question le futur de la monnaie unique. La chute qui en a résulté dans la valeur de l’euro a aidé les exportateurs, rendant le soutien européen aux diverses manœuvres américaines contre la Chine moins probable. Le commissaire au commerce de l’UE Karel DE Gucht a déclaré au Financial Times ; « En ce moment, c’est une question moins politique en Europe. »

Une demande des États-Unis pour des mesures contre la Chine placerait les pays comme le Japon ou l’Australie dans une position délicate. De nombreux pays de la zone Asie-Pacifique ont des liens stratégiques bien établis avec les États-Unis, mais dépendent fortement de la Chine pour que leurs économies gardent la tête hors de l’eau. Se joindre à Washington pour exiger une réévaluation du yuan risque d’entraîner une vengeance économique de Pékin. Ne pas s’y joindre, c’est risquer une rupture avec les États-Unis.

Néanmoins, les clameurs protectionnistes à Washington continuent de plus belle. Face à des niveaux de chômage qui approchent les 10 pour cent, les démocrates et les syndicats sont pressés de trouver un bouc émissaire pour détourner l’attention de leur propre responsabilité dans des décennies de destructions systématiques des emplois. La semaine dernière, l’Institut des politiques économiques, financé par les syndicats, a publié un rapport affirmant que 2,4 millions d’emplois américains ont été perdus en faveur de la Chine depuis 2001. Son auteur, Robert Scott, a demandé au Congrès d’imposer un tarif douanier général d’au moins 25 pour cent sur les produits chinois si Pékin ne se résolvait pas à changer sa politique monétaire.

La Chine s’était pliée aux exigences américaines en 2005 et avait permis au yuan de flotter face au dollar, mais elle était revenue à un taux fixe en 2008 lorsque la crise financière globale avait éclaté. Face à ses propres problèmes économiques et sociaux, Pékin avait déclaré à plusieurs reprises qu’il ne dévaluerait pas le yuan. En visite à Washington la semaine dernière, le vice-ministre du Commerce Zhong Shan a déclaré que les États-Unis avaient tort de conclure que la Chine était un manipulateur monétaire en raison de son excédent commercial et a prévenu : « Le gouvernement chinois ne se pliera pas aux pressions étrangères. »

Les exportations chinoises ont été durement frappées par la crise mondiale, ce qui a entraîné la perte d’au moins 20 millions d’emplois et l’exacerbation des tensions sociales. Toute réévaluation du yuan devrait déclencher une nouvelle vague de faillites et de pertes d’emplois en Chine. Dans un article du Syndney Morning Herald, le professeur Fan Gang de l’Université de Pékin s’en est pris à la dernière tournée de « dénigrement de la Chine » à Washington, faisant remarquer qu’un yuan réévalué ne ferait que remonter les prix et les taux d’intérêt aux États-Unis. Et cela ne créerait pas plus d’emplois aux États-Unis ; la production serait simplement transférée dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère comme l’Inde ou le Vietnam.

Les taux de change font partie de tensions plus vastes entre les États-Unis et la Chine. Depuis le début de l’année, le gouvernement Obama a pris une position nettement plus agressive, comme le montrent les nouvelles ventes d’armes à Taiwan ou la rencontre entre Obama et le Dalaï-Lama le mois dernier. Des tarifs douaniers ont déjà été imposés par les États-Unis sur les pneus et les tuyaux d’acier chinois. Washington fait pression sur Pékin pour qu’il soutienne l’application de nouvelles sanctions par l’ONU contre l’Iran – un important fournisseur d’énergie pour la Chine – et critique la Chine sur la censure d’Internet, avec le conglomérat Google qui se retire de ses opérations en Chine.

Certains commentateurs affirment que la Chine devient plus sûre d’elle-même. Dans le Financial Times, le week-end dernier, l’analyste d’Eurasia Group Ian Bremmer a averti qu’en conséquence de l’imbrication économique de la Chine et des États-Unis, « un nouveau conflit est en train de se développer qui risque d’être plus dangereux même que la Guerre froide. » Il a déclaré que les « ambitions [chinoises] d’être leur influence en Asie et ses plans pour faire des affaires dans des lieux très éloignés ont donné un nouvel entrain à ses plans militaires… Un transfert plus important dans l’équilibre des puissances pourrait également inciter les faucons chinois à demander une résistance plus grande aux pressions américaines dans des endroits comme la Corée du Nord, la Birmanie et le Soudan. »

Cependant, le directeur de Morgan Stanley en Asie, Stephen Roach, commentant pour le Financial Times lundi, a déclaré que la Chine n’était pas responsable des problèmes économiques de la Chine. Il a prévenu : « La tendance de Washington à faire de la Chine un bouc émissaire risque de mettre le monde au bord d’une pente très glissante. Ce ne serait pas la première fois que le refus politique de voir la réalité en face s’appuierait sur une mauvaise compréhension de l’économie. Mais les conséquences d’une telle erreur – des frictions commerciales et le protectionnisme – feraient passer la crise de 2008-09 pour des jeux d’enfant. »

La crise économique globale n’a fait que souligner le déclin de la domination américaine et la montée de l’économie chinoise. La quête de Pékin pour les matières premières et les marchés l’emmène en conflit avec les puissances plus anciennes. Les parallèles avec les années 1930 et la montée vers la guerre sont évidents.

Témoignant devant le comité sur les crédits de la Chambre des représentants, la semaine dernière, l’historien Niall Fergusson a soutenu la déclaration de la Chine comme « manipulateur de monnaie », mais a mis en garde contre des mesures de représailles unilatérales drastiques. « L’une des leçons les plus importantes de la grande Dépression fut que les mesures protectionnistes, y compris les dévaluations compétitives, tendaient à aggraver la situation de l’économie globale au début des années 1930. Une deuxième leçon historique, c’est que les conflits sur les monnaies et le commerce sont souvent des préludes à des conflits d’un autre genre », a-t-il prévenu.

Cette dérive vers les guerres commerciales et monétaires, le militarisme, les guerres néo-coloniales et des conflagrations mondiales plus amples est le résultat inévitable de la contradiction fondamentale, insoluble, d’un système capitaliste dépassé — entre une économie globale et la division du monde en États-nations. La seule autre option est la réorganisation du monde par la classe ouvrière internationale afin que ses vastes ressources puissent être mobilisées pour répondre aux besoins sociaux pressants de l’humanité, au lieu des profits privés de quelques nantis.

Article original paru le 31 mars 2010.


Articles Par : Peter Symonds

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca