Le face-à-face tendu entre l’Inde et le Pakistan se poursuit

L’administration Bush est en train d’exercer de très fortes pressions sur le Pakistan lui demandant d’agir contre les groupes islamistes censés être responsables des récents attentats terroristes à Bombay. Le soutien apporté par Washington à New Delhi, au lieu d’apaiser les tensions entre l’Inde et le Pakistan, menace de déstabiliser plus encore ce dernier et de déclencher une confrontation entre deux puissances rivales dans cette région.

La secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice qui s’est rendue à New delhi puis à Islamabad la semaine dernière, dit à ABC News hier que le Pakistan devait respecter les engagements qu’il avait pris d’« éradiquer le terrorisme et les terroristes ». Elle dit qu’elle avait rejeté les arguments selon lesquels des « acteurs non étatiques » avaient commis les attentats de Bombay et qu’elle ne les considérait « pas comme acceptables », disant à des responsables pakistanais que les attentats relevaient « quand même de leur responsbilité ».

Rice souligna que maintenant « était un moment où le Pakistan devait agir. Il doit agir de concert avec l’Inde, avec les Etats-Unis ». Quand on lui demanda si l’Inde avait le droit de recourir à l’action militaire, elle dit qu’elle comprenait la colère et la frustration de l’Inde, ajoutant : « Mais dans ce cas, il y a des actions que l’Inde pourrait prendre et qui rendrait la situation pire. Et nous n’avons pas besoin d’une crise en Asie méridionale ».

Un article paru dans le journal Pakistanais Dawn samedi déclarait que Rice avait menacé le Pakistan de représailles internationales au cas où celui-ci n’agirait pas. On dit que durant une réunion comprenant le premier ministre, le président et le chef d’état-major du Pakistan, la secrétaire d’Etat avait « poussé les dirigeants pakistanais à s’occuper de ceux qui avaient commis l’attentat, sinon les Etats-Unis allaient agir ». Elle souligna « l’urgence qu’il y avait à aller au fond des choses » et le besoin d’une réponse « efficace et concentrée ».

Dans un article qui fit plus tard l’objet d’un démenti de la part de responsables américains et pakistanais, le Washington Post citait un haut responsable pakistanais qui avait accepté une limite de 48 heures, exigée par l’Inde et les Etats-Unis, pour formuler un plan d’action contre le groupe séparatiste cachemirien Lashkar-e-Taiba accusé d’avoir commis les attentats de Bombay. Ce haut responsable dit que Rice avait elle aussi insisté pour que soient arrêtés au moins trois Pakistanais censés être impliqués dans les attentats.

Il est clair que Washington utilise la menace d’une intervention militaire indienne et d’actions punitives americaines non déterminées pour forcer le gouvernement pakistanais à se plier aux exigences indiennes et américaines. L’Inde exploite pour sa part les atrocités de Bombay afin de pousser le Pakistan à agir contre les groupes islamistes et séparatistes cachemiriens qui opèrent à partir de camps situés au Cachemire pakistanais. Durant les deux dernières décennies, l’armée indienne a mené une guerre de contre insurrection souvent brutale contre les activistes cachemiriens opposés à une présence indienne au Cachemire.  

Quant aux Etats-Unis, il est certain qu’ils veulent éviter une « crise » qui impliquerait deux puissances nucléaires et qui menacerait d’une manière ou d’une autre leurs intérêts économiques et stratégiques dans la région et qui minerait en particulier les efforts faits pour stabiliser leur occupation de l’Afghanistan. Il n’y a pas de doute que Rice a saisi cette occasion pour insister que l’armée pakistanaise renforce ses opérations contre l’insurrection anti-américaine active le long de la frontière avec l’Afghanistan. Les Etats-Unis veulent éviter que des troupes pakistanaises ne soient déplacées de la frontière afghane vers la frontière indienne en réponse à une menace militaire venant de l’Inde. 

Des articles parus le week-end dernier et disant que l’aviation pakistanaise avait été mise en alerte maximum 24 heures durant à la suite d’un coup de téléphone menaçant adressé au président pakistanais, Asif Ali Zardari, le 28 novembre montre à quel point les relations entre New-Delhi et Islamabad sont tendues. Le journal Dawn a rapporté samedi que l’appel téléphonique de quelqu’un disant représenter le ministre des Affaires étrangères indien, Pranab Mukherjee, a produit une série de réunions de crise à Islamabad et une menace de déployer des troupes sur la frontière indienne.

Cette conversation téléphonique, que les deux camps ont depuis reconnu être un leurre, a elle-même déclenché un barrage d’accusations et de contre-accusations. Mukherjee a nié avoir tenu cette conversation et il a écarté les affirmations pakistanaises selon lesquelles l’appel venait du ministère des Affaires étrangères indien. Les responsables indiens ont accusé les services du renseignement pakistanais (Inter-Service Intelligence Agency – ISI) d’être à l’origine de l’appel dans le but de détourner l’attention des attentats de Bombay. Qui est responsable de cet appel n’est pas clair, mais on ne peut exclure la participation d’éléments durs de l’appareil d’Etat – en Inde ou au Pakistan – dans l’intention de provoquer un conflit militaire. 

Le danger d’un conflit entre l’Inde et le Pakistan est loin d’être passé. Le gouvernment indien, qui fait face à des élections l’an prochain subit la pression de partis et de groupes extrémistes Hindous qui lui demandent de riposter. Les responsables indiens affirment avoir indentifié les activistes du groupe Lashkar-e-Taiba comme ceux qui ont préparé les attaques de Bombay et d’avoir la preuve que l’ISI y est impliqué. New Delhi a déjà suspendu les pourparlers avec Islamabad et n’a pas exclu des frappes militaires contre des « camps d’entrainement terroristes ».

Le journal pakistanais Daily Times rapporta hier les commentaires du sénateur americain John McCain qui fait partie d’une délégation du Sénat américain ayant rencontré les dirigeants pakistanais vendredi. McCain, qui était à New Delhi il y a quelques jours, dit au journal que si le Pakistan n’agissait pas et vite, l’Inde allait mener des attaques aériennes à l’intérieur du Pakistan. « Le gouvernement démocratique de l’Inde est sous pression et si le Pakistan manquait à agir contre les terroristes ce serait une question de jours avant qu’il fasse usage de la force après la fourniture des preuves au Pakistan », dit-il.

Un article sur le site internet d’Asia Times citait samedi un haut responsable du ministère de l’Intérieur indien disant qu’une décision avait été prise au plus haut niveau et que l’Inde se préoccuperait directement d’« annihiler » une partie de l’infrastructure et du personnel terroriste basé au Pakistan. Ce responsable fit allusion à des frappes couvertes utilisant des unités d’élite appuyées par les agences du renseignement pour essayer d’empêcher des représailles pakistanaises et une guerre ouverte. Les opérations seraient étendues, couvrant non seulement le Cachemire pakistanais, mais aussi la région frontalière de la province du Punjab et prévoiraient une surveillance de la côte pakistanaise.

Le cours ultérieur des événements n’est pas clair. Quand on lui demanda comment les Etats-Unis allaient réagir à des frappes indiennes au Pakistan, McCain dit au Daily Times que Washington ne serait pas en mesure de faire grand-chose. Faisant allusion à l’invasion américaine de l’Afghanistan à la suite des attentats du 11-Septembre, il dit : « Nous ne pouvons pas dire à l’Inde de ne pas agir alors que c’est ce que nous avons fait ». Tandis que McCain ne parle pas pour l’administration Bush, il se fait sans aucun doute l’écho des sentiments qui règnent à la Maison-Blanche, ce qui à son tour ne fait qu’encourager l’Inde À prendre une attitude plus belliqueuse.

Après une attaque de séparatistes cachemiriens contre le parlement indien en décembre 2001, l’Inde avait déployé jusqu’à un demi-million de soldats fortement armés sur la frontière pakistanaise. Cela avait mené le sous-continent indien au bord de ce qui aurait été la quatrième guerre indo-pakistanaise depuis 1947. Un article de l’édition d’hier du journal Hindu remarquait que les troupes indiennes n’avaient plus besoin de procéder à une mobilisation au grand jour et fort coûteuse. A la suite de la confrontation de 2001-2002, l’armée indienne a adopté la nouvelle doctrine du « départ à froid » pour réagir plus rapidement et sans avertissement.  

La pression américaine sur le Pakistan pourrait facilement s’avérer contre-productive. Il y a déjà une hostilité et une colère largement partagées dans la population pakistanaise sur les occupations de l’Irak et de l’Afghanistan et renforcées par les frappes américaines répétées dans les régions tribales frontalières du Pakistan. Après des décennies de tensions avec l’Inde, nombreux sont ceux qui sont très méfiants vis-à-vis du barrage d’affirmations produit par l’Inde à la suite des derniers attentats. Forcer le gouvernement pakistanais à se plier aux exigences indiennes et américaines ne fera que miner plus encore le soutien fragile au gouvernement et qu’ouvrir une crise politique.   

Pendant plus de soixante ans depuis l’indépendance, l’establishment politique de l’Inde et du Pakistan ont eu recours de façon répétée au communautarisme et au militarisme pour détourner l’attention de leur incapacité à résoudre les profonds problèmes sociaux et économiques auxquels est confrontée la grande majorité de la population dans les deux pays. Dans la présente crise économique mondiale, les deux gouvernements exploitent cette situation tendue dans le même but. Loin d’apaiser les tensions, l’intervention de Washington ne fait que renforcer le danger d’un nouveau conflit militaire. 

Article original en anglais, WSWS, paru le 8 décembre 2008.

© WSWS.

Articles Par : Peter Symonds

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca