Le ministre de la Défense Guttenberg: l’Allemagne est en guerre en Afghanistan

Le dimanche de Pâques, le 4 avril, le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg (Union chrétienne-démocrate, CDU) a admis que l’armée allemande participait à la guerre en Afghanistan. En tant que juriste confirmé, Guttenberg a ajouté que ces remarques relevaient plutôt de la langue familière et pas du droit international. Néanmoins, sa déclaration est une admission signifiante.

Durant plus de huit ans, le gouvernement allemand avait fait croire à l’opinion publique que l’armée allemande fournissait un soutien militaire à l’aide humanitaire et la reconstruction économique de l’Afghanistan. C’était également sous ce prétexte que le parlement allemand avait voté à plusieurs reprises en faveur de l’intervention de l’Allemagne en Afghanistan. Jusqu’au week-end dernier, le gouvernement avait farouchement maintenu cette duperie bien que cette guerre (qui va s’intensifiant et à laquelle participent non moins de 130.000 soldats d’une occupation étrangère) ait déjà coûté la vie à des milliers de civils afghans et à 39 soldats allemands.

A présent, il n’est plus possible de maintenir ce mensonge. Ce qui y a mis un terme ce furent les trois soldats allemands tués et les huit blessés le jour du Vendredi Saint. Ceux-ci avaient été engagés des heures durant dans des combats contre des rebelles dans le district de Char Darah près du camp militaire allemand à Kunduz. L’admission de Guttenberg toutefois soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses.

La première question est : de quel droit l’Allemagne mène-t-elle la guerre en Afghanistan ?

Qu’aucune nouvelle guerre ne partirait plus du sol allemand faisait partie du consensus social de base au moment de la création de la République fédérale après la Seconde guerre mondiale et servit de directive à la Constitution allemande. Au cours des six décennies qui s’ensuivirent, des millions de personnes étaient descendues dans la rue en Allemagne dans le but d’appuyer cette revendication. L’article 26 de la Loi fondamentale allemande stipule : « Les actes susceptibles de troubler la coexistence pacifique des peuples et accomplis dans cette intention, notamment en vue de préparer une guerre d’agression, sont inconstitutionnels. Ils doivent être réprimés pénalement. »

Le parlement allemand n’a jamais approuvé un engagement dans une guerre en Afghanistan et il n’est nulle part fait mention de guerre dans les décisions du parlement approuvant l’intervention de l’armée allemande en Afghanistan. La participation de l’armée allemande à une guerre signifie que l’accord du parlement a été obtenu sous de fausses déclarations et doit donc être déclaré nul et non avenu. L’intervention est illégale et doit être immédiatement stoppée.

Le journal Süddeutsche Zeitung a fait mardi le commentaire suivant : « Si l’intervention en Afghanistan n’est plus justifiée par les milieux politiques sur la base sur laquelle elle avait été caractérisée durant près d’une décennie, alors dans une certaine mesure ceci ôte la base contractuelle à une armée parlementaire. Lorsqu’un agent immobilier vend une maison en déclarant qu’elle a besoin d’être rénovée, et qu’elle présente ensuite, familièrement parlant, un risque d’écroulement, alors l’acheteur a tous les droits d’assigner le vendeur en justice. »

La deuxième question est : dans quel but et contre qui l’Allemagne fait-elle la guerre en Afghanistan ?

Au vu de la corruption, du manquement à la loi et de l’attitude arbitraire adoptée par le régime Karzaï, aucun crédit ne peut être accordé à l’affirmation que le gouvernement allemand soutient en Afghanistan un gouvernement légitime à l’encontre de « terroristes ». L’accroissement de la résistance armée, la misère indescriptible de la population afghane – 8 millions de personnes souffrent de la faim, 75 pour cent n’ont pas d’accès à l’eau potable, la récolte de l’opium avait atteint un nouveau recors l’année dernière avec 9.000 tonnes – associés à la brutalité grandissante de l’intervention militaire sont des symptômes typiques d’une guerre coloniale, telle la guerre du Vietnam.

Entre-temps, Hamid Karzaï, qui avait été choisi en 2001 lors de la conférence de Petersberg, près de Bonn en Allemagne, pour devenir la marionnette des forces d’occupation a déclaré être prêt à changer de camp en travaillant avec les Taliban parce que la résistance à l’occupation ne cesse de croître et qu’il tremble pour sa peau.

L’armée allemande se bat en Afghanistan aux côtés de l’armée américaine dans le but de sauvegarder les intérêts géostratégiques allemands dans une région qui revêt une importance cruciale dans l’approvisionnement énergétique tout en prouvant sa loyauté à l’OTAN. C’est là le vrai contenu de la déclaration de Guttenberg selon laquelle l’Allemagne se trouve en guerre.

Le ministre sait parfaitement que ses remarques ne contribueront nullement à améliorer la popularité de la guerre. D’ores et déjà, plus de 70 pour cent de la population est opposée à la guerre et cette opposition ne fera qu’augmenter au fur et à mesure que l’intervention des troupes allemandes – autrement dit les objectifs humanitaires et démocratiques – s’évaporeront. A cet égard, la déclaration de Guttenberg est également une déclaration de guerre à la population allemande.

Il faut dans ce contexte examiner les remarques faites par le collègue de Guttenberg, le membre du gouvernement Dirk Niebel (Parti libéral démocrate, FDP). Le ministre allemand de la Coopération économique et du Développement faisait partie d’une délégation à Kunduz au moment où les récentes fusillades eurent lieu et il s’était exprimé au nom du gouvernement lors d’une cérémonie mortuaire pour les trois soldats tués. Il profita de l’occasion pour rejeter carrément la faute de la situation précaire dans laquelle se trouvent les troupes allemandes sur l’opposition largement répandue contre la guerre au sein de l’opinion publique et exigean de la population davantage de soutien pour l’intervention allemande en Afghanistan.

Niebel affirma que la nervosité des soldats de la Bundeswehr (armée allemande) qui avaient tué par mégarde plusieurs soldats des forces de sécurité afghanes après les sévères combats du Vendredi Saint était en rapport direct avec le manque de soutien de l’intervention allemande de la part de l’opinion allemande.

Niebel a dit au journal Bild am Sonntag : « Les soldats allemands souhaitent davantage de compréhension pour le fait qu’ils ont pris les armes et parfois aussi de façon préventive. Et ils ne comprennent pas pourquoi ils devraient justifier leurs actes aux yeux de l’opinion publique allemande ou même être poursuivis en justice. »

Cette tentative de raviver la « Légende du Dolchstoß » (coup de poignard dans le dos) a une longue et funeste tradition en Allemagne.

Durant la Première guerre mondiale, des opposant à la guerre comme Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht passèrent des années en prison. Sous la République de Weimar, les Freikorps attaquaient impunément ceux qui s’opposaient à l’armée, échappant invariablement à toute sanction pour leurs actes criminels, protégés qu’ils étaient par les tribunaux.

Aujourd’hui aussi, la participation à la guerre en Afghanistan est liée à l’accroissement du militarisme. Niebel, qui a passé huit ans en tant que parachutiste à la 25ème brigade aéroportée « Forêt noire » et qui est toujours officier de réserve de l’armée allemande, parle au nom du haut commandement militaire qui réclame plus d’influence sur la marche de la société. L’accroissement du militarisme est directement lié à l’aggravation de la crise économique et vise aussi bien l’opposition interne que ce qu’elle perçoit comme son ennemi externe.

Article original, WSWS, paru le 9 avril 2010.


Articles Par : Ulrich Rippert

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca