Le monde peut-il survivre à l’arrogance de Washington ?

La Russie et la Chine en ligne de mire de l’administration Obama

Le monde peut-il survivre à l’arrogance de Washington ?

Lorsque le Président Reagan m’a nommé Secrétaire adjoint du Trésor à la politique économique, il m’a dit qu’il devait rétablir l’économie US pour la sauver de la stagflation, afin de pouvoir peser de toute la puissance de notre économie sur les dirigeants russes pour les convaincre de négocier la fin de la Guerre Froide. Reagan a dit qu’il n’y avait plus de raison de vivre sous la menace d’une guerre nucléaire.

L’administration Reagan a atteint ces deux objectifs, qui en retour ont été ruinés par les administrations suivantes. C’est le propre vice-président et successeur de Reagan, George Herbert Walker Bush, qui a violé en premier les accords Reagan-Gorbatchev en intégrant d’anciennes républiques de l’Union Soviétique dans l’OTAN et en plaçant des bases militaires occidentales aux frontières russes.

Le processus d’encerclement de la Russie avec des bases militaires s’est poursuivi sans relâche par les administrations successives par le biais de diverses « révolutions colorées » financées par la National Endowment for Democracy considérée par beaucoup comme une façade de la CIA. Washington a même tenté d’installer un gouvernement contrôlé par Washington en Ukraine et a vu ses efforts aboutir dans l’ancienne Géorgie Soviétique, lieu de naissance de Joseph Staline. Le président de la Géorgie, un pays situé entre la Mer Noire et la Mer Caspienne, est une marionnette de Washington. Il a récemment annoncé que l’ancienne Géorgie soviétique allait intégrer l’OTAN en 2014.

Les plus âgés d’entre nous savent que l’OTAN, l’Organisation de Traité de l’Atlantique Nord, fut une alliance entre l’Europe occidentale et les Etats-Unis pour contrer la menace d’une prise de contrôle de l’Europe occidentale par l’Armée Rouge. L’Atlantique nord est très très loin des mers Noire et Caspienne. Quel est l’objectif de l’entrée de la Géorgie dans l’OTAN sinon de fournir aux Etats-Unis une base militaire aux portes de la Russie ?

Il est plus qu’évident que Washington – Démocrate ou Républicain – a la Russie et la Chine en ligne de mire. A l’heure actuelle, il n’est pas clair si l’objectif est de détruire les deux pays ou de simplement les rendre incapables de s’opposer à l’hégémonie de Washington. Quel que soit l’objectif, l’issue probable est une guerre nucléaire.

La presstitués de la presse américaine affirment que le maléfique gouvernement syrien est en train d’assassiner son peuple qui n’aspire qu’à la démocratie et qui si l’ONU n’intervient pas militairement, les Etats-Unis devront le faire au nom des droits de l’homme. La Russie et la Chine sont vilipendées par les fonctionnaires US pour leur opposition à tout prétexte à une invasion de la Syrie par l’OTAN.

La réalité, bien sûr, est différente de celle présentée par les presstitués des médias et les membres du gouvernement américains. Les « rebelles » syriens sont bien armés d’armes militaires. Les « rebelles » s’affrontent à l’armée syrienne. Les rebelles massacrent des civils et racontent à leurs prostitués des médias occidentaux que c’est le gouvernement syrien qui en est responsable, et les presstitués occidentaux répandent cette propagande.

Quelqu’un doit bien armer les « rebelles » puisque à l’évidence ces armes ne peuvent pas être achetées sur le marché local syrien. La plupart des gens intelligents pensent que les armes proviennent des Etats-Unis ou de leurs intermédiaires.

Washington a donc déclenché une guerre civile en Syrie, comme ils l’ont fait en Libye, mais cette fois-ci les Russes et les Chinois ont compris et se sont opposées à une résolution de l’ONU comme celle qui fut exploitée par l’Occident contre Kadhafi.

Pour contourner ce problème, sortez un vieux chasseur Phantom de la guerre du Vietnam des années 60 et faites le voler au-dessus de la Syrie. Les Syriens l’abattront, et la Turquie pourra ensuite appeler à l’aide ses alliés de l’OTAN. A défaut de l’option d’une résolution de l’ONU, Washington pourra invoquer ses obligations dans le cadre du traité de l’OTAN et entrer en guerre pour défendre un membre de l’OTAN contre une Syrie diabolisée.

Le mensonge néonconservateur derrière les guerres d’hégémonie de Washington est que les Etats-Unis apportent la démocratie en envahissant et en bombardant des pays. Pour paraphraser Mao, « la démocratie est au bout du fusil. » Cependant, le Printemps Arabe n’a pas tenu ses promesses de démocratie, pas plus qu’en Irak ou en Afghanistan, deux pays « libérés » par les invasions démocratiques US.

Ce que les Etats-Unis apportent sont des guerres civiles et l’éclatement de pays, comme le régime de Bill Clinton réussit à faire dans l’ex-Yougoslavie. Plus il y a de pays déchirés et réduits à des fractions rivales, plus Washington est puissant.

La Russie de Poutine comprend que la Russie elle-même est menacée non seulement par le financement par Washington de « l’opposition russe » mais aussi par l’agitation déclenchée dans le monde musulman par les guerres de Washington contre les états laïques musulmans, comme l’Irak et la Syrie. Ces troubles se déversent en Russie même, qui se voit confrontée à des problèmes tels que le terrorisme tchétchène.

Lorsqu’un état laïque est renversé, les factions islamistes sont libres de s’en prendre les unes aux autres. Les troubles internes rendent les pays impuissants. Comme je l’ai déjà écrit, l’Occident réussit à toujours dominer le Moyen orient parce que les factions islamistes se détestent entre elles plus qu’elles ne détestent leur conquérants occidentaux. Ainsi, lorsque Washington détruit des gouvernements laïques, non-islamistes, comme en Irak et comme il cherche à le faire en Syrie, ce sont les Islamistes qui émergent et se livrent bataille pour le pouvoir. Ce qui convient à Washington et Israël puisque ces états ne sont plus des opposants cohérents.

La Russie est vulnérable, parce que Poutine est diabolisé par Washington et les médias US et parce que l’opposition russe de Poutine est financée par Washington et sert les intérêts des Etats-Unis et non les intérêts russes. L’agitation que Washington provoque dans les états musulmans déborde sur les populations musulmanes russes.

Il se révèle plus difficile pour Washington d’interférer dans les affaires intérieures de la Chine, même si quelques agitations ont été semées dans certaines provinces. Dans quelques années, l’économie chinoise dépassera probablement l’économie américaine, et une puissance asiatique deviendra la première économie mondiale à la place d’une puissance occidentale.

Washington est sérieusement préoccupé par cette perspective. Sous la coupe et le contrôle de Wall Street et d’autres groupes d’intérêts privés, Washington est incapable de sauver l’économie US de son déclin. A Washington, on trouve bien plus de défenseurs des profits des opérations casino de Wall Street, des profits de la guerre du complexe militaro/industriel, et des profits tirés des délocalisations de la production et des services du marché US que de défenseurs du niveau de vie de la population. Tandis que l’économie des Etats-Unis s’enfonce, l’économie de la Chine décolle.

La réaction de Washington a été de militariser le Pacifique. Le Secrétaire d’Etat a déclaré le sud de la Mer de Chine comme une zone d’intérêt national pour les Etats-Unis. Les Etats-Unis font les yeux doux au gouvernement Philippin, jouant la carte de la menace chinoise et tentant de récupérer leur base navale à Subic Bay. Récemment, on a assisté à des exercices militaires et navales conjointes US/Philippines contre « la menace chinoise ».

La marine US se redéploie dans l’Océan Pacifique et construit une nouvelle base sur une île sud-coréenne. Des « marines » US sont désormais basés en Australie et sont redéployés du Japon vers d’autres pays asiatiques. Les Chinois ne sont pas stupides. Ils comprennent que Washington veut cerner leur pays.

Pour un pays incapable d’occuper l’Irak au bout de huit ans et incapable d’occuper l’Afghanistan au bout de onze ans, s’en prendre en même temps à deux puissances nucléaires est un acte de folie. L’arrogance à Washington, alimentée quotidiennement par les néocons illuminés, malgré les échecs retentissants en Irak et en Afghanistan, s’en prend désormais à deux puissances formidables – la Russie et la Chine. Le monde n’a jamais assisté dans toute son histoire à une telle idiotie. Les psychopathes, sociopathes et abrutis qui dominent Washington mènent le monde à sa perte.

La gouvernement criminellement dérangé de Washington, qu’il soit démocrate ou républicain, et quel que soit le résultat de la prochaine élection, constitue la plus grande menace qui ait jamais existé pour la vie sur terre.

De plus, le seul soutien que les criminels de Washington reçoivent provient de la presse. Dans un prochain article, j’examinerai si l’économie américaine s’effondrera avant que les criminels de guerre à Washington réussissent à détruire le monde.

Paul Craig Roberts

Article original en anglais : http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=31…

Traduction par VD pour le Grand Soir

A propos :

Paul Craig Roberts, former Assistant Secretary of the US Treasury and Associate Editor of the Wall Street Journal, has held numerous university appointments. He is a frequent contributor to Global Research.

Sur le même sujet:

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca