Le profiling de Hollande et Sarkozy et l’impact sur l’Afrique

Région :
Le profiling de Hollande et Sarkozy et l’impact sur l’Afrique

Délivrer l’authentique profiling de personnalités politiques est un exercice délicat. Car les politiques sont semblables à des acteurs de cinéma. Ils jouent un rôle. A force de calculs, d’entrainement et de corrections, les deux candidats du second tour de la présidentielle française ont « travaillé » divers aspects de leur personnalité pour atteindre leurs objectifs. Physiquement : la voix, le poids, la gestuelle, etc. Mentalement : la persuasion, le courage, la pugnacité, etc. Le décryptage qui suit ignore volontairement l’entourage des candidats pour se consacrer uniquement aux principaux traits de leur personnalité susceptibles d’avoir un impact sur les futures relations franco-africaines.

Hollande sera directif en cas de crise portant atteinte aux intérêts français en Afrique

François Gérard Georges Hollande est né à Rouen le 12 août 1954 à minuit dix d’un père médecin ORL et d’une mère assistante sociale. Son père était catholique et proche de l’extrême droite alors que sa mère était de gauche. De cette situation familiale, le candidat socialiste a tiré une capacité d’adaptation absolument remarquable qui plaira certainement aux dirigeants africains, s’il est élu. Les profilers de Knowdys précisent cependant qu’en cas de crise touchant les intérêts français en Afrique, il faudra s’attendre à un Hollande directif, voire autoritaire, qui voudra dicter ses volontés à ses partenaires africains en y mettant les formes, certes, mais en tenant fermement à être suivi.

Le rapport de Sarkozy à l’Afrique n’est pas étranger aux humiliations qu’il a vécues

Nicolas Paul Stéphane Sarkozy de Nagy-Bocsa est né le 28 janvier 1955 à Paris. Il a connu une enfance plutôt aisée, mais douloureuse, car marquée par l’insécurité et l’humiliation. L’insécurité de Sarkozy vient du divorce de ses parents. Son père parti, sa mère lui manque car elle travaille beaucoup. Depuis cette époque, il a peur qu’on l’abandonne. Son humiliation vient de l’écrasement qu’il connait face à ses camarades de classe qu’ils trouvent plus riches et « branchés » que lui. Tout petit, il veut devenir président pour compenser ses traumatismes. Les profilers de Knowdys estiment – fortement – que son rapport à l’Afrique n’est pas étranger aux humiliations qu’il a vécues dans son enfance.

Hollande a besoin d’être rassuré en permanence

C’est un « lion pacifique, superbe et généreux ». Mais attention ! Pour ce pragmatique, les individus sont des pions sur un échiquier qu’il manœuvre pour atteindre ses objectifs. Les profilers de knowdys notent que cet être passionné a besoin d’être rassuré en permanence, de se prouver à lui-même et aux autres qu’il est puissant malgré les apparences… On peut prendre son caractère introverti et réservé pour de la fierté. A tort. Il est surtout prudent et pudique. L’une de ses plus importantes failles est qu’il peut être pris par les sentiments. S’il entre à l’Elysée, les dirigeants africains creuseront naturellement ce sillon, sachant que Hollande agit avec sincérité et idéalisme.

Sarkozy est un cérébral qui réagit aux sentiments

C’est un être émotif qui masque sa sensibilité sous des dehors froids. Il est traversé par des épisodes de paranoïa, et ses accès de colère sont aussi surprenants que terrifiants. Paradoxalement, c’est un cérébral qui réagit aux sentiments. Les profilers de Knowdys notent qu’il est toujours en avance sur son temps, plus intéressé par les projets que par leur réalisation. Il a une aversion marquée pour les contraintes et les sentiers battus d’où ses va-et-vient avec la « Françafrique ». C’est un travailleur acharné, guetté par le surmenage. Durant les cinq dernières années, les insomnies lui ont permis de s’informer sur une somme incroyable de dossiers, à la surprise de ses interlocuteurs.

Hollande a besoin de se faire aimer

Son score de domination est extrêmement bas par rapport à la moyenne des présidentiables : 7 contre 21 pour son adversaire de droite. Ce détail est une excellente nouvelle pour les dirigeants africains francophones qui rêvent de traiter enfin avec un président français d’égal à égal, de manière consensuelle et pacifique. Le candidat socialiste a besoin de se faire aimer et fera tout pour plaire à ses homologues africains. Mais attention, l’extraverti qu’est l’ancien maire de Tulle est un fin stratège qui, sous son aspect sympathique, voire naïf, cache une détermination sans faille. S’il est élu, les relations entre l’Afrique et la France pourraient connaître un remake du discours de la Baule.

Sarkozy aime intimider son interlocuteur

L’instinct de domination est très présent chez le candidat sortant, ce qui gêne profondément les dirigeants africains dont beaucoup ont souvent le sentiment de recevoir des ordres. Lorsqu’il en a les moyens, Nicolas Sarkozy aime intimider son interlocuteur, « marcher » sur l’adversaire, pour prouver sa supériorité. La perception quelque peu négative qu’il a de lui-même et l’instabilité émotionnelle qui le caractérise le poussent systématiquement à monter au filet pour renvoyer tout ce qui s’oppose à lui. S’il est réélu, de nombreux dirigeants d’Afrique francophone continueront à faire profil bas.

Les doigts de Hollande révèlent la nuance et le compromis

Toujours bien campé sur ses deux jambes, François Hollande renvoie l’image d’un être sympathique et authentique. Les analystes de Knowdys traduisent cette posture par : « regardez, je n’ai rien à dissimuler… » L’habitude qu’il a de garder les doigts écartés renvoie l’image d’un homme qui a le sens de la mesure, de la nuance et du compromis. Ses lunettes, qu’il a souvent tendance à encadrer des deux mains, lui servent à la fois de rempart et de longue vue. Rempart face aux concurrents de la France en Afrique (Chine, Etats-Unis, Inde et Brésil en particulier) ; longue vue pour explorer une nouvelle relation avec ce continent, dépouillée des « miasmes de la Françafrique», selon ses mots.

La main ouverte de Sarkozy trahit un séducteur de masse

Debout, Nicolas Sarkozy a souvent eu l’index droit encré dans sa main gauche au cours de la dernière année de son mandat. Or ce doigt est le siège symbolique de la maîtrise de soi. Répété de manière inconsciente, l’ancrage de l’index droit trahit les difficultés du président sortant à s’affirmer dans l’Hexagone comme à l’international. Le geste de ses mains jointes, touchant ses lèvres, est interprété par les analystes de Knowdys comme un appel à l’aide : « mes amis, aidez-moi, j’ai besoin de vous ! » finit-il par dire. Sa main ouverte, paume en avant, est celle d’un séducteur de masse. Ses doigts collés trahissent néanmoins une politique rigide et faite de préjugés vis-à-vis de l’Afrique notamment.

Hollande est lent, mais coriace et persévérant

Bien que François Hollande ait les faveurs de plusieurs dirigeants africains francophones, il n’est pas certain qu’il fasse totalement leurs affaires s’il est élu. C’est un homme doté d’un grand sens moral. Attachant, bien que peu démonstratif, il choisit ses amis et choisira ceux de la France en fonction de ses critères, s’il est élu. Les analystes de Knowdys relèvent que Hollande est un être patient, voire lent, mais coriace et persévérant. Si les Français lui en donnent mandat, il saura défendre l’Afrique partout où il sera question d’équilibre dans les relations entre ce continent et le reste du monde. Comme de nombreux dirigeants africains, il n’est pas dépourvu d’ésotérisme et de mystique.

Sarkozy a une remarquable force de persuasion

Sous ses airs charmeur et communicateur, Sarkozy est un être profondément inquiet. Dynamique et volontaire, il est fortement impliqué dans ses ambitions. Son profil est taillé pour les professions libérales et avant-gardistes, d’où les écarts de ses premiers mois de présidence. Les analystes de knowdys soulignent qu’il est extrêmement mal à l’aise dans le rôle d’exécutant. Il a toujours voulu commander. C’est un « winner » qui croit à sa bonne étoile. Son caractère critique, voire caustique, déplaît à de nombreux dirigeants africains dont la plupart le trouvent plutôt « agressif ». Même s’il peine à convaincre les Africains depuis Dakar, Sarkozy garde une remarquable force de persuasion.

Hollande et Sarkozy partagent deux idées fortes sur l’Afrique

Malgré leurs différences de caractères, de talents et de styles, François Hollande et Nicolas Sarkozy sont incontestablement deux hommes d’Etat de grande qualité. Deux acteurs dont les jeux de rôle sur la scène politique ont quelques dénominateurs communs. Au sujet de l’Afrique notamment, ils partagent deux idées fortes. Devant l’exacerbation de la concurrence dans l’ordre international, l’un et l’autre sont profondément habités du sentiment de devoir défendre les intérêts de la France en Afrique quel-que-soit-le-prix-à-payer. A l’instar de l’Américain Barack Obama, François Hollande et Nicolas Sarkozy sont aussi intimement persuadés que l’Afrique sera ce que les Africains en feront.

A propos du Profiling de Knowdys

Au cours des 10 dernières années, le profiling s’est considérablement développé pour investir la sphère de l’entreprise. Le recours à cette expertise permet aux décideurs de haut niveau d’identifier les véritables forces et faiblesses de leurs alliés ou de leurs concurrents ; et ainsi de préparer efficacement leurs opérations (négociations, fusions, acquisitions, etc.) en anticipant les réactions de leur(s) cible(s). Parce que le profiling innovant de Knowdys repose sur le principe que « le dirigeant est un être en situation », l’agence va au-delà des portraits statiques. Il cartographie l’environnement des décideurs, mesure l’épaisseur de leurs hommes d’influence, et scénarise les stress tests auxquels ils pourraient être confrontés, de manière à prévoir leurs attitudes face aux crises possibles.

Guy Gweth est expert-consultant en intelligence économique et stratégique chez Knowdys. Il est diplômé de l’Ecole de guerre économique de Paris, du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris, et de l’Institut international de communication de Paris. Plus d’infos sur www.knowdys.com.

Source : Les Afriques, n°200, du 3 au 9 mai 2012.
Article envoyé par l’auteur

Articles Par : Guy Gweth

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca