Le Québec est en crise : Jean Charest, l’enfant gâté !

Le Québec est en crise : Jean Charest, l'enfant gâté !

Le Québec est en crise.

Une des plus importantes crises de son Histoire.

Cette crise déborde des frontières.

Même le très français Monde Diplomatique la souligne.

http://www.monde-diplomatique.fr/2012/06/DUFOUR/47888

Pourquoi donc cette crise ? 

À cause d’un enfant gâté.

En effet, Jean John James Charest, tel un enfant gâté, refuse d’améliorer le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS autrement qu’en mettant la main dans les poches vides des étudiants.

L’enfant gâté Charest, “par principe néolibéral”, refuse d’améliorer le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS en imposant davantage ses grands amis qui jouissent de fortunes indécentes.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/05/30/005-anonymous-charest-desmarais.shtml

Voyez ici un long document “privé” mis en ligne par Anonymous nous montrant la pointe de l’iceberg de la richesse de certains amis de John James Charest:

https://www.youtube.com/watch?v=M7OlFp_9U_E&feature=related

( Il est possible que ce document disparaisse de Youtube. )

L’enfant gâté Charest, “par principe néolibéral”, refuse d’améliorer le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS en taxant davantage les faramineux profits bancaires.

L’enfant gâté Charest, “par principe néolibéral”, refuse d’améliorer le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS en modifiant la fiscalité complexe (à s’y perdre), entre autres, différents “crédits d’impôt”.

L’enfant gâté Charest, “par principe néolibéral”, refuse d’améliorer le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS en demandant à ses riches recteurs de mieux gérer les services universitaires publics et de réduire leur salaire à un niveau plus modeste.

« Combien gagne un recteur ? »

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/03/28/004-remuneration-recteurs-controverse.shtml

« Le salaire du recteur de l’Université de Montréal a fait un bond de 40 % depuis cinq ans. Il s’élevait à 260 000 $ en 2005. »

Aujourd’hui, il se situe à 365 000 $ !

http://argent.canoe.ca/lca/affaires/quebec/archives/2010/11/20101101-062318.html

Quant à celui de l’Université Laval de Québec, il a augmenté de 100 000 $ en une seule année.

Bien que l’ex-ministre de l’Éducation, Line Beauchamp (évacuée à cause du conflit étudiant) ait “condamné” la décision du conseil d’administration de l’Université Laval, qui a accepté d’octroyer une augmentation de salaire de 100 000 $ en un an au recteur Denis Brière, aucune mesure n’a été prise pour “corriger” l’abus.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/education/201103/11/01-4378633-augmentation-du-salaire-du-recteur-de-luniversite-laval-decision-malavisee.php

On dit que cette hausse a été approuvée en pleine période “difficile” pour l’université.

On dit que «le vice-recteur principal de l’Université Laval, Éric Bauce, aurait lancé un cri d’alarme, prévenant les employés que la situation financière critique de l’institution pourrait entraîner d’importantes compressions !

Compressions pour les uns et hausses “notables”,  «substantielles», importantes pour les autres.  C’est “par principe” !

Sans ces salaires indécents dans ce pauvre milieu universitaire, on dit que ces brillants cerveaux qui savent plus habillement manœuvrer pour leurs propres comptes bancaires que de bien gérer les deniers servant à partager le savoir et la connaissance, risquent de quitter…  oui, de quitter pour… le “privé” !

Eh bien !   Par principe de justice sociale, qu’ils quittent !

Cependant, l’enfant gâté Charest, de son côté, “par principe néolibéral”, bien que ces hausses soient totalement inappropriées voit ces augmentations totalement justifiables !

L’enfant gâté Charest nous dit que ces misérables salaires des recteurs ne représentent qu’un pourcentage ridicule des budgets universitaires.

Il a peut-être raison, mais «par principe» ces salaires sont inadéquats et même indécents.

L’enfant gâté Charest aurait dû penser réduire un peu ces salaires, c’est ce que font tous les dirigeants d’entreprises qui sont en difficulté.  On réduit le salaire des employés et on les force à travailler davantage pour moins.

Ce conflit étudiant met en lumière la lutte des principes.

L’enfant gâté Charest, au service des très bien nantis a décidé «par principe néolibéral» que les étudiants devaient payer.

Par «principe» le néolibéralisme veut éliminer tous les services gratuits universels.  C’est l’ère de «l’utilisateur-payeur» et si vous ne pouvez payer, eh bien… crevez !

Par principe, ces enfants gâtés comme le sont les Charest de ce monde considèrent que ceux qui n’ont pas les moyens sont les grands responsables de leur pauvreté. 

Par principe néolibéral, ces enfants gâtés, les Charest et Cie, s’activent énergiquement à paupériser les étudiants et tous les moins chanceux de la société, et ce, pour sauvegarder leurs privilèges de grands enfants extrêmement gâtés (gâtés à l’os revoyez :

https://www.youtube.com/watch?v=M7OlFp_9U_E&feature=related ).

Les étudiants ont proposé de multiples solutions pour parvenir à un meilleur FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS.

Mais l’enfant gâté Charest a dit, nenni !

Un nenni digne de tout enfant gâté !

Un nenni vraiment indigne et puéril de la part d’un Premier Ministre qui est «au service» de la population et du Pays !

Jean John James Charest est une honte pour le Pays !

Jean John James Charest est une honte comme Premier Ministre !

Jamais nous n’avons vu un dirigeant se comporter ainsi, en enfant gâté, avec un entêtement plus que puéril !   Même un enfant, même gâté, comprendrait la situation !

Le Québec, à cause de l’entêtement puéril de ce Premier Ministre indigne, se trouve dans une «incroyable» impasse.

Une impasse créée de toutes pièces par cet enfant extrêmement gâté.

Une situation  «INCROYABLE»  !

De plus, avec l’adoption de cette loi 78 littéralement «matraque» pour réprimer la population dans son entier, l’enfant gâté Charest pousse la société québécoise vers la violence.

La police s’en donne à cœur joie.

Avec loi, et matraques bien en main, ils peuvent ainsi gazer, matraquer sauvagement, piétiner du haut de leurs chevaux les gens sans défense et les arrêter massivement en leur donnant des contraventions salées servant à payer le salaire supplémentaire de ces sbires du pouvoir excessif.

La démocratie au Québec se fait matraquer.

Et ce, à cause de cet enfant gâté que nous avons comme Premier Ministre.

Un Premier Ministre corrompu qui devrait être mis derrière les barreaux pour incitation à la violence, pour dommage économique sérieux aux marchands et à l’industrie touristique et pour irréparable dommage physique à plusieurs étudiants, la perte de deux yeux, la perte de dentition et plusieurs fractures sérieuses.

Cet enfant gâté devrait être mis en état d’arrestation, la liste de ses méfaits est connue et répertoriée.

Pour éviter le pire, Jean John James Charest, cet enfant gâté,  devrait rapidement démissionner.

Le Québec peut vivre un été sans gouvernement.

La Belgique a bien survécu 535 jours sans gouvernement (on voit finalement leur utilité relative).

http://www.lepoint.fr/monde/belgique-accord-pour-former-un-gouvernement-apres-535-jours-de-crise-30-11-2011-1402487_24.php

Un été sans cet enfant gâté qui fait des siennes serait un été où le calme pourrait enfin s’installer.

Vivement la démission ou l’arrestation !

Serge Charbonneau

Québec

P.S.: FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS

est mis en majuscule pour bien faire comprendre l’enjeu à la base du conflit.

Trop souvent on met l’accent sur “les frais de scolarité”.

On oublie que cette augmentation n’est pas l’enjeu principal.

L’enjeu principal est l’augmentation du FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS et non l’augmentation des frais de scolarité.

On veut augmenter les frais de scolarité pour bonifier le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS. 

Les étudiants ont proposé de multiples solutions afin d’atteindre l’objectif de bonifier le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS sans avoir besoin d’augmenter les frais de scolarité. 

L’enfant gâté Charest a rejeté du revers de la main toute proposition consistant à bonifier le FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS autrement qu’en faisant payer les étudiants.


Articles Par : Serge Charbonneau

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca