Les candidats retenus par Obama signalent la poursuite d’une politique d’agression et de guerre

Les vagues promesses de campagne de « changement » de Barack Obama s’évanouissent rapidement au fur et à mesure que les postes clés du prochain gouvernement sont occupés par des vétérans de l’establishment politique américain. Loin de mettre fin à la guerre à l’étranger et à une politique sociale réactionnaire à l’intérieur du pays, les choix d’Obama soulignent la continuité par essence avec politique du gouvernement Bush.

Rien n’exprime plus l’orientation droitière de la politique étrangère d’Obama que la confirmation faite mardi qu’il garderait à son poste le secrétaire à la Défense de Bush, Robert Gates, lorsque la nouvelle équipe de la politique étrangère sera formellement annoncée après le jour férié de Thanksgiving. Gates, qui avait succédé à Donald Rumsfeld fin 2006, est responsable du prolongement sanglant des guerres américaines en Afghanistan et en Irak.

Obama qui avait en grande partie remporté la nomination démocrate à l’élection présidentielle en raison d’un soutien énorme au sein des électeurs anti guerre, des jeunes et des étudiants, accepte à présent de maintenir au Pentagone l’homme qui ces deux dernières années a supervisé la guerre en Irak.

Gates fera partie de toute une équipe qui regorge de partisans du militarisme américain. Hillary Clinton qui avait soutenu l’invasion criminelle de l’Irak dès le début et qui avait déclaré de façon notoire que les Etats-Unis devaient « oblitérer » l’Iran s’ils attaquaient Israël, devrait devenir secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères).

Le général des Marines retraité, James Jones, ancien commandant de l’OTAN et actuel haut responsable de la Chambre de commerce américaine, sera le conseiller national à la sécurité. Après 40 ans de carrière militaire, il avait servi l’année dernière d’envoyé spécial de Condoleezza Rice au Proche-Orient pour les problèmes de sécurité et avait mené une enquête du Congrès sur la guerre en Irak et en Afghanistan. Il défend l’opinion que la guerre en Irak a fait que les Etats-Unis ont « négligé » l’Afghanistan. Cette idée va tout à fait dans le sens de l’accent mis par Obama sur la nécessité d’intensifier les opérations militaires américaine en Afghanistan et au Pakistan.

Les discussions d’Obama qui sont actuellement en cours avec des personnalités comme Brent Scowdroft, conseiller à la sécurité nationale sous les présidents Gerald Ford et Bush senior, et Zbigniew Brzezinski, conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter, sont tout aussi significatifs que ces nominations. Ces deux hommes avaient fortement critiqué l’invasion de l’Irak du gouvernement Bush non pas parce qu’ils étaient contre la guerre mais parce qu’ils la considéraient comme une aventure militaire déstabilisatrice qui a gravement entravé la stratégie et les intérêts économiques américains, notamment au Proche-Orient. Nombreux sont ces partisans de la realpolitik à avoir soutenu Obama, le considérant comme le moyen de prendre un virage tactique pour stabiliser l’Afghanistan et en faire une base arrière des opérations américaines dans la région et plus largement.

Dans une tribune conjointe parue vendredi dernier dans le Washington Post, Scowcroft et Brzezinski ont affirmé que la première priorité d’Obama devrait être le processus de paix israélo-arabe comme moyen de raviver la position des Etats-Unis au Proche-Orient. « Ceci libérerait les gouvernements arabes pour qu’ils soutiennent le leadership américain dans le traitement des problèmes régionaux comme ils l’avaient fait avant l’invasion de l’Irak, » écrivent-ils. « Cela changerait le climat psychologique de la région, en plaçant l’Iran sur la défensive et en mettant fin à ses fanfaronnades. »

La mise en action d’un nouveau cycle du processus de paix au Proche-Orient fournirait le camouflage politique nécessaire pour atteindre davantage d’objectifs sinistres. La semaine passée, un autre conseiller de haut rang d’Obama, Dennis Ross, a tenu un discours à Denver dans lequel il préconisait une attitude bien plus agressive envers l’Iran. Critiquant le gouvernement Bush pour son approche de « bâtons mous et de carottes molles », il a dit qu’Obama était « prêt à employer des bâton et des carottes solides, les bâtons solides pour concentrer leurs esprits sur ce qu’ils pourraient perdre ».

Ross et les autres conseillers d’Obama ont participé en septembre à l’élaboration d’une série de rapports de réflexion appelant à une rapide intensification de la confrontation avec l’Iran, y compris la menace de sanctions plus dures, d’un blocus économique du pays et de frappes militaires contre les installations nucléaires iraniennes. Alors que l’objectif déclaré de cette stratégie à haut risque est d’amener Téhéran à abandonner son programme nucléaire et d’arriver à un arrangement politique général avec Washington, elle comporte le risque évident d’une nouvelle guerre à grande échelle.

Ross qui a des liens étroits avec les néo-conservateurs de droite du gouvernement Bush, a été tout à fait franc sur le rôle qu’Obama pourrait jouer. « Quand on a quelqu’un comme le président élu Obama comme président, il est bien plus difficile de diaboliser les Etats-Unis, » a-t-il dit à son auditoire. En d’autres termes, le gouvernement Obama sera en mesure d’appliquer une politique que le gouvernement Bush largement haï est simplement incapable de mettre en application. Ross est largement pressenti comme favori pour un poste de haut rang au ministère des Affaires étrangères.

En Irak, l’accord sur le statut des troupes qui est en train de se conclure entre Washington et Bagdad applique effectivement l’appel d’Obama pour une date limite du retrait des troupes de combat américaines. Mais la question sensible de maintenir des bases militaires américaines à long terme dans le pays reste encore à négocier. Obama qui a toujours soutenu une continuation de la présence américaine en Irak, sera dans une bien meilleure position que Bush pour apaiser les inquiétudes de Bagdad.

En Afghanistan, le secrétaire à la Défense, Gates a annoncé vendredi dernier qu’il souhaitait accroître le nombre de soldats américains afin d’intensifier la guerre contre les insurgés anti-occupation. Le journal Los Angeles Times a rapporté lundi que des responsables du corps des Marines avaient établi des projets pour déployer plus de 15.000 hommes pour « mener une guerre agressive contre les talibans et qui pourrait durer des années ». Le renforcement des troupes américaines en Afghanistan va de pair avec un accroissement du nombre des frappes de missiles américains contre des cibles situées dans les régions frontalières du Pakistan voisin. La dernière attaque de samedi a tué au moins quatre personnes.

Loin de mettre un terme au militarisme américain comme l’ont espéré des dizaines de millions d’électeurs américain, le gouvernement Obama se prépare à consolider la présence américaine en Irak et à intensifier la guerre en Afghanistan et au Pakistan.

La perspective d’une nouvelle guerre se profile à l’horizon au moment où les conseillers d’Obama conçoivent leurs projets de confrontation avec l’Iran.

Pour ceux qui font partie de l’establishment américain, la politique étrangère d’Obama telle qu’elle apparaît n’est pas une surprise. Comme le commentait hier le groupe de pression Stratfor : « Les partisans d’Obama ont cru que la position d’Obama sur l’Irak était en désaccord avec celle du gouvernement Bush. Nous n’avons jamais pu clairement trouver la différence. L’intelligence de la campagne présidentielle d’Obama est qu’il a convaincu ses partisans les plus durs de son intention d’effectuer un changement radical de politique dans tous les domaines, sans jamais spécifier quelle politique il projetait de changer et sans jamais exclure la possibilité d’une interprétation flexible de ses engagements. »

Les poids lourds de la politique étrangère qui ont soutenu la candidature d’Obama à la présidence espèrent évidemment étendre cette « intelligence » et duper les gens sur la scène mondiale pendant que les Etats-Unis continuent de défendre agressivement leurs intérêts économiques et stratégiques au Proche-Orient et sur le plan international.

Article original en anglais, WSWS, paru le 26 novembre 2008.

© WSWS.

Articles Par : Peter Symonds

Avis de non-responsabilité : Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que le ou les auteurs. Le Centre de recherche sur la mondialisation se dégage de toute responsabilité concernant le contenu de cet article et ne sera pas tenu responsable pour des erreurs ou informations incorrectes ou inexactes.

Le Centre de recherche sur la mondialisation (CRM) accorde la permission de reproduire la version intégrale ou des extraits d'articles du site Mondialisation.ca sur des sites de médias alternatifs. La source de l'article, l'adresse url ainsi qu'un hyperlien vers l'article original du CRM doivent être indiqués. Une note de droit d'auteur (copyright) doit également être indiquée.

Pour publier des articles de Mondialisation.ca en format papier ou autre, y compris les sites Internet commerciaux, contactez: media@globalresearch.ca

Mondialisation.ca contient du matériel protégé par le droit d'auteur, dont le détenteur n'a pas toujours autorisé l’utilisation. Nous mettons ce matériel à la disposition de nos lecteurs en vertu du principe "d'utilisation équitable", dans le but d'améliorer la compréhension des enjeux politiques, économiques et sociaux. Tout le matériel mis en ligne sur ce site est à but non lucratif. Il est mis à la disposition de tous ceux qui s'y intéressent dans le but de faire de la recherche ainsi qu'à des fins éducatives. Si vous désirez utiliser du matériel protégé par le droit d'auteur pour des raisons autres que "l'utilisation équitable", vous devez demander la permission au détenteur du droit d'auteur.

For media inquiries: media@globalresearch.ca